X

Liban

La sémantique au secours de la cohésion gouvernementale

La situation
30/01/2015

Au lendemain de la secousse qui a failli embraser le front du Liban-Sud, pour la première fois aussi sérieusement depuis 2006, tous les acteurs concernés, ou presque, paraissaient hier être tirés d'affaire et avoir pris leur parti de ce qui s'est produit mercredi.


Il s'agit, certes, en premier lieu du Hezbollah, qui doit s'estimer suffisamment vengé du raid israélien sur Kuneitra, sans pour autant avoir eu à bouleverser la donne militaire dans la région ; ensuite d'Israël, et tout particulièrement son Premier ministre, Benjamin Netanyahu, qui pourra toujours se parer devant ses électeurs du décalage arithmétique entre les bilans des uns et des autres (deux militaires israéliens tués dans les fermes de Chebaa contre six cadres du Hezbollah et un général iranien à Kuneitra) ; et enfin, du gouvernement libanais, habituellement dindon de la farce et qui, par une manœuvre de haute voltige, est parvenu à préserver sa cohésion interne grâce à un subtil dosage de mots.
Il faut dire que le Hezbollah lui avait facilité la tâche, si l'on ose dire, en mettant au point une opération qui a incontestablement réussi à concilier deux objectifs contraires : frapper les esprits en faisant relativement mal à l'armée israélienne, mais de telle façon à ne pas risquer une remise en question de l'ordre prévalant depuis 2006 au Liban-Sud.


Rien de pareil, en effet, à ce qui s'était produit le 12 juillet de cette année-là, lorsqu'une unité du Hezbollah est entrée en territoire israélien, a tué un certain nombre de soldats ennemis et capturé d'autres. Cette fois-ci, l'objectif visé se trouvait sur un territoire reconnu par la communauté internationale comme étant occupé par l'État hébreu, même s'il existe toujours une confusion, savamment entretenue depuis des années par Damas, sur le point de savoir si ce territoire est libanais ou syrien.


Faut-il pour autant considérer, comme nous y invitent non seulement les composantes du 8 Mars, mais aussi l'entourage du chef du gouvernement, dans des déclarations tenues avant le Conseil des ministres d'hier, que du fait des précautions prises par le Hezb, on n'est pas en présence d'une violation de la résolution 1701 ? Tel n'est guère le point de vue de la Finul, dont le porte-parole a réaffirmé hier qu'il y avait eu clairement une « violation » de l'accord de cessation des hostilités. Si, à New York, le Conseil de sécurité a évoqué des « échanges de tirs », le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a quant à lui fait également état de violations de la 1701, de même que le Quai d'Orsay.
Au sein même du gouvernement, le ministre du Travail, Sejaan Azzi (Kataëb), défend une position similaire, estimant qu'il y a eu une violation non seulement de la résolution 1701, mais aussi de la souveraineté libanaise.


Toujours est-il que ce désaccord n'a pas empêché que le débat en Conseil des ministres sur les événements de mercredi se déroule dans le calme. Les ministres se sont d'ailleurs parfaitement accordés à proclamer leur attachement à la 1701 et ont souligné « la nécessité de ne pas fournir à Israël l'opportunité d'entraîner le Liban dans un vaste conflit mettant en péril (...) la paix régionale ». Cette phrase est importante dans la mesure où les deux ministres du Hezbollah y ont souscrit, mais certains observateurs y ont vu surtout un blanc-seing gouvernemental dès lors qu'il s'agirait d'opérations non susceptibles d'entraîner les conséquences décrites.


Deux ministres du 14 Mars contestent toutefois cette analyse. Rachid Derbas (Affaires sociales) a noté, sur la NTV, que le Conseil des ministres n'a « guère justifié le recours à des opérations militaires qui ont lieu sans sa connaissance ». On peut d'ailleurs constater, à ce propos, que le gouvernement n'a émis hier aucun jugement de valeur, ni positif ni négatif, au sujet de l'attaque menée par le Hezbollah.
Quant à M. Azzi, il précise que le compte rendu de la séance ne « couvre » pas des opérations menées par de quelconques parties, mais uniquement celles de l'armée libanaise et des forces de sécurité.
Tout le monde est donc plus ou moins satisfait à ce stade, la sémantique gouvernementale étant de nature à aider les diverses parties à maintenir chacune ses vues. Le 14 Mars va continuer à accuser le Hezbollah de confisquer à l'État la décision de guerre et de paix, fonction régalienne par excellence, et Hassan Nasrallah, secrétaire général du parti chiite, va très probablement revêtir aujourd'hui, une fois de plus, devant son public, les habits du « vainqueur par la volonté divine ».
Mais pour ce qui est de savoir si l'intérêt du Liban est pris en compte dans tout cela, c'est une autre paire de manches.

 

Lire aussi

« Ne pas fournir à Israël l'opportunité d'entraîner le Liban dans un vaste conflit »

Quelques mois pour convaincre les derniers pays récalcitrants..., le décryptage de Scarlett Haddad

L'attaque contre Chebaa : légitime, selon le 8 Mars, une atteinte aux intérêts des Libanais, affirme le 14 Mars

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabbagha Antoine

La cohésion gouvernementale une vraie mascarade pour sauver la face .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NE SAUTEZ PAS SI VITE AUX CONCLUSIONS ! UNE DONNÉE MAJEURE : MILLE HEZBOLLAH AUX FRONTIÈRES SIONISTES PLUTÔT QUE LES CANNIBALES DE L'EI... L'ENNEMI DE TON ENNEMI EST DE FAIT : TON AMI !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

En toute bonne foi, n'est-ce pas 1 absurdité de faire de considérations militaires le principe suivant lequel les frontières doivent être fixées ? Si cette règle devait prévaloir, le Liban aurait encore droit à Äcca pour se protéger, et Äsraël à Tyr pour protéger la Galilée certainement + exposée à 1 attaque, que Dâhïyéééh ne l'est. Si les frontières doivent être fixées suivant les intérêts militaires, il n'y aura pas de fin aux revendications territoriales, parce que toute ligne militaire est défectueuse et peut être améliorée en annexant + de territoire ; et, de +, cette ligne ne peut être fixée d'1 manière équitable, parce qu'elle est imposée au vaincu par le vainqueur et porte déjà en elle le germe de guerres nouvelles. Telle est l’historique leçon. Il en est des nations comme des individus. Pour leur enlever leurs désirs d'attaque, il faut leur enlever leurs défenses. Il ne faut pas les prendre à la gorge, mais les mettre à mort. Si jamais vainqueur prit des "garanties" pour briser 1 Révolution, ce fut l’hassine 1er par le traité inique de Doha signé avec le Cédraie, et la façon dont il l’exécuta contre ce Sain éhhh Cédraie. Pourtant, sa puissance se brisa comme 1 roseau pourri devant lui. Que sont ces bêtes garanties que le noirci insensé oserait imposer à cet éhhh Libanais Cédraie, comparées aux claques que celui-ci lui avait assénées ? L'histoire mesurera ses sanctions, à la grandeur du crime qui ose faire revivre encore cette politique chafouine si héZébbbollâhîîîe !

Halim Abou Chacra

Et vive le "takazob" libanais, "merveilleux", unique au monde dans l'histoire des nations et qui ne mène qu'à la ruine.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Et l'hassine va probablement revêtir aujourd'hui, une fois de plus, devant son public, les habits du vainqueur par la volonté divine." ! Mais, il doit faire gaffe, parce que cette fois-ci Äsraël va chercher non point à l'éliminer mais à le kidnaper en vue de l'exposer derrière des barreaux à Tell- Äfîf ; yâ wâïlîîîh !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.