L’édito de Élie FAYAD

L’« Assirologie » pour les nuls

L’édito
Élie FAYAD | OLJ
18/08/2015

L'arrestation du cheikh Ahmad el-Assir est, incontestablement, une bonne chose pour le Liban. Elle l'est à double titre : en premier lieu parce qu'elle est la sanction naturelle du parcours d'un homme qui a progressivement glissé de la posture politique à l'action subversive, provoquant au bout du compte des heurts sanglants avec l'armée libanaise.

Elle l'est ensuite parce qu'elle permet de projeter la lumière, une fois de plus, sur la vraie nature des rapports complexes entre les tenants du radicalisme sunnite, à l'instar du cheikh el-Assir, et la force politique sunnite dominante au Liban, c'est-à-dire le courant du Futur. Et cela au moment précis où ce dernier est la cible d'un déferlement de haine sans précédent de la part de certains milieux chrétiens.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire communément, Ahmad el-Assir n'a pas été arrêté parce qu'il est sunnite, même si, comme le suggérait dimanche Samir Geagea, il est dans les faits plus facile au Liban d'arrêter un sunnite qu'un chiite. S'il a pu être arrêté, c'est plutôt parce que les sunnites libanais ont décidé qu'il pouvait – et devait – l'être. La nuance est importante. Elle signifie essentiellement deux choses : que l'État libanais n'est pas en lui-même aussi partial qu'on le croit, même si souvent il verse dans l'arbitraire ; et aussi – on n'a rien inventé – que son action reste tributaire du bon vouloir des forces politiques dominantes.

Mais il y a, en l'occurrence, une troisième signification, celle qui compte le plus par les temps qui courent : si le Liban, contrairement à la plupart de ses voisins, continue fort heureusement à être une terre dangereuse pour les salafisto-jihadistes, le mérite n'en revient sûrement pas à Hassan Nasrallah, et encore moins à Michel Aoun...

Au lendemain des affrontements de Abra, en juin 2013, un membre du bureau politique du Futur, Moustapha Allouche, avait dit du cheikh el-Assir qu'il avait « démarré (son mouvement politique) avec 500 (partisans) et qu'il avait fini avec 500 ». Il entendait par là qu'en dépit de sa surenchère sunnite antisyrienne et anti-Hezbollah, le prédicateur islamiste n'avait pas réussi à s'installer sérieusement dans le paysage sunnite aux dépens des haririens. Ce n'est pas faute d'avoir essayé, lui qui, soutenu financièrement par un remuant émirat du Golfe, à ce qu'on disait à l'époque, était allé jusqu'à accuser Saad Hariri et Fouad Siniora d'avoir bradé le sang de Rafic Hariri.

De Denniyé, en 1999, à Ersal, Tripoli et Minieh, en 2014, en passant par Nahr-el-Bared, en 2007, et Abra, nombreuses furent les tentatives violentes des jihadistes de s'enraciner au Liban. L'échec fut toujours au rendez-vous, grâce certes aux sacrifices consentis par l'armée libanaise, mais aussi et surtout à l'absence d'un environnement propice au radicalisme dans les milieux sunnites libanais, un phénomène qui fait du Liban un cas absolument unique par rapport à tous les États du gigantesque espace musulman s'étalant entre Casablanca et Djakarta.

On pouvait penser il n'y a pas si longtemps que la structure pluriconfessionnelle du pays du Cèdre était l'unique garantie contre le radicalisme religieux sunnite. On constate ces dernières années combien cette croyance était fausse. Et l'on se demande même par quel miracle, au vu de certaines politiques locales et régionales, les sunnites libanais continuent-ils dans l'ensemble de résister aux sirènes du jihadisme.

Cette vérité, il faudrait essayer par un moyen quelconque de l'inculquer aux manifestants visiblement peu informés qui brandissaient il y a quelques jours des banderoles affirmant que courant du Futur et État islamique, c'est kif-kif...

Élie FAYAD

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACE-AN-NAS

HA HA HAHAHA ! qu'est-ce que je me suis marré alors.
Ce wazwaz irait jusqu'à avouer son affiliation que les huluberlus le contrediraient.
HAHAHA.

Pierre Hadjigeorgiou

Il est vrai que le djihadisme ne peut avoir de place au Liban car nos sunnites sont bien plus instruis, éduqués et civilisés que ceux de tous les autres pays de la région. Sur ce il n'y a que les imbassils qui voient dans le courant du futur du fanatisme alors qu'ils soutiennent justement un parti Nazi théocratique de la pire espèce. Je tiens a rappeler, aux porteurs de calicots imbéciles a leur image, que ni a Tripoli, ni a Saida il n'y a eu d'attaques contre des magasins de chrétiens ou autre qui vendent des boissons alcoolisées mais bien a Tyr, Marjeyoun et Baalbeck par des chiites que cela a eu lieu. Qui est donc plus fanatiques? Sauvons la modération avant qu'il ne soit trop tard car a force de tirer sur la corde elle finira par se casser et la chute fera mal!

Hitti arlette

Allouch le prophete - visionnare et tous ceux qui meuvent ds l orbite du bleu et leurs acolytes . c est que des beaux, gentils et fort intelligents... Quant aux autres ce ne sont que vos souffre - douleurs... Vous en avez grand besoin M. Fayad .

Bery tus

WOW merci article excellent !!

Halim Abou Chacra

Tès bien dit M Fayad. Ceux qui veulent à tout prix abattre le courant sunnite modéré dans ce pays sont les pires et les plus dangereux imbéciles.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Et l'on se demande même par quel miracle, les sunnites libanais continuent-ils dans l'ensemble de résister aux sirènes du jihadisme." ! Il n'y a pas de "miracle", c'est juste qu'historiquement ils étaient plus évolués que les autres sunnites du monde musulman à l'instar, n'est-ce pas, des Algériens, des Tunisiens, des Égyptiens, des Jordaniens etc. qui, eux aussi, "continuent de résister aux sirènes du jihadisme" !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué