Rechercher
Rechercher

Liban - « Droits des chrétiens »

CPL et FL d’accord sur le principe, pas sur les moyens

Les députés Nagy Gharios et Fady Karam répondent aux questions de « L'Orient-Le Jour ».

La semaine écoulée a été marquée par la mobilisation des partisans du Courant patriotique libre (CPL) dans la rue, sous le slogan du « recouvrement des droits des chrétiens », et par une séance gouvernementale stérile, dans la continuité de la crise gouvernementale qui dure depuis près d'un mois, en dépit de tous les dossiers épineux qui attendent d'être débattus.

Pour Nagy Gharios, député de Baabda (CPL), « les manifestations aounistes de mercredi sont nées d'une volonté réelle de participer à la prise de décision sur le plan national, car ce que nous vivons actuellement représente une tentative de nous éliminer de l'équation politique ».
Dans un entretien à L'Orient-Le Jour, M. Gharios souligne que les manifestants « ont revendiqué non seulement leurs propres droits, mais aussi ceux de leurs compatriotes, qui n'ont pas manifesté parce qu'ils n'osent pas le faire ». Interrogé précisément sur l'absence des alliés chrétiens du CPL dans la dynamique de contestation, le député a répondu : « Nous n'étions pas seuls, nous avions avec nous la foi des gens qui aspirent à recouvrer leurs droits. »

Concernant l'avant-dernière séance du Conseil des ministres, ce membre du bloc du Changement et de la Réforme estime que la décision de reculer le départ à la retraite des chefs militaires est le fruit « d'un accord américano-saoudien », précisant qu'il s'attendait à ce que le Premier ministre, Tammam Salam, demande à chaque ministre individuellement s'il soutient cette décision, ce qu'il n'a pas fait. « Il est donc grand temps que les chrétiens revendiquent leurs droits dans la rue, dernier recours encore disponible, en l'absence de toute autre alternative », a conclu M. Gharios.


(Lire aussi : Alain Aoun : On cherche à « nous massacrer politiquement »)


Du côté des Forces libanaises, on n'écarte pas que « le principe » des droits des chrétiens est un problème auquel il faut remédier. Mais c'est précisément sur les moyens de recouvrer ces droits que les deux partis signataires de la déclaration d'intention ne se retrouvent pas.
Fady Karam, député du Koura (FL), reconnaît ainsi, à l'instar de son collègue du CPL, « la nécessité d'une participation chrétienne effective à la prise de décision au niveau des instances de l'État. Mais nous marquons notre différence au niveau de la manière employée et du timing politique d'une telle bataille », a-t-il déclaré à L'Orient-Le Jour.
Selon M. Karam, « toute escalade, à l'heure actuelle, plongerait le pays dans l'inconnu, ce qui fait que nous tentons de récupérer nos droits par le biais du consensus et de l'entente ».
Pour ce qui est de la dernière séance du Conseil des ministres, elle a montré, selon le député, que les FL « avaient raison de ne pas prendre part au gouvernement lors de sa formation car elles savaient qu'il allait être paralysé devant les dossiers épineux tels que ceux qui devaient être débattus jeudi ».

 

Lire aussi
L'escalade du CPL, signe que la course présidentielle est finie pour Aoun, l’éclairage de Philippe Abi-Akl

Un discours qui en cache un autre

Droits des chrétiens : mode d’emploi

La semaine écoulée a été marquée par la mobilisation des partisans du Courant patriotique libre (CPL) dans la rue, sous le slogan du « recouvrement des droits des chrétiens », et par une séance gouvernementale stérile, dans la continuité de la crise gouvernementale qui dure depuis près d'un mois, en dépit de tous les dossiers épineux qui attendent d'être débattus.Pour Nagy...
commentaires (4)

je ne comprend pas le libanais juste pour faire plaisir il mets dans un meme sac pomme pourri et pomme mure !!

Bery tus

12 h 16, le 15 août 2015

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • je ne comprend pas le libanais juste pour faire plaisir il mets dans un meme sac pomme pourri et pomme mure !!

    Bery tus

    12 h 16, le 15 août 2015

  • CES DEUX-LÀ EMPOISONNENT LA VIE POLITIQUE... ET NON SEULEMENT... DU PAYS DEPUIS QUATRE DÉCENNIES...

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    11 h 13, le 15 août 2015

  • Qui sont les alliés chrétiens du général Aoun, à part quelques figures qui ont été laquais du régime Assad, dont, par son revirement, il s'est transformé le grand ami et allié ? D'autre part, concernant la "déclaration d'intentions" signée entre le chef du CPl et celui des FL, on peut se demander jusqu'à quand va durer cette déclaration, devant tant de différences entre les "intentions" des deux parties, comme on le voit par le comportement politique du général et de son courant ?

    Halim Abou Chacra

    05 h 29, le 15 août 2015

  • Foutaises ! Ils ne sont d'accord ni sur les principes ni sur les moyens !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    03 h 44, le 15 août 2015

Retour en haut