X

Liban

Des jeunes malentendants redonnent vie aux vieux meubles

Société

Un projet artistique, professionnel et social a permis à des handicapés de s'essayer au travail du bois. L'objectif est simple : leur apprendre un métier.

03/04/2015


Qui n'a jamais eu chez lui une veille armoire ou un ancien bureau, hérités des parents ou des grands-parents, et qui ne sait plus quoi en faire ? Abîmés et décolorés, ces vieilleries restent bien trop souvent stockés dans un grenier, prenant la poussière. Les élèves de l'Institut du père Andeweg pour les malentendants (Faid) ont réussi à redonner vie aux antiquités, dans le cadre d'un projet visant à les aider à intégrer le marché du travail et à devenir autonomes.
Lina Atallah, responsable académique de l'institut, explique que « l'école leur apprend à utiliser leur appareil auditif, il est vrai, mais elle les aide surtout, à travers des projets tels que celui de la restauration de meubles, à les insérer dans le milieu professionnel ».
Les jeunes, âgés entre 14 et 18 ans, ont travaillé par petits groupes pendant quatre mois, et ont redonné brillance et couleur à du vieux mobilier de seconde main. Ils ont ainsi retapé des chaises, des tables et des bureaux qu'ils présentent à l'exposition « Rénover, ne pas jeter », à la galerie Farra (Mkallès).
Mounir, 14 ans, est heureux de voir son travail exposé dans une galerie, aux côtés de meubles conçus par des professionnels. « J'ai travaillé plusieurs heures sur les pièces. Cette chaise en tissu bordeaux, c'est moi qui l'ai poncée », explique-t-il en langue des signes à son professeur qui se charge de la traduction.
Les objectifs de ces ateliers de travail sont multiples. Les jeunes ont découvert un métier qu'ils n'auraient jamais songé pratiquer auparavant. Pascale Khaïrallah, coordinatrice des projets artistiques de l'école, constate que les « élèves ont apprécié l'atelier ». « À travers l'art, ils donnent quelque chose d'eux-mêmes. C'est une façon pour eux de s'exprimer autrement que par l'oral », souligne-t-elle.
Khaled, 17 ans, explique que ce qu'il a préféré, c'était l'étape de la peinture : « J'ai aimé faire ça avec mes amis », indique-t-il, le sourire aux lèvres. Le but était également de sensibiliser les étudiants sur l'importance du recyclage.
De telles initiatives, mêlant la création artistique et la professionnalisation, donnent une belle perspective d'avenir pour les jeunes malentendants du pays. À la suite des ateliers pratiques, deux élèves se sont d'ailleurs découvert une nouvelle passion et veulent devenir ébénistes. Les jeunes malentendants prouvent que leur motivation est bien plus forte que leur handicap.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

NAUFAL SORAYA

C'est génial et joli! Bravo!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants