Liban

Un jeune homme assassiné à Faraya, son meurtrier protégé par un politicien ?

Une journaliste de Future TV menace de révéler mercredi l'identité de ceux qui protègent le suspect.

 

Yves Nawfal, 27 ans, est décédé dans la nuit du 10 janvier des suites de ses blessures, après avoir été victime de coups de feu à Faraya, dans le Kesrouan, lors d'une altercation la veille. Photo Twitter

Une journaliste de Future TV menace de révéler mercredi l'identité de ceux qui protègent le suspect.

 

Dans la nuit du 9 au 10 janvier, Yves Nawfal fêtait son 27e anniversaire avec ses amis dans un restaurant à Faraya, au Kesrouan (nord-est de Beyrouth). Au beau milieu de la fête, une dispute éclate entre les amis de Yves Nawfal et un autre groupe de jeunes, probablement au sujet d'une jeune fille. Assez rapidement, Yves Nawfal et ses amis quittent les lieux. Mais les individus avec lesquels l'incident a eu lieu, poursuivent Yves et son ami Saba Nader sur la route de Ouyoun al-Simane. Ils les retrouvent près d'une station d'essence, et après avoir appelé du renfort, ouvrent le feu contre eux avec une arme de poing et une kalachnikov.

Yves Nawfal, présenté par ses amis comme un jeune homme jovial et doté d'un grand sens de l'humour, et Saba Nader sont blessés et transportés aux urgences de l'hôpital Saint-Georges à Ajaltoun et de l'Hôtel-Dieu à Beyrouth. Yves Nawfal, gravement atteint de plusieurs balles, finira par succomber à ses blessures samedi dans la soirée.

S'ouvre alors la deuxième phase du drame. L'affaire se répand comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux. La cause : l'un des assaillants, identifié par la chaîne LBCI comme étant Charbel Georges Khalil, toujours en fuite, aurait trouvé refuge, à en croire la rumeur publique, chez un ancien ministre de la région. Paula Yaacoubian, célèbre journaliste à la chaîne Future, exprime son indignation sur Facebook et menace de dévoiler mercredi, lors de son programme hebdomadaire, les noms de ceux qui protègeraient le suspect, au cas où le voile n'est pas levé sur l'affaire. "Oui, ceci est une menace", affirme-t-elle.

 

Sur la toile, plusieurs clichés présentés comme étant celui de Charbel Khalil, sont postés, généralement alors qu'il pose avec une arme à feu.

Les forces de sécurité intérieure (FSI) ont perquisitionné la maison du suspect à Hrajel, sans que celui-ci ne s'y trouve. Son deuxième domicile à Zouk, au nord de Beyrouth a été également perquisitionné par les FSI. Selon des sources sécuritaires citées par la LBCI, le casier judiciaire de Chabrel Khalil, né en 1988, selon an-Nahar, serait loin d'être vierge : il avait déjà ouvert le feu sur un individu il y a un an, et l'avait également atteint.

 

Rapidement, des hashtags ont émergé sur les réseaux sociaux, #justiceforyves et #jesuisyves (en écho au #jesuischarlie au lendemain de l'attentat sanglant contre Charlie Hebdo à Paris), appelant à ce que le ou les assassins de Yves Nawfal soi(en)t arrêté(s).

 

"J'espère qu'ils seront punis sévèrement", s'insurge une internaute, "aucune excuse pour ne pas arrêter quiconque a commis cela", écrit le blog libanais BlogBaladi sur Facebook. "Justice pour Yves, mettons fin à la loi de la jungle", tweetaient d'autres.

 

Le député Samy Gemayel a condamné cet assassinat. L'ancien député du Kesrouan, Farid el-Khazen, a de son côté appelé à ce que les responsables du crime soient traduits en justice, assurant que la couverture d'un tel acte n'est pas possible.

 

Pour mémoire

Mikati veut l'annulation des permis de port d'armes

Une journaliste de Future TV menace de révéler mercredi l'identité de ceux qui protègent le suspect.


 


Dans la nuit du 9 au 10 janvier, Yves Nawfal fêtait son 27e anniversaire avec ses amis dans un restaurant à Faraya, au Kesrouan (nord-est de Beyrouth). Au beau milieu de la fête, une dispute éclate entre les amis de Yves Nawfal et un autre...

commentaires (7)

"Protégé par un politicien" ! Maronite chréti(e)n ? Mais, que va faire Râëéhhh ?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

11 h 30, le 13 janvier 2015

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • "Protégé par un politicien" ! Maronite chréti(e)n ? Mais, que va faire Râëéhhh ?

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 30, le 13 janvier 2015

  • JUSQU'À QUAND CES ABRUTIS POLITIC(H)IENS DÉFIERAIENT LES LOIS ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 23, le 12 janvier 2015

  • Une raison de plus pour quitter ce pays de ..... !!! Merci a nos "Hommes Politique" qui protegent les assasins de ce pays!

    Georges Rbeiz

    09 h 54, le 12 janvier 2015

  • JE NE PENSE PAS QU'ON A UN SEUL DÉPUTÉ OU "HOMME POLITIQUE" DANS CE PAYS SANS AVOIR SOUS SES BOTTES QUELQUES UN DE CES VOYOUS QUI LES NOURRISSENT ET LES PROTÈGENT CONTRE LA LOIS. LEUR ROLE C'EST D'INTIMIDER L'ADVERSAIRE EN CAS DE NECESSITER. ÇA A ÉTÉ TOUJOURS COMME ÇA DANS NOTRE PAYS. CES GENS LÀ QUAND ILS RENTRENT EN PRISON , SI ON RÉUSSIT À LES FAIRE RENTRER, ILS RENTRENT PAR UNE PORTE ET SORTENT IMMÉDIATEMENT PAR UNE AUTRE. D'AILLEURS COMME TOUS LES VOYOUS QUI VOTENT POUR UN OU UN AUTRE DE NOS ZAIIMS. JE ME SOUVIENT À L'ÉPOQUE QUAND WALID JOUMBLATT ARRÊTÉ ET EMPRISONNÉ SUITE À SON COMPORTEMENT VOYOU. IL EST SORTI IMMÉDIATEMENT SUITE À UN COUP DE TÉLÉPHONE DU PRÉSIDENT SLEIMAN FRANGIEH.

    Gebran Eid

    20 h 15, le 11 janvier 2015

  • Annulation et tout de suite des permis de port d'armes...

    Soeur Yvette

    17 h 31, le 11 janvier 2015

  • S'il y a "un politicien qui protège ce meurtrier" asssassin, alors définitivement il y a des politiciens voyous qui protègent des voyous dans ce pays.

    Halim Abou Chacra

    17 h 11, le 11 janvier 2015

  • Pourquoi on ne dévoile pas AUSSI le nom de cet ancien ministre de la région ?? En protégeant un criminel(récidiviste!!) ne devient-t-il pas complice aussi de ce meurtrier ?? La pourriture nauséabonde de ces politiciens devient de plus en plus insupportable! TFEH !! PS: PROTECTION MAL PLACÉE!! Évertuez-vous plutôt à mieux protéger le peuple!

    T Myriam

    15 h 56, le 11 janvier 2015