X

Moyen Orient et Monde

Le Proche-Orient suspendu à la décision de la France

Reconnaissance de l’État palestinien

Quels sont les enjeux du vote, mardi, à l'Assemblée nationale ? Pour « L'Orient-Le Jour », Béligh Nabli répond en trois points.

29/11/2014

Après son admission comme État membre de plein droit à l'Unesco en octobre 2011 ; après le vote de l'Assemblée générale des Nations unies le 4 décembre 2012 qui lui confère le statut d'État non membre et recommande son admission au Conseil de sécurité ; après la reconnaissance de son statut d'État par le Parlement britannique le 13 octobre 2014 puis par la Suède le 30 octobre ; après toutes ces étapes qui ont créé une dynamique extrêmement positive et ont donné un second souffle à la stratégie de l'OLP, la Palestine a de nouveau le droit de rêver. De rêver d'être un État, à part entière, comme les 193 autres. Et la réalisation de ce rêve passe par la reconnaissance de ce statut par les grandes nations de ce monde, particulièrement les membres du Conseil de sécurité. Aussi, l'enjeu du débat d'hier à l'Assemblée nationale française, qui débouchera mardi sur un vote concernant la reconnaissance de l'État palestinien, n'a pas simplement une portée symbolique, comme bon nombre de personnes le répètent incessamment. Au contraire, si le Parlement français adopte la résolution, ce sera « un événement historique », explique Béligh Nabli, directeur de recherche à l'Iris, interrogé par L'Orient-Le Jour. Et qui assure que ce vote doit être appréhendé comme un message ayant trois destinataires : Israël, le peuple palestinien et enfin l'exécutif français.

S'agissant d'Israël, « c'est un signal clair de réprobation de la stratégie de statu quo qui consiste à gagner du temps dans la politique de colonisation », analyse l'auteur de Comprendre le Moyen-Orient. « Et c'est un message fort puisqu'il ne vient pas des milieux diplomatiques, mais bien directement des représentants du peuple », ajoute-t-il. Ce n'est donc pas du tout un hasard si celui-ci intervient seulement quelques mois après l'opération « Protective Edge » à Gaza.
Adressé ensuite aux Palestiniens, le message envoyé est celui de « la reconnaissance du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes », argumente M. Nabli. « C'est un moyen de soutenir l'autorité palestinienne et la stratégie de Mahmoud Abbas », ajoute-t-il.
Enfin, le vote de cette résolution serait également un moyen de pression politique sur l'exécutif français. En effet, même si en dernier recours c'est au président Hollande qu'incombe le droit de décider de cette reconnaissance ou non, il faut toutefois noter « que les soutiens en faveur de l'adoption de ce texte se trouvent parmi la majorité parlementaire », note l'expert. Et alors que la position de l'exécutif semble confuse, celle des parlementaires de gauche est tout à fait claire : soutient total et unanime. « C'est la première fois que l'ensemble de la gauche (PS, communistes, Verts etc.) tombe d'accord sur un même texte », précise M. Nabli. « Pourtant, jusqu'aux années 1980, le PS revendiquait un attachement particulier à Israël », rappelle-t-il. Cela apparaît donc comme un véritable retournement de situation.

À ce propos, l'expert souligne qu'il ne faut pas minimiser les tactiques électorales qui ont motivé le choix des acteurs. « Une bonne partie de l'électorat de gauche avait été choquée par les propos extrêmement partiels de François Hollande au moment du dernier conflit à Gaza », avance M. Nabli. « Il y a donc une volonté de reconquérir l'électorat de gauche, de regagner les élections dans certains quartiers populaires », ajoute-t-il.

Enfin, s'il considère que la résolution devrait être adoptée, il insiste sur le silence des partis de droite, en rupture avec la ligne gaulliste, et sur l'absence de possibles sanctions accompagnant cette résolution, qui permettraient pourtant d'accélérer la dynamique...
Et permettre à un peuple meurtri et maudit de concrétiser une part, aussi infime soit-elle, de son rêve...

 

Lire aussi
Quand l'Europe met le turbo, le point de Christian Merville

Etat palestinien : Israël met en garde contre des violences en France

« Comment un État peut-il me demander d'être loyal envers lui s'il ne l'est pas envers moi ? »

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

La France ne prendra jamais un décision contraire aux intérêts d’Äsraël.... sauf pour la forme !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Les "Juifs" ne leur cèderont à ces Palestiniens musulmans, car il n'y en a presque plus de chrétiens parmi eux, qu'une infime partie de la Cisjordanie et puis qui les pousseront vers la Jordanie actuelle en vue d'y créer-là leur éventuel "futur État" ! Et que l'Europe cesse donc ses esbroufes !

ON DIT QUOI ?

Inventer un etat après un genocide europeen sur des juifs, en 48, n'a pris que quelques secondes , creer un autre la Palestine prendrait il autant de temps ? et comme ca, ca passe mon commentaire ???

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BIBI ENTRE LE MARTEAU EN L'ENCLUME ! IL A JOUÉ ! IL A PERDU ! DEUX PEUPLES... DEUX ÉTATS ! PLUS DE RÊVE FANATIQUE D'UNE PALESTINE SANS PALESTINIENS ! MAIS AUSSI PLUS DE RÊVE FANATIQUE DE DÉTRUIRE ISRAËL !

M.V.

Il est regrettable que la France socialiste de F.Hollande , vote pour la création d'un nouvel état aux frontières incertaines avec un califat à Gaza...sans exiger au minimum...! la protection du statut des minorités chrétiennes, de leurs terres et de leurs biens et surtout sans demander le droit au retour en Palestine ...de tous refugié s palestiniens dans leurs nouvel état....

Dernières infos

Les signatures du jour

Gaby NASR

Le billet de Gaby NASR

Tirelires et tire-au-flanc

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah et « la patience stratégique »

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants