X

Moyen Orient et Monde

Marché aux esclaves sexuelles : une rescapée yazidie raconte

État islamique
OLJ/Michel MOUTOT/AFP
02/09/2015

Enlevées, battues, vendues, violées : le groupe État islamique (EI, ou Daech selon l'acronyme arabe) gère en Irak des « marchés aux esclaves » où des femmes issues de groupes minoritaires, comme les yazidis ou les chrétiens, sont vendues pour servir d'esclaves sexuelles, comme l'a raconté à l'AFP une rescapée. Dans un livre à paraître en France vendredi Esclave de Daech (éditions Fayard), la jeune yézidie Jinan, dix-huit ans, raconte comment, lors de ses trois mois de détention en Irak fin 2014 aux mains de membres de Daech, elle a été victime de cette forme de traite, avant, une nuit, de parvenir à s'enfuir en volant des clefs.

« Ils nous torturaient »
Après plusieurs lieux de détention, dont une prison à Mossoul, Jinan est achetée par deux hommes, un ancien policier et un imam, qui l'enferment, avec d'autres prisonnières yézidies, dans une maison. « Ils nous torturaient, voulaient nous convertir de force », décrit-elle à l'AFP, lors d'un passage à Paris pour la sortie de son livre, écrit avec le journaliste du journal Le Figaro Thierry Oberlé. « Si nous refusions, nous étions frappées, enchaînées dehors en plein soleil, forcées à boire de l'eau dans laquelle baignaient des souris mortes. Parfois, ils nous menaçaient de nous torturer à l'électricité, dit-elle. Ces hommes, ce ne sont pas des humains. Ils ne pensent qu'à la mort, à tuer. Ils prennent sans arrêt des drogues. Ils veulent se venger de tout le monde. Ils affirment qu'un jour leur État islamique régnera sur le monde entier. » À Mossoul, Jinan est conduite « dans un immense salon de réception à colonnades (...). Des dizaines de femmes y sont rassemblées. Des combattants circulent parmi nous. Ils plaisantent d'un rire gras, pincent les fesses. L'un d'eux fait la moue. Elle a de gros nichons, celle-là. Mais je veux une yézidie aux yeux bleus. Avec un teint pâle. Ce sont les meilleures, à ce qu'il paraît. Je suis prêt à mettre le prix qu'il faudra ».


(Lire aussi : Pour l'EI, violer une « esclave » fait plaisir à Dieu)

 

Échange pistolet contre brunette
La jeune fille se souvient d'avoir vu des Irakiens, des Syriens mais aussi des étrangers occidentaux dont elle n'a pu déterminer la nationalité, lors de ces marchés aux esclaves. Les plus jolies filles sont réservées aux chefs ou aux clients du Golfe, qui peuvent mettre le prix.
Dans la maison où elle est retenue, « la journée est rythmée par les visites. Des combattants viennent faire leurs emplettes dans le salon de réception. Des marchands jouent les intermédiaires, des émirs inspectent le cheptel avec l'assurance de propriétaires comblés mais attentifs ». « Je t'échange ton pistolet Beretta contre la brunette, lance l'un d'eux. Si tu préfères payer en cash, c'est 150 dollars. Tu peux aussi sortir des dinars irakiens. » Persuadés qu'elle ne comprend pas l'arabe, ses deux « maîtres » parlent librement devant elle, dit-elle.
Un soir, elle surprend cette conversation :
« Un homme ne peut pas acquérir plus de trois femmes, sauf s'il est de Syrie, de Turquie ou d'un pays du Golfe », regrette celui qui se fait appeler Abou Omar.
« C'est pour favoriser le business, répond Abou Anas. Un acheteur saoudien a des frais de transport et de nourriture qu'un membre de l'État islamique n'a pas. Il a un quota plus élevé pour rentabiliser ses achats. C'est un bon deal : la maison des finances de l'État islamique augmente ses revenus pour soutenir les moujahidine, et nos frères étrangers trouvent leur épanouissement. »
Accompagnée à Paris par son mari, qu'elle a retrouvé après son évasion, Jinan vit aujourd'hui dans un camp de réfugiés yézidis au Kurdistan irakien. « Si nous revenons chez nous, il y aura d'autres génocides contre nous, soupire-t-elle. La seule solution serait que nous ayons une région à nous, sous protection internationale. »

 

Pour mémoire
L'Onu assure que l'EI a une liste des prix pour ses esclaves

L'EI "fantasme plus sur la kalach que sur le Coran" : le témoignage d'une Française de retour de Raqqa

« À Mossoul, 700 femmes yazidies ont été vendues sur la place publique à 150 dollars pièce... »

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants