Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - La situation

La révolution du crayon est née ; et maintenant ?

La France était hier « plus vivante que jamais », Hollande « l'homme de la nation » : comment se réveilleront-ils aujourd'hui ?

Francois Lenoir/Reuters

Ils sont Charlie. Frédéric Boisseau, Philippe Braham, Franck Brinsolaro, Cabu, Elsa Cayat, Charb, Yohan Cohen, Yoav Hattab, Honoré, Clarissa Jean-Philippe, Bernard Maris, Ahmed Merabet, Mustapha Ourrad, Michel Renaud, François-Michel Saada, Tignous et Wolinski. Les 17 victimes de ces trois derniers jours à Paris ont dû hurler. De colère. Cette unanimité et cet « unanimisme utile à Marine Le Pen pour demander la peine de mort », dixit le dessinateur Luz, que la plupart des tués avaient toujours fuis et haïs ; ces bons sentiments qui nivellent par le bas. Ces représentants d'États qui ont tellement dynamité les libertés que cela en devient ahurissant : le Russe, le Turc, l'Égyptien, l'Émirati, l'Algérien, le Gabonais, etc. Tous ces « nouveaux amis » qui hier fustigeaient Charlie Hebdo. La présence de l'Israélien Netanyahu, qui a élevé le terrorisme d'État au rang d'art de gouverner.

(Lire aussi : Les juifs de France ont peur, Netanyahu veut en profiter)

Ensuite, une fois les premières images de Paris, de Lyon, de Bordeaux, de Berlin, de Rome, de Londres, de Madrid, de Montréal, de Beyrouth, de Ramallah et de partout arrivées, ces hommes, ces femmes, ont arrêté de gueuler, juste grincé des dents. Enfin, au moment où la nuit tombée, ivres de cette unité, de ces 3,7 millions de personnes dans les rues de France, ivres de ces crayons brandis vers les étoiles, ivres de ce silence et de ce recueillement, ivres de cette simplicité et de ce bon et ce beau exhibés sans le moindre incident, ils se sont tus. Ont juste souri. C'est ce que devrait faire cette petite minorité d'hier qui, devant les micros ou sur les réseaux sociaux, s'est répandue en lamentations, en rancœurs, en pleurnicheries et en aigreur. Juste arrêter de critiquer les quelques couacs et saluer la naissance de la révolution du crayon. Qu'elle meure aujourd'hui ou qu'elle vive longtemps, peu importe : elle a existé.

Re-prise de la Bastille

Pourquoi ce que la France et Paris ont vécu hier, pourquoi cette présence extraordinaire d'une cinquantaine de chefs d'État et de gouvernement dans les rues parisiennes n'a pas suivi les attentats de New York en 2001, de Madrid en 2004, de Londres en 2005, pourtant bien plus lourds en pertes humaines, bien plus, c'est un euphémisme, spectaculaires ? Cent et une possibilités de réponses s'entremêlent. Mais ce qui est sûr, c'est que quelque part, le Syrien Bachar el-Assad doit sourire.

(Reportage : "Je suis...": marée humaine pour noyer la peur du terrorisme)


Pour la première fois dans le monde occidental, quelque chose de gigantesque s'est (im)posé. Au-delà des chiffres, inédits, jamais vus depuis la Libération en 1945, incomptables presque, les Français (et avec eux les Européens et les Occidentaux) ont fait un printemps. Contre, évidemment : le terrorisme, mais surtout pour : la liberté, les libertés (de pensée et d'expression), les valeurs de la République, la fraternité, etc. « Il s'est passé aujourd'hui quelque chose de magique » : les témoignages lus et entendus hier allaient tous dans ce sens-là : personne en France ne pensait que cela pouvait effectivement arriver. Qu'une « insurrection républicaine », pour reprendre Raphaël Einthoven, pouvait exister dans la France du XXIe siècle, dans une Ve République percluse de douleurs, de doutes, d'angoisses ; qu'elle pouvait se faire par et pour des Français pourtant caricaturés volontiers de par le monde en ultrarâleurs, égoïstes et grands paresseux. « P..., cela fait du bien », a résumé le Schtroumpf grognon même du PAF français, l'humoriste Christophe Alévêque.

(Lire aussi : Grand gagnant aujourd’hui, Hollande pourrait tout (re)perdre demain)

Hier, la France a re-pris la Bastille. Elle a renoué avec un axiome que les Libanais connaissent (mal)heureusement bien : la coexistence, le vivre-ensemble, et plus encore, la convivialité. Dans les rues, naturellement, et sur les plateaux de télévision, avec une séquence au-delà de l'émotion, bigger than life : la maman musulmane, en hijab, d'une victime de Mohammad Merah et le père juif, en kippa, d'une victime d'Amedy Coulibaly, réunis sur le plateau de France 2 dans une seule et même douleur, une seule et même prière, une seule et même empathie. Inouïes. Cette image aussi, insensée, d'un manifestant embrassant un CRS presque gêné, mais tout sourire : depuis quand les Français, génétiquement rebelles, avaient-ils quelque sympathie que ce soit pour les forces de l'ordre ? Depuis quand, plongés dans un quotidien socio-économique plus qu'éprouvant, les Français avaient-ils été fiers, tellement fiers, d'être français, d'être ensemble, à tel point que beaucoup ne voulaient plus quitter les places, de la République, de la Bastille, de la Nation ?

Investir, désormais

Depuis quand enfin, surtout, le président le plus impopulaire de l'histoire de France a-t-il été à ce point ovationné ? L'autorité qu'il a imposée en politique étrangère, François Hollande l'a répliquée depuis le 7-Janvier français sur la scène locale (lire en page 10). Cette révolution du crayon, par pragmatisme, calcul ou simple communion, il l'a voulue, initiée, bonifiée : près de 130 pays étaient représentés, accompagnés. Pendant les deux premiers jours, entre le massacre rue Nicolas-Appert et le dénouement de la double prise d'otages en simultané et en mondovision, il a été impeccable, « l'homme de la nation ». Il a déjà gagné quelque chose de fondamental, et quatre points de popularité selon le baromètre OpinionWay pour Metronews/LCI diffusé hier.

(Lire aussi : Beyrouth a vibré hier avec Paris, pour la liberté et « Charlie Hebdo »)

Mais c'est dès aujourd'hui que tout va se jouer, pour François Hollande, qui présidera dès 8h30 une réunion sécuritaire, et pour les autres. Cette absolue harmonie, cet UMPS intelligent, brave et redoutablement efficace, que devait regarder, de Beaucaire et jaune, Marine Le Pen, qui vient de commettre sa première très grosse faute politique ; cette France « sacrée », combien de temps va-t-durer ? Investira-t-on sur tout cela, et si oui comment ? Le gouvernement de Manuel Valls, pour qui « l'état d'esprit de ce 11 janvier doit rester », saura-t-il empêcher la France de se libaniser, de se communautariser ? La majorité PS commencera-t-elle à légiférer intelligemment, à laïciser à outrance ?

Aucun angélisme, aucun irénisme possibles. La France ne se réveillera pas aujourd'hui débarrassée de ses crises en tout genre, la croissance n'est pas pour demain non plus. Mais quelque chose s'est passé hier. La France était « vivante comme jamais ». Aux Français de (continuer à) jouer, désormais.


Lire aussi

Liban-France : même combat, même ennemi, la chronique de Nagib Aoun

La haine du rire, la tribune de Chawki Azouri

Le choc des hypocrisies, le commentaire de Karim Émile Bitar

Radicaliser et fragiliser les sociétés, un des objectifs des terroristes, le décryptage de Scarlett Haddad


Ils sont Charlie. Frédéric Boisseau, Philippe Braham, Franck Brinsolaro, Cabu, Elsa Cayat, Charb, Yohan Cohen, Yoav Hattab, Honoré, Clarissa Jean-Philippe, Bernard Maris, Ahmed Merabet, Mustapha Ourrad, Michel Renaud, François-Michel Saada, Tignous et Wolinski. Les 17 victimes de ces trois derniers jours à Paris ont dû hurler. De colère. Cette unanimité et cet « unanimisme utile à...

commentaires (6)

Après la révolution du crayon ...faut maintenant faire bonne mine....

M.V.

16 h 50, le 12 janvier 2015

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Après la révolution du crayon ...faut maintenant faire bonne mine....

    M.V.

    16 h 50, le 12 janvier 2015

  • LA RÉVOLUTION DU CRAYON EXISTAIT ET EXISTE TOUJOURS MAIS... SA LIBERTÉ D'EXPRESSION FINIT LÀ Où COMMENCE CELLE DES AUTRES !!! EXCEPTÉ BIEN SÛR LES POLITICIENS ET LES GENS DE VIE PUBLIQUE... Où TOUTES LES LIBERTÉS D'EXPRESSION CONTRE CES ABRUTIS SONT PERMISES ET HALAL !!!

    LA LIBRE EXPRESSION.

    14 h 37, le 12 janvier 2015

  • Désolé, moi non plus, je ne suis pas Charlie ! Je m’incline respectueusement devant les victimes de cette tragique séquence terroriste et prie pour leur repos. Le lourd devoir de ceux qui, comme moi, ont consacré leur vie d’adulte au métier des armes, nous apprend qu’on utilise celles-ci qu’avec la légitimité de servir son pays. Tuer des êtres humains parce qu’ils sont des « infidèles », des « mécréants » ou des « blasphémateurs » relève de l’assassinat et doit être traité comme tel. Mais ne me demandez pas de me reconnaître dans ce journal qui a toujours combattu ce à quoi je suis attaché : la famille, mon métier, les institutions républicaines et ma religion Chrétienne. Bien évidemment, j’ai toléré et même parfois ri devant les caricatures d’une violente causticité de Cabu et de ses amis, justement au nom des valeurs auxquelles j’adhère, dont la tolérance et la liberté d’opinion font partie intégrante. J’aurai pu dire « je suis Charlie » si cet hebdo avait titré de temps à autre, par exemple « je suis Chrétien d’Irak » devant les massacres des populations de ce pays, ou « je suis l’adjudant Kronembourg », une de leurs cibles emblématiques, quand l’un des nôtres tombait en combattant les obscurantistes dont ils ont été victimes. Mais permettez moi de participer à cet élan d’union national que je soutiens,sans pour autant être Charlie

    MALLEZ Charles-Louis

    13 h 05, le 12 janvier 2015

  • F.Hollande plus factice que jamais "l' homme de la nation "? ok, mais en trompe l'œil ..., il très bon dans le rôle officiel de l'arroseur de chrysanthèmes , a par cela , l'union dépolitisée entre français ....? sait faites dans l'émotion ,suite au deuil national , provoqué par l'attentat djihadiste sordide contre des civiles et des forces de l'ordre....dés aujourd'hui le mur politique restent le même ...entre d'un part la nomenklatura au pourvoir et le peuple de gauche ...et de l'autre les autres français....tout cela sera vérifié dans les urnes , lors des élections au mois de mars...

    M.V.

    11 h 22, le 12 janvier 2015

  • "Cet épisode, le fraternalisme ou l’assassinat de Charlie ?, est, selon ce nouveau Français, le facteur fondamental de la transformation de la société françaiiise." ! Cela veut-il dire que cette boucherie est 1 "facteur fondamental" de la formation de ce "nouvel air", i.e. du fraternalisme à la françaiiise ? Ou bien cela signifierait-il : le fraternalisme a fraternisé la fraternité française ! Une tautologie aussi solennelle ne pourrait être attribuée qu’à ce "penseur" Français Moyen, "ami" de l’intellect : "Nous nous trouvons au seuil de celle-ci ; la transformation de la structure françaiiise ; et la route qui s'étend est longue, notre new fraternalisme le reconnaît." ! En un mot, le Moyen Français reconnaît qu'il a encore 1 longue route, i.e. qu'il se promet 1 longue durée. L'art, i.e. la révolution, est court, et la viiie, i.e. cette "fraternisation", est longue. Et par surcroît, c'est lui-même qui le reconnaît. Ou bien interprète-t-on autrement les paroles de ce Moyen ? On ne prêtera pas à ce "penseur ami" de l’intellect, l'explication banale : "Le peuple français se trouve au seuil d'1 nouvelle époque, se tient à ce seuil, et la route qu’il a devant soi est aussi longue que l'avenir." ! Telle est le discours, pénible, grave, formel et massif de "l'intellect" à la françaiiise. Il se résume en 3 phrases : Après cette "satanée" de 89, la fraternité française ! Haute signification donc du fraternalisme français ! Et longue route devant la fraternisation à la françaiiise !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 13, le 12 janvier 2015

  • Comme ça fait mal cette question "la France (et même l'Europe) va-t-elle se libaniser" ? Car cela veut dire la France va-t-elle entrer, selon le modèle libanais à ce jour, en un vivre-ensemble entre musulmans et chrétiens -et à présent entre sunnites et chiites- perpétuellement chaotique, en crise, en échec ? Au lieu de faire du Liban un modèle d'un tel vivre-ensemble pour l'Europe et le monde, solide, brillant, splendide, unique au monde; un modèle pacifique, fraternel, plein de prospérité et de bonheur pour tous ses citoyens; les parties libanaises s'égarent dans un égoisme maladif, des loyautés catastrophiques à des puissances étrangères, des chemins enchevêtrés de perdition et de destruction. C'est vraiment le moment pour les communautés de ce pays de penser qu'une telle vocation de pays modèle, de pays message, est la meilleure, la plus privilégiée, la plus belle que leur pays, le Liban, peut et doit avoir, et qu'il est devenu plus que jamais nécessaire de mettre cette vocation en pratique.

    Halim Abou Chacra

    06 h 07, le 12 janvier 2015

Retour en haut