X

Moyen Orient et Monde

« L’humiliation devient un paramètre des relations internationales »

Fiche de lecture

Dans son dernier ouvrage, paru cette année, « Le Temps des humiliés. Pathologie des relations internationales », Bertrand Badie opère une critique acerbe du fonctionnement des relations internationales contemporaines, affirmant que celles-ci sont façonnées par une humiliation systématique.

13/10/2014

Qui ne se souvient pas des images montrant en 1998 l'ex-président indonésien Suharto signant, à la manière d'une reddition, le plan de rigueur imposé par le FMI ? Et derrière lui Michel Camdessus le dominant de sa stature ? Tout dans l'attitude de ce dernier semblait humiliant, explique Bertrand Badie, politologue français réputé et théoricien des relations internationales. Il estime que de tout temps l'humiliation a fait partie intégrante des relations entre États et que la modernité n'y a rien changé. Bien au contraire, « le jeu de concurrence et d'individualisation qui affecte de plus en plus les rapports sociaux accélère et dramatise tous ces penchants ».

Les exemples sont nombreux. À travers une première partie historique et richement documentée, l'auteur analyse divers événements conflictuels, marqués par le rabaissement de certains États par les grandes puissances : l'expédition punitive menée par le Royaume-Uni contre la Chine en 1840 (guerre de l'opium), le dépeçage de l'Empire ottoman, l'ingérence française au Mali... etc. « Incontestablement, l'idée s'impose et, dans sa diversité, l'humiliation devient un paramètre des relations internationales », affirme M. Badie dont l'objectif – réussi – est de montrer comment un système international génère de l'humiliation et provoque ainsi l'émergence de diplomaties réactives (les cas de l'Iran et de la Corée du Nord constituent des exemples édifiants).

La deuxième partie du livre analyse l'humiliation dans sa forme actuelle, tandis que la troisième évalue les réactions périlleuses qu'entraîne l'humiliation. Ces trois volets ont pour but de nous faire « comprendre (...) les impasses actuelles de la vie internationale, irréductibles aux catégories classiques de la science politique. C'est rappeler ici que M. Badie critique le système international actuel mais également les théories qui l'expliquent, en l'occurrence le courant néoréaliste (né aux États-Unis), dominant, et qui considère que les intérêts des États et la quête de puissance sont les seules variables explicatives des relations internationales. L'auteur martèle justement que le monde est devenu bien plus complexe depuis la fin de la guerre froide et que la mondialisation a entraîné l'émergence d'acteurs non étatiques qui viennent perturber le jeu international. Car si l'humiliation entraîne quatre types de diplomatie inédits de la part des États humiliés (revancharde ; souverainiste ; contestataire ; déviante), elle tend également à former un « antisystème » dans lequel les sociétés opprimées se rebellent (printemps arabe) et les acteurs transnationaux ont la part du lion.

La prééminence du Hezbollah au Liban et la marche apocalyptique de l'État islamique lui donneraient-ils raison ? S'il est trop tôt encore pour affirmer que les acteurs non étatiques constituent un élément cardinal des relations internationales, la réflexion de M. Badie a toutefois le mérite d'ouvrir nos horizons quant à nos perceptions du système international. Celui-ci ne peut plus être vu comme une simple joute entre États rivaux. L'autre satisfaction concernant ce livre est qu'il est très accessible. Autant vous aurez envie de prendre un anxiolytique après la lecture de certains ouvrages de l'auteur (La fin des territoires, 1992), tant les concepts expliqués nécessitent des connaissances préalables, autant vous lirez celui-ci sans déplaisir, tant l'explication est fluide et adressée à un large public. Fossoyeur de la dictature de la pensée, M. Badie, qui a débattu de son ouvrage lors d'une conférence donnée à l'Université Saint-Joseph le 1er octobre, démocratise ici la compréhension des relations internationales. Et c'est une excellente nouvelle.


Lire aussi

Il ne reste que le droit de rêver..., la chronique de Nagib Aoun

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!