X

Liban

« Le début du changement », crient les aounistes, place des Martyrs

Reportage

Des milliers de partisans du Courant patriotique libre ont manifesté hier pour « restituer les droits des chrétiens et des Libanais ».

Nada MERHI | OLJ
13/08/2015

Une fois de plus, les partisans du chef du Courant patriotique libre (CPL), Michel Aoun, n'ont pas failli à l'appel de mobilisation populaire lancé par leur leader mardi. Hier, ils étaient très nombreux à envahir en fin d'après-midi la place des Martyrs, brandissant le drapeau orange de leur formation et criant haut et fort que ce rassemblement marque « le début du changement ».

Dès 17h, les partisans de Michel Aoun commencent à se regrouper dans les différents points de rassemblement annoncés la veille par les médias du CPL. Ils sont rejoints par plusieurs responsables politiques du parti, notamment les ministres des Affaires étrangères, Gebran Bassil, et de l'Éducation, Élias Bou Saab, les anciens ministres Nicolas Sehnaoui, Fadi Abboud et Mario Aoun, ainsi que les députés Hikmat Dib, Naji Gharios, Ibrahim Kanaan, Alain Aoun, Nabil Nicolas, Simon Abiramia et Walid Khoury.

Vers 18h, les convois prennent la direction de la place des Martyrs, où les rangs des manifestants ne cessent de grossir, rejoints par un nombre restreint de partisans du Hezbollah. Auparavant, les protestataires avaient coupé plusieurs routes, principalement celles de Chekka au niveau du château de Msaïlha, de Jbeil-Beyrouth au niveau de Nahr Ibrahim, de Jal el-Dib et de Nahr el-Mott. À Jal el-Dib, un bulldozer accompagnant le convoi a même enlevé une partie des blocs de pierre qui séparent les deux voies de l'autoroute, « en signe de protestation contre la négligence de l'État », comme l'affirme M. Kanaan, faisant allusion au pont de Jal el-Dib qui tarde à être reconstruit.

 

(Lire aussi : Modération iranienne contre moumana'a aouniste)

 

« Restituer les droits des Libanais »
« Le peuple veut Roukoz » (en référence au général Chamel Roukoz, dont la nomination à la tête de l'institution militaire est farouchement défendue par Michel Aoun), « Je n'accepterai plus de dirigeants suivistes... », « Je n'accepterai pas une loi électorale qui annule ma représentation », « Nous voulons un président fait au Liban »... Autant de slogans brandis par les partisans du CPL réunis place des Martyrs.

« Je suis là parce que je suis convaincue de tout ce que le général dit, confie Roula. Le pays ne peut plus fonctionner de la sorte, sans électricité, sans eau, avec des monticules de déchets qui jonchent les rues. Il faut agir. »
Walid, 22 ans, estime que « Michel Aoun est détenteur d'une cause ». « Lorsqu'il est rentré de Paris (en 2005), il défendait les droits de tous les Libanais et personne ne lui a tendu la main ou l'a soutenu, poursuit-il. Maintenant, nous voulons secouer le peuple qui est devenu apathique face à tout ce qui se passe dans le pays. Selon la Constitution, le peuple est la source du pouvoir. Or le peuple a vécu la prolongation de deux mandats de la Chambre. Ce qui est une violation de la Constitution. Avant de restituer les droits des chrétiens, nous voulons restituer ceux des Libanais. »
Même son de cloche chez Tony, la vingtaine, qui affirme vouloir faire entendre sa voix à « tous ceux qui ne veulent pas écouter la voix du peuple ». « Nous avons essayé en vain tous les moyens de communication, avance-t-il. Il ne nous reste plus que la rue. »
Pour Ghassan, la mobilisation est contre « les féodaux politiques qui exercent une tyrannie pire que celle vécue du temps de l'occupation syrienne ». « Comme dans les années 1990, nous portons toujours l'étendard de la liberté, de la souveraineté et de l'indépendance, insiste-t-il. Nous défendrons le Liban jusqu'au dernier souffle et jusqu'à la restitution des droits des chrétiens. »

 

(Lire aussi : Le 14 Mars déplore les attaques de Aoun contre l'armée, une « atteinte au prestige de la troupe »)

 

« Récupérer notre liberté »
Carla vit au Koweït. En vacances au Liban, elle n'a pas hésité à participer aux deux mouvements de protestation auxquels a appelé Michel Aoun, en l'espace d'un mois. « Le général me représente et représente mes principes, déclare-t-elle. C'est lui l'avenir. Je suis descendue dans la rue pour mes enfants, parce que je veux qu'ils rentrent vivre au Liban. »
Mansour vit aussi au Koweït. Il confie prendre part à ce mouvement de protestation pour « obtenir une application de la Constitution et de la loi », mais aussi pour « trouver des solutions aux problèmes de l'eau, de l'électricité, des déchets... » et pour « que la décision chrétienne reste libre ». « Il n'est pas normal que le chrétien qui est à la tête du plus grand bloc parlementaire soit marginalisé, martèle-t-il. Je suis ici pour dire à tout le monde que cet homme-là bénéficie du soutien d'une grande partie du peuple. »
Pour Clovis, cette manifestation est un moyen pour « récupérer notre liberté » et « nos droits bafoués ». « En tant que chrétiens, nous sommes prêts à offrir des martyrs pour que notre décision reste libre, souligne-t-il. Aujourd'hui, c'est le premier pas vers le changement. D'autres démarches suivront et nous aurons gain de cause. Le Liban est à nous. Nous refusons de le leur laisser. Et Michel Aoun est le seul qui revendique les droits des Libanais du Liban et de l'Orient. »

 

(Lire aussi : Chaptini : Les droits des chrétiens sont une chose, la protestation une autre)

 

« Préparez-vous au tsunami »
Plusieurs allocutions ont par ailleurs été prononcées par des responsables du CPL. Gebran Bassil affirme ainsi que ce mouvement vise à « réclamer les droits des chrétiens qui concernent tous les Libanais en général ». « L'eau, l'électricité, le pétrole et les déchets sont des causes qui concernent tous les Libanais sans exception, déclare-t-il. La présidence de la République est le droit de tous les chrétiens. » De son côté, Nicolas Sehanoui indique que « le peuple libanais veut retrouver ses droits volés par le gouvernement ».

Quant à Pierre Raffoul, coordonnateur général de la formation aouniste, il explique : « Nous n'avons ni lois ni Constitution, mais une loi de la jungle. Nous sommes venus aujourd'hui réclamer le partenariat pour que le pays se redresse. » « Éliminer n'importe quel parti politique, c'est éliminer tout le Liban, ajoute-t-il. Nous sommes aujourd'hui éliminés de l'équation et tous les Libanais doivent se tenir à nos côtés. Nous sommes descendus dans la rue pour réclamer nos droits volés. » Et Pierre Raffoul d'estimer que « le général Aoun n'a pas besoin de postes », mais qu'« il représente une icône nationale pour tous les Libanais », soulignant que « celui qui veut éliminer le général Aoun de l'équation peut rêver ». « Préparez-vous au tsunami qui va bientôt arriver ! » prévient-il.

À Jbeil, Simon Abiramia avait affirmé devant la foule rassemblée que les partisans du CPL restent « des militants fidèles au Liban souverain et libre ». Walid Khoury avait de son côté déclaré que « ce rassemblement est une preuve que les partisans de Michel Aoun sont toujours prêts à répondre à l'appel de leur leader ». Les deux députés ont également affirmé que les travaux dans le barrage de Janné se poursuivront.

Vers 20h, Alain Aoun annonce la fin du regroupement, suite à une décision du chef du CPL. La foule commence à se disperser, dans l'attente des précisions sur la nature du mouvement prévu aujourd'hui et « qui devrait être annoncée plus tard », comme l'a indiqué Alain Aoun.

 

Lire aussi
Les aounistes dans la rue, sous le plafond de la stabilité interne, le décryptage de Scarlett Haddad

Au nom de tous les chrétiens !, l’édito d’Élie Fayad

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dounia Mansour Abdelnour

Iznogoud-Aoun fait des siennes. Il boude, il bloque, il manœuvre. Toujours fidèle à lui-même et à sa famille. Estimons-nous heureux qu'il n'ait pas eu de descendant masculin !? Qu'à cela ne tienne, il a trouvé moyen de nous imposer les autres mâles de sa famille, neveu, gendre 1 et gendre 2. Venant d'un autre homme politique, c'eut été normal mais venant de lui, le réformateur qui a dit sic 'je demande la fin du népotisme et des dynasties politiques, nous désirons réformer le système héréditaire féodal et établir une méritocratie'. Voici un exemple vivant de la duplicité de cet homme et de ses réformes.

M.V.

Aux moins, ces manifestants très disciplinés ...ne sont pas des autoprorogés ...!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Le début du changement." ! Non ! La fin du début de la fin.

Beauchard Jacques

Très nombreux c'est à dire??????????????????

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES DOUBLEMENT PROLONGÉS ET QUI ONT ACCEPTÉ LEURS PROLONGATIONS SANS DÉMISSIONNER... LES FOSSOYEURS DU POSTE DE LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE CHRÉTIENNE ET QUI LA TIENNENT EN OTAGE... APRÈS L'AVOIR AFFAIBLIE ET PARALYSÉE... CEUX QUI REFUSENT LES ÉLECTIONS DÉMOCRATIQUES... CEUX QUI PARAVENTISSIMEMENT ET MOUMANA3AMENT JOUENT AU QUITTE OU DOUBLE AVEC LE DEVENIR DU PAYS... MANIFESTENT CONTRE TOUTES LEURS FAUTES ET LACUNES CI-HAUT MENTIONNÉES ! CE N'EST PLUS SEULEMENT DE L'ABERRATION... C'EST DE LA FOLIE !!! ON LEUR CONSEILLE PLUTÔT DE DIALOGUER AVEC LES AUTRES FORCES CHRÉTIENNES, DE S'ENTENDRE ET DE FORMER UN FRONT CHRÉTIEN UNI... SI VRAIMENT ILS SE FONT DE LA BILE POUR L'AVENIR DES CHRÉTIENS LIBANAIS... ET NON SEULEMENT... ET PUISQU'ILS PARLENT DES DROITS DÉMOCRATIQUES... QU'ILS AILLENT À TOUTES LES ÉLECTIONS DÉMOCRATIQUEMENT !!!

George Khoury

qu'est-ce que le droit des Chretiens a avoir avec l'etat islamique? pourquoi brandir des pancartes "isis peut porter des cravates"? Pourquoi on veut absolument faire porter au courant du future les exactions de l'etat islamique.

michele bibi

C'est a vomir........................
No comment

Halim Abou Chacra

Quelques observations :
1-Le CPL c'est le général Aoun. Après lui il me semble qu'il n'y aura plus de CPL.
2-Le positionnement politique du général Aoun serait compréhensible pour les Libanais en général et les chrétiens en particulier, s'il avait adopté la neutralité, vocation naturelle du Liban, et non intégré l'axe Iran-Syrie du gang Assad-Hezbollah. Sa théorie selon laquelle le salut du Liban et en particulier des chrétiens passe par cet axe est une grande hérésie rejetée par une écrasante majorité des Libanais.
3-Malheureusement les hauts cadres du CPL évitent délibérément d'aborder ladite intégration par le général -donc par le CPL- de l'axe mentionné et de l'expliquer à leur public. De telle sorte que celui-ci ignore la question.
4-En ce sens, et tenant compte des slogans brandis hier, pour le CPL les mollahs iraniens et leurs partisans barbus sont préférables aux sunnites modérés "sans barbes" ! C'est bien difficile de croire de telles affirmations arbitraires et gratuites.
5-Comme ça sonne étrange les députés et le ministre Bassil du CPL dénonçant "la pénurie d'électricité et d'eau", le ministère de l'Energie et des Eaux étant entre les mains du CPL depuis plus de huit ans ! Ils dénoncent donc leur propre incompétence pour trouver les solutions adéquates et efficaces pour cette pénurie !

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’inquiétant ADN d’un ministre libanais

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué