Rechercher
Rechercher

Culture - Zoom

Regardez Sabah vous regarder dans les yeux...

Minute-bonheur à Hamra avec la murale de Sabah par Yazan Halwani.

On ne peut pas la louper. Vous l'avez à l'œil autant qu'elle vous a à l'œil! Sur fond de façade latérale de l'immeuble Costa où sis, au 6e étage, la galerie Artspace, l'image de Sabah est resplendissante. Pour le plaisir et le réconfort des passants qui lèvent les yeux sur des bâtiments encore déglingués, poussiéreux et lépreux.
Rayon de lumière pour les fatigués de la sinistrose de la ville, de son hystérie permanente et de ses nauséeux tracas de circulation. Une fois de plus, même sans sa voix gorgée de soleil, Sabah donne du bonheur. Minute-bonheur à travers une immense murale d'un graffiti signé Yazan Halwani qui rend un vibrant hommage de 25 x 12 m à l'éternelle Chahroura. Et à son sourire légendaire. Tout autant qu'à son élégance et sa délicieuse coquetterie. Sur un espace couleur rose bonbon, ponctué de lettres arabes joliment calligraphiées, surgit le visage de notre star nationale. À travers ce fouillis abécédaire, sans doute discret et sibyllin rapport avec les toiles de Wajih Nahlé, délicate évocation ici des bribes décomposées de souvenirs, entre ritournelles et dialogues sous l'œil des caméras.

 

(Voir : La vie de la diva en images)


On revient à ce visage capté de trois quarts, une attitude à la fois gracieuse et désinvolte. Sabah, imbattable jeune première, souriante, une touffe de cheveux au haut de la tête retenue par un ruban comme une crête d'Attila au vent. Et la blondeur satinée de sa chevelure dorée qui croule sur ses épaules en cascades désordonnées. Sans oublier cette grande boucle d'oreille scintillante comme un sapin de Noël...
Sourire ravageur. Moue mutine et gourmande. Pour tout ce qui frôle ses rêves et ses aspirations entre ces lettres qui la submergent comme autant d'éloges, de scripts de films, de paroles à chanter, de répliques d'opérette à interpréter. Sabah, c'est la pétulance, la vitalité, l'énergie. Les passants lisent tout cela en un clin d'œil. Comme celui que Sabah leur envoie furtivement. Avec elle rien ne passe inaperçu. Principe d'être !
Une dame BCBG s'est arrêtée au milieu de la rue et fixe la murale, le cou pendu au ciel. Le taximan d'à côté, bavard comme une pie, s'empresse de lui dire : « Chou ya Sitt, haydi Sitt el-Kell... Wallah daouett el-hay.. Bas ma hada addara mazbout... » (Quoi madame, ça ç'est une très grande dame...Par Dieu, elle a illuminé le quartier... Mais personne n'a su vraiment l'apprécier à juste titre!)
Qu'il se tranquillise. Oh que si, on lui sait gré de son immense talent – non seulement de scène – mais aussi de celui, même après sa disparition, de pacificatrice, d'unificatrice, de messagère de la vie et de rassembleuse.

*Cette murale de Sabah, signée Yazan Halwani (parrainée par la galerie Artspace), est dans le cadre de réhabilitation et d'embellissement du secteur de Hamra conçu et entrepris par Ahla Fawda.

 

Pour mémoire

Sabah retourne à son village, "à la terre que nous avons aimée et qui nous a aimés"

Sabah : « Le voyage de ma vie »

On ne peut pas la louper. Vous l'avez à l'œil autant qu'elle vous a à l'œil! Sur fond de façade latérale de l'immeuble Costa où sis, au 6e étage, la galerie Artspace, l'image de Sabah est resplendissante. Pour le plaisir et le réconfort des passants qui lèvent les yeux sur des bâtiments encore déglingués, poussiéreux et lépreux.Rayon de lumière pour les fatigués de la sinistrose...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut