Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Justice

Pas de procès pour pédophilie au Vatican : l’ancien nonce poursuivi est mort

L’ancien nonce apostolique en République dominicaine, le Polonais Jozef Wesolowski. Erika Santelices/AFP

Josef Wesolowski, un ancien prélat polonais accusé de pédophilie, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi, ce qui met fin de manière abrupte au premier procès au Vatican pour abus sexuels sur mineurs.
« Ce matin à l'aube, Mgr Jozef Wesolowski a été trouvé mort à son domicile au Vatican », a annoncé hier le Saint-Siège dans un communiqué évoquant des « causes naturelles » et une autopsie qui doit être menée dans la journée.
Âgé de 67 ans, Jozef Wesolowski souffrait au moins depuis décembre de problèmes de santé dont la nature n'a pas été précisée et avait été hospitalisé le 10 juillet, à la veille de l'ouverture de son procès.
Il n'était plus apparu en public depuis son rappel en urgence de Saint-Domingue, après des informations de presse l'accusant d'avoir eu des relations sexuelles tarifées avec des mineurs dans un quartier chaud de la ville. Pour ces faits, il avait été jugé et sanctionné en juin 2014 par la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui l'avait réduit à l'état laïque, la peine maximale pour un prélat.
Mais le pape François avait également ordonné des poursuites pénales, une première au Vatican, et M. Wesolowski avait été arrêté et assigné à résidence en septembre 2014 dans une chambre du Palais de justice, dans l'attente de son procès. Il avait bénéficié en décembre, pour des raisons de santé, d'une plus grande liberté de mouvement dans les limites de la cité-État, avant d'être hospitalisé en soins intensifs dans un établissement de Rome le 10 juillet à la suite d'un malaise. Le lendemain, son procès s'était ouvert en son absence dans la toute petite salle du tribunal du Vatican.

Ligne plus sévère
Poursuivi pour actes pédophiles sur des enfants de 13 à 16 ans à Saint-Domingue, mais aussi pour détention et recel « en quantité importante » de photos pédopornographiques, chargées sur l'Internet au Saint-Siège, il risquait six à sept ans de prison, sans compter d'éventuelles circonstances aggravantes.
Selon le site Vatican Insider de La Stampa, il avait quitté l'hôpital le 17 juillet pour retourner dans son petit logement au dernier étage du Palais de justice. Ce procès qui devait être emblématique n'aura donc duré au total que sept minutes le 11 juillet, le temps de lire les chefs d'accusation, de constater l'absence de l'accusé et de renvoyer l'audience, probablement à septembre.
Il devait pourtant illustrer la ligne plus sévère du Vatican pour faire face au fléau des abus pédophiles, principalement dans les années 1960-1980, dont les révélations en cascade ont fortement discrédité l'Église depuis une quinzaine d'années, même si les associations de victimes lui reprochent de ne pas aller assez loin.
En juin, le Saint-Siège avait aussi annoncé la création d'une nouvelle instance ecclésiastique pour sanctionner les évêques coupables de négligence – voire de complicité – envers des prêtres sous leur autorité. Et plusieurs évêques accusés d'avoir protégé des prêtres abuseurs ont récemment été démis.
De plus, une commission d'experts internationaux assiste depuis un an le pape pour trouver les moyens de prévenir les abus pédophiles. Jozef Wesolowski avait été ordonné prêtre en 1972 par l'archevêque de Cracovie, le futur pape Jean-Paul II, qui l'avait ensuite ordonné évêque en 2000.
Nommé nonce apostolique en Bolivie puis dans différents pays d'Asie, il était arrivé en 2008 en République dominicaine, où des informations parues dans des médias locaux l'ont accusé à l'été 2013 d'avoir eu recours à des mineurs prostitués.
Le prélat avait été rappelé en urgence en août 2013 au Vatican, qui avait refusé en janvier de l'extrader vers la Pologne. Un autre prêtre polonais, Wojciech G., a été condamné en mars à sept ans de prison ferme en Pologne pour des actes de pédophilie commis en République dominicaine et en Pologne.

(Source : AFP)

Bénédiction papale pour l'auteure de livres pour enfants sur l'homoparentalité

Le pape François a envoyé sa bénédiction à Francesca Pardi, auteure et éditrice de livres pour enfants sur l'homoparentalité en Italie, qui lui avait fait parvenir ses livres décriés par une partie des catholiques.
Le Vatican a cependant pris soin de préciser qu'il s'agissait d'une correspondance privée qui ne remettait pas en cause la doctrine de l'Église condamnant la « théorie du genre ». Mère de quatre enfants, Mme Pardi a fondé avec son épouse la petite maison d'édition « Lo Stampatello », qui publie des ouvrages comme Petit œuf, Le grand et gros livre des familles ou encore Pourquoi tu as deux mamans présentant différents types de familles « sans ériger de modèle », a-t-elle expliqué hier à l'AFP.
Ce sont d'ailleurs en partie ces livres que le nouveau maire de Venise, Luigi Brugnaro, a bannis cet été des écoles de sa ville, provoquant de vives réactions en Italie et au-delà.
En juin, Mme Pardi a envoyé au pape un courrier accompagné de tous les livres du catalogue, de photos de sa famille mais aussi des tracts diffamants d'une organisation chrétienne, essentiellement pour porter ces attaques à l'attention du pontife argentin. À sa grande surprise, elle a reçu une réponse signée au nom du pape par un haut responsable de la secrétaire d'État du Vatican, la remerciant « pour son geste délicat » et adressant la bénédiction apostolique à elle-même, son associée et leurs proches.

Josef Wesolowski, un ancien prélat polonais accusé de pédophilie, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi, ce qui met fin de manière abrupte au premier procès au Vatican pour abus sexuels sur mineurs.« Ce matin à l'aube, Mgr Jozef Wesolowski a été trouvé mort à son domicile au Vatican », a annoncé hier le Saint-Siège dans un communiqué évoquant des « causes naturelles »...

commentaires (6)

"L’ancien nonce poursuivi est mort." ! De trop.... "d'efforts" ? !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

10 h 13, le 01 septembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • "L’ancien nonce poursuivi est mort." ! De trop.... "d'efforts" ? !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 13, le 01 septembre 2015

  • EN LISANT CET ARTICLE JE ME SOUVIENS DE CETTE HISTOIRE : UN HOMME... APRÈS UN SÉRIEUX ACCIDENT DE VOITURE... RAMASSÉ EN PIÈCES... A ÉTÉ OPÉRÉ PAR LES CHIRURGIENS ET A SURVÉCU... ON LUI AVAIT COUSU LA BOUCHE À LA PLACE DE L'ANUS ET L'ANUS À LA PLACE DE LA BOUCHE. À LA PREMIÈRE VISITE CHEZ LE MAÎTRE CHIRURGIEN, CELUI-CI LUI DEMANDE : POURQUOI MARCHEZ-VOUS EN DANDINANT LES FESSES ? C'EST CHER CHIRURGIEN QUE JE SUIS ENTRAIN DE MACHER DU CHEWING- GUM...

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 45, le 31 août 2015

  • "Pas de procès pour pédophilie : le nonce poursuivi est mort." ! Oui, mais a-t-il eu droit une dernière fois à la "conFession" ?

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    14 h 51, le 30 août 2015

  • Il a du macher un chewing-gum au polonium. C'est radical... après on meurt de mort naturelle... promis. Arafat en sait qque chose.

    Ali Farhat

    04 h 17, le 30 août 2015

  • Pas du sida , au moins ?

    FRIK-A-FRAK

    12 h 59, le 29 août 2015

  • Tiens donc... Drôle de mort "naturelle"!

    NAUFAL SORAYA

    12 h 09, le 29 août 2015

Retour en haut