X

Liban

La censure frappe de nouveau : un documentaire sur les déplacés de la guerre civile interdit

Libertés
Nour BRAIDY | OLJ
23/06/2015

Cela faisait cinq ans que la réalisatrice Reine Mitri travaillait sur un documentaire traitant de la question des déplacés de la guerre civile au Liban. Espérant le voir projeté dans les salles de cinéma libanaises, elle le soumet – passage obligé – à la Sûreté générale (SG) en mai dernier. Un mois plus tard, le 4 juin, la réalisatrice âgée de 44 ans reçoit une réponse sans détour : il lui est formellement interdit de projeter son film.
« J'ai été contactée par la SG qui m'a informée que mon film était interdit. Les raisons de ce refus ne m'ont pas été communiquées, j'attends de recevoir l'interdiction écrite et justifiée, explique la réalisatrice à L'Orient-Le Jour. On ne m'a pas demandé d'enlever certaines parties du documentaire, on l'a entièrement interdit. »


Reine Mitri note que son documentaire, In this land lay graves of mine (En cette terre reposent les miens), traite en 110 minutes du conflit communautaire au Liban lors de la guerre civile de 1975. Même si, pour elle, « les motifs de la censure sont clairs », elle affirme vouloir savoir « ce qui a dérangé, précisément, la SG ».
Contacté par L'Orient-Le Jour, un haut responsable de la Sûreté explique que le film a été censuré par le ministre de l'Intérieur Nouhad Machnouk, suite à une recommandation du comité de censure. Refusant de donner les raisons précises ayant motivé une telle décision, le responsable indique néanmoins que le film ne sera pas projeté « parce qu'il pourrait provoquer des dissensions confessionnelles ».


Informée de la réponse de la SG, la réalisatrice rejette en bloc cette accusation. « Ce documentaire, travaillé le plus objectivement possible, est, au contraire, un appel à la tolérance et au dialogue national. Il nous invite à connaître notre histoire afin de mieux comprendre notre présent », assure Mme Mitri. « Je suis contre la censure de tout travail artistique. Est-il normal que nous ne soyons toujours pas autorisés à faire notre devoir de mémoire et évoquer la guerre civile ? » s'insurge-t-elle.


Léa Baroudi, présidente de l'ONG March contre la censure, dénonce de son côté une volonté de « créer une amnésie générale ». « Tout ce qui évoque le passé est devenu tabou au Liban, déplore-t-elle. Il est inacceptable d'interdire tout film qui est un travail de mémoire. La censure de l'art et de la culture doit être complètement abolie. »
In this land lay graves of mine avait été projeté en décembre 2014 dans le cadre du festival international du film à Dubaï. C'est donc hors les frontières de leur pays que les Libanais, premiers concernés, ont pu visionner ce documentaire.

 

Lire aussi
Une ligne directe pour venir en aide aux internautes libanais confrontés à la censure

Quand les jambes de Cynthya Karam choquent un officier de la Sûreté générale...

Interpellé pour un commentaire sur Facebook : quand la censure libanaise débarque sur Internet

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dounia Mansour Abdelnour

La censure! Vraiment! Ceci ne nous empêchera pas de le visionner sur le net ou en CD.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUT EST INTERDIT... ACTES ET PAROLES... EXCEPTÉ LES MILICES ARMÉES QUI GUERROIENT DANS LES PAYS VOISINS AU MÉPRIS DE L'ETAT ET DU PEUPLE !!!

Atallah Simone

La politique de l'autruche encore et toujours!!! A force de vouloir à tout prix enterrer notre passé, comment espérer resoudre tous les problèmes de notre présent !!!

M.V.

Comme quoi, faut laissé nos fantômes au placard...de peur qu'ils resurgissent dans notre société lobotomisée ...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Comme on voudrait s’abstraire de ce salmigondis, et se contenter de traiter l’actualité à sauts et à gambades dans sa chatoyante diversité. Mais la dabkéh libaniste se poursuit avec des aveugles prêtant la main aux paralytiques, des censeurs agitant leurs marelles censurielles et des rafales de baffes et de nasardes gratuites ! L’intolérable nous brûle la joue, puisqu’ une toute timide ouverture paraissait se faire jour suite à la débâcle au départ finale de leur ex-système sécuritaire funeste et néfaste. Certains de "nos" Malsains censeurs qui contribuent tant à faire de cette censure aux "ongles noirs" 1 doctrine onctueuse et propre à donner du moelleux à tous les fonds de sentine, n’ont pourtant pas peur des mots. Ils disent souvent, en pouffant, que "la censure-sangsue, c’est comme le késchék, ça doit sentir la m… mais pas trop." ! Cette sentence il faudrait qu’ils l’adressent, en forme de conseil, à certains de leurs "intellectuels- gradés" sans trop d’espoir qu’ils en tiennent compte tant ces personnages Malsains s’appliquent à confirmer par leurs interventions odieuses et sournoises que leur idéologie de rejet et de répudiation porte en elle, comme la nuée porte l’orage, les ignominies et les "idéologies les plus retorses, les plus archaïques et les plus rétrogrades.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.