Rechercher
Rechercher

Liban

Les parents des otages respirent de nouveau avec le retour de l’émissaire qatari

Avec le retour d'Ahmad Khatib, le médiateur syrien envoyé par Doha pour gérer le dossier des otages libanais, les parents des militaires et des agents des FSI détenus par l'État islamique et al-Nosra respirent de nouveau. Des avancées peuvent être prochainement enregistrées au niveau de ce dossier, espèrent-ils, en soulignant, dans des déclarations à la télévision, le rôle que la Turquie peut également avoir pour un dénouement heureux de cette affaire. Le porte-parole des familles, Hussein Youssef, espère que ce dénouement interviendra avant la fin de l'année. Interrogé par l'agence al-Markaziya, il n'a pas voulu donner de détails sur les éléments qui prêtent à cet optimisme, avant de faire état d'informations officieuses, selon lesquelles le directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, se serait rendu dans la nuit à Damas. « Il ne se rend en Syrie que s'il est sûr d'avoir quelque chose de positif », a-t-il dit.
L'émissaire qatari devait incessamment se rendre à Ersal. Le Premier ministre, Tammam Salam, avait appelé mardi lors d'un entretien téléphonique l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, à dynamiser la médiation de son pays, en vue d'obtenir la libération des otages.
Le retour d'Ahmad Khatib intervient alors que l'enquête se poursuit avec l'ex-épouse présumée d'Abou Bakr
al-Baghdadi, et que l'armée continue d'enterrer ses morts, tués par les jihadistes des deux organisations terroristes. Hier, l'artificier militaire, Mahmoud Noureddine, tué par une charge qu'il désamorçait dans le jurd de Ras-Baalbeck, et qui avait été activée à distance, a été enterré dans son village, Kfar Remmane, à Nabatiyeh, alors qu'à Minyé, au Liban-Nord, un sit-in de solidarité avec l'armée a été organisé devant la caserne Araman.
L'ancien président, Michel Sleiman, a souligné lors d'un entretien hier avec le ministre de la Défense, Samir Mokbel, et le commandant en chef de l'armée, le général Jean Kahwagi, que si les forces régulières sont devenues la cible d'opérations terroristes, c'est en raison de leur rôle national. M. Sleiman, qui leur a présenté ses condoléances après la mort de huit militaires dans deux embuscades, mardi et mercredi, a estimé que ces opérations ne feront qu'accentuer la détermination de la troupe à détruire les groupuscules terroristes et à les empêcher d'atteindre leurs objectifs et renforcera le soutien populaire dont elle bénéficie.
Dans un communiqué, le député Samir Jisr a souligné que « c'est le Liban dans son ensemble qui est attaqué » lorsque l'armée est prise pour cible, avant de rendre un vif hommage aux militaires « qui servent de rempart contre la discorde ».
Son collègue Imad el-Hout a exprimé l'espoir que l'armée réussisse à protéger toutes les frontières du Liban et à empêcher le transfert du brasier syrien vers le pays ainsi que l'immixtion de toutes les parties locales dans les événements en Syrie.

Avec le retour d'Ahmad Khatib, le médiateur syrien envoyé par Doha pour gérer le dossier des otages libanais, les parents des militaires et des agents des FSI détenus par l'État islamique et al-Nosra respirent de nouveau. Des avancées peuvent être prochainement enregistrées au niveau de ce dossier, espèrent-ils, en soulignant, dans des déclarations à la télévision, le rôle que la...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut