X

Économie

L’Italie achève un projet d’informatisation des douanes libanaises

Liban - Jumelage

Démarré en 2013, un projet de jumelage douanier entre l'Italie et le Liban s'achève fin 2014. Ce projet destiné à moderniser les douanes libanaises a coûté deux millions d'euros. Une centaine d'experts italiens ont été impliqués, pour notamment 11 visites d'évaluation, et plusieurs voyages croisés entre les deux bords de la Méditerranée. Entretien-bilan avec la directrice du projet, Natalina Cea.

20/12/2014

Quel était le principal objectif de ce projet de modernisation des douanes libanaises ?
Notre objectif était de réduire le coût et le temps propres aux transactions douanières et de créer un environnement plus transparent et informatisé. Globalement, 80 % du plan initial a été réalisé et ce projet va permettre au Liban de s'aligner sur les normes douanières européennes et d'augmenter ses chances d'adhésion à l'Organisation mondiale du commerce (OMC).
Nous avons travaillé sur deux axes principaux : d'abord, la simplification des procédures de dédouanement et de fonctionnement interne, à travers l'informatisation des procédures liées au manifeste, à l'inventaire, à l'activité de transit et à la zone libre. Ensuite, l'amélioration du système de contrôle et de surveillance de la marchandise importée, à travers l'instauration d'un département spécifique et la formation de plusieurs fonctionnaires.
Nous avons enfin travaillé sur l'image de marque des douanes et la qualité de ses rapports avec le monde extérieur. Le site Internet a été rénové, tandis qu'un call center et un département de communication devront bientôt voir le jour. De nouvelles recrues ont également rejoint l'équipe pour travailler notamment au sein du département informatique et contribuer ainsi à l'exécution de certaines mesures préconisées par le projet.

Pouvez-vous donner un exemple concret des changements ?
Prenons le cas d'un manifeste de cargaison (un document de transport qui récapitule la totalité des marchandises chargées dans un transporteur). Le document était jusque-là présenté manuellement par le capitaine d'un navire aux autorités douanières locales, dès que le bateau accostait. Désormais, ce document peut être envoyé à distance, ce qui permet de gagner beaucoup de temps.

Avez-vous réussi à informatiser toutes les formalités douanières ?
Non, pas totalement. Le projet a buté à quelques endroits sur le laxisme ou la paralysie des institutions politiques locales. Pour le paiement électronique, par exemple, il faut encore attendre l'approbation du Parlement libanais. Certains acquis propres au projet sont en outre tributaires de réformes ailleurs. C'est le cas du projet de guichet unique qui risque de rester lettre morte si des réformes ne sont pas enclenchées dans des administrations partenaires. Nous avons mis en place toute l'infrastructure nécessaire au fonctionnement de ce service au niveau des douanes, mais pour que la boucle soit bouclée, il faut l'étendre à d'autres administrations partenaires des douanes (ministères, laboratoires, etc.). Un mémorandum a déjà été élaboré entre les douanes et l'Institut de recherche industrielle (Iri) pour l'application du modèle proposé (e-governement, pas de support papier, etc.), mais celui-ci doit encore être signé.

Quelle est la prochaine étape ?
Le projet financé par l'Union européenne risque de ne pas être renouvelé. La dynamique de réforme pourrait cependant être entretenue à travers un autre programme dirigé par l'Italie sur la sécurité douanière qui concerne plusieurs pays de la Méditerranée orientale, dont la Turquie et l'Égypte. Nous étudions la possibilité d'inclure le Liban.

 

Pour mémoire
Procédures douanières : cap sur le « guichet unique »

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des griefs anciens et nouveaux difficiles à dépasser

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants