Liban

L’État islamique remet à l’armée les corps de deux Libanais tués lors de la bataille de Ersal

OLJ
04/05/2015

L'État islamique du Qalamoun a remis hier après-midi aux services de renseignements de l'armée les corps du soldat Ali el-Ali, originaire de Khraybet, mort au cours des affrontements avec l'EI en août dernier à Ersal, et celui de Mamdouh Younès, de Brital. Dans un communiqué, l'armée libanaise a indiqué que les deux personnes avaient été « liquidées par les organisations terroristes ».
L'échange s'est effectué suite à une transaction conclue dans le cadre du dossier des otages militaires, dont une partie est retenue depuis huit mois par l'EI.
Les deux corps ont été transportés dans une ambulance à l'hôpital militaire où sera effectué un test d'ADN. Les familles des deux victimes ont été notifiées et invitées à se rendre à l'hôpital pour l'identification des corps. Les résultats des tests d'ADN sont attendus par les proches ainsi que dans les villages respectifs des deux défunts pour pouvoir organiser les obsèques.
Kassem Ali, le père de Ali, a précisé que son fils a été blessé lors de la bataille du 2 août, avant d'être transporté dans le jurd. « Aujourd'hui, il ( l'EI) nous le ramène mort », a-t-il dit.
Pour la mère du soldat, son fils « est un héros. Il a tué plusieurs takfiris avant de mourir ».
Sur un autre plan, les proches des soldats libanais tués dans des combats contre des extrémistes ont manifesté leur colère hier, place des Martyrs, à Beyrouth, réclamant que le 6 mai, « fête des Martyrs », soit à nouveau une fête nationale.
« Cette fête est un droit pour nos martyrs », a lancé la mère de l'officier Nadim Semaan tué lors de combats contre des jihadistes. « Le gouvernement actuel doit nous restituer ce droit », a-t-elle insisté. Les quelques dizaines de manifestants, soutenus par plusieurs journalistes et artistes, ont dénoncé le peu de mobilisation des Libanais pour leur cause.

Lettre de remerciement à Kahwagi
Par ailleurs, une délégation d'agriculteurs et de fermiers de Ersal ont envoyé le week-end dernier une lettre au commandant en chef de l'armée, le général Jean Kahwagi, pour le remercier d'avoir œuvré en vue d'ouvrir la voie reliant le village au jurd où se trouvent leurs terrains agricoles. Les agriculteurs, qui étaient accompagnés d'une délégation du comité de coordination au sein du courant du Futur dans la région, se sont rendus auprès du commandant de la huitième brigade de l'armée, le général Mohammad Hassan.
Prenant la parole, l'officier a indiqué que Ersal est une ligne à ne pas franchir. Il a salué au passage le « rôle national que remplit le chef du courant du Futur Saad Hariri, plus particulièrement en faveur de la sécurité à Ersal. Le général a en outre exprimé son mécontentement de la présence accrue d'informateurs, qui, a-t-il dit, occupent parfois des positions importantes tels que les moukhtars et les hommes religieux ».
Il a enfin promis d'œuvrer à résoudre les problèmes sécuritaires des agriculteurs, « de manière à ne pas permettre aux éléments armés se trouvant dans le jurd d'en profiter ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Salam, Mikati et Siniora en Arabie : un rééquilibrage face à l’influence iranienne grandissante

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants