Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Syrie

L’EI a décapité l’ancien directeur des Antiquités à Palmyre

Un attentat contre le QG de la sécurité kurde à Qamishli fait 11 morts.

Khaled al-Assaad a été le chef des Antiquités de Palmyre de 1963 à 2003. Ho / AFP

Le groupe État islamique (EI) a décapité Khaled al-Assaad, âgé de 82 ans, chef des Antiquités de Palmyre de 1963 à 2003, a rapporté hier le directeur général du département des Antiquités et des Musées de Syrie Maamoun Abdelkarim à l'AFP.
« Daech (acronyme arabe de l'EI) a exécuté l'un des plus éminents experts du monde antique. Il parlait et lisait le palmyrénien et nous nous adressions à lui quand nous recevions de la police des statues volées pour qu'il détermine si elles étaient vraies ou fausses », a déploré M. Abdelkarim. Des images montrant le corps de M. Assaad accroché à un poteau la tête coupée sur le sol ont circulé sur des sites jihadistes. Une pancarte attachée au corps identifie la victime comme étant M. Assaad, accusé par les jihadistes d'être un partisan du régime pour avoir représenté la Syrie à des conférences à l'étranger « avec des infidèles » et avoir été le directeur des « idoles » à Palmyre. Il lui est aussi reproché d'avoir été en contact avec les responsables du régime.
Selon M. Abdelkarim, le supplicié a été interrogé pendant un mois avec son fils Walid, l'actuel directeur des Antiquités de la ville, car les jihadistes voulaient connaître la cachette où se trouverait prétendument l'or. « Mais il n'y a pas d'or à Palmyre », a-t-il dit. Walid al-Assaad a été libéré car il souffre d'une maladie chronique du dos. « Cette famille est remarquable car l'autre fils Mohammad et le gendre Khalil ont participé activement au sauvetage de 400 pièces antiques au moment de la conquête de la ville par les jihadistes », a ajouté M. Abdelkarim. « Nous avions supplié Khaled de quitter la ville mais il a toujours refusé. "Je suis de Palmyre et j'y resterai même si ils doivent me tuer", nous disait-il », a ajouté le directeur des Antiquités de Syrie.
L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a également annoncé l'exécution de M. Assaad, indiquant qu'il avait été décapité sur « une place de Palmyre devant des dizaines de personnes ».
Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a condamné l' « assassinat barbare » de l'archéologue, « un homme de savoir » qui a « travaillé avec de nombreuses missions archéologiques françaises au cours de sa carrière ». Son meurtre « s'ajoute à la longue liste des crimes commis depuis quatre ans en Syrie », a indiqué le ministre dans une déclaration. « Les responsables de tous ces actes devront en rendre compte devant la justice. »
Parallèlement, au moins 11 personnes, en majorité des membres des forces de sécurité kurdes, ont été tuées hier par un attentat-suicide contre le QG de la sécurité kurde dans la ville syrienne de Qamichli (Nord-Est), a rapporté l'OSDH. « C'était une puissante explosion. Au moins 14 civils ont en outre été blessés », a ajouté le directeur de l'ONG, Rami Abdel Rahmane. Les forces kurdes ont bouclé le secteur dans le quartier industriel de Qamichli, une ville à majorité kurde de la province de Hassaké, a-t-il ajouté. L'agence officielle syrienne Sana a également fait état de l'attentat, donnant un bilan de 13 morts et 50 blessés. Selon le journaliste local Arin Chekhmos, l'explosion a été entendue à travers la ville. « Je n'étais pas à côté mais j'ai pu l'entendre de là où j'étais », a dit M. Chekhmos, peu après s'être rendu sur les lieux de l'attentat. « Il y a beaucoup de destruction – les immeubles dans au moins deux rues ont été complètement détruits », a-t-il poursuivi.
Pour rappel, les milices kurdes qui ont notamment chassé le groupe extrémiste État islamique (EI) successivement des villes de Kobané et de Tall Abyad, frontalières de la Turquie, sont apparues comme l'une des forces les plus aptes à combattre l'EI qui s'est emparé de larges pans du territoire irakien et syrien.
(Source : AFP)


Le groupe État islamique (EI) a décapité Khaled al-Assaad, âgé de 82 ans, chef des Antiquités de Palmyre de 1963 à 2003, a rapporté hier le directeur général du département des Antiquités et des Musées de Syrie Maamoun Abdelkarim à l'AFP.« Daech (acronyme arabe de l'EI) a exécuté l'un des plus éminents experts du monde antique. Il parlait et lisait le palmyrénien et nous nous...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut