Rechercher
Rechercher

Économie

2015 : éclatement d’une nouvelle bulle financière ?

La reprise économique qu'on avait prévue semble ne pas venir, pire encore, le monde pourrait être au bord d'une crise financière et économique sans doute très grave.
Même les Américains et les Britanniques qui ont affiché des performances remarquables depuis 2011 commencent à reconnaître que la bonne santé de leurs économies est très artificielle. Leur industrie financière est retombée dans les mêmes dérives qu'auparavant, alimentée par les mêmes outrances monétaires. Les chiffres sur l'emploi qui sont utilisés dans la communication officielle sont évidemment biaisés et dissimulent des nouvelles beaucoup moins bonnes. N'empêche que les experts savent qu'aux États-Unis, les mises en chantiers, les permis de construire, les commandes de biens durables, les commandes à l'industrie et la production industrielle, tous ces indicateurs sont à la baisse depuis avril. Même phénomène inquiétant en UK où les ventes au détail et les rentrées fiscales sont à la baisse depuis deux mois...
À la veille du week-end dernier, une convention de banquiers américains a convenu que la politique des QE (assouplissement quantitatif monétaire), conduite par les banques centrales, n'avait pas généré grand-chose dans l'économie réelle, en dehors de la hausse spectaculaire du prix des actions dans les pays occidentaux et des prix de l'immobilier dans des régions comme le Brésil, le Canada, la Grande-Bretagne. Mais personne n'imagine pour autant un changement brutal qui aurait pour effet d'aggraver le risque de repliement.
Ce scénario-là, qui est un peu la reproduction de celui de 2008, répondrait à trois séries de facteurs.
Première série de facteurs, la surchauffe des marchés financiers. Tout le monde trouve les hausses boursières normales, or elles ne correspondent à rien de tangible. Elles sont principalement spéculatives. Seconde série de facteurs, une correction identique des prix de l'immobilier dans les pays qui connaissent une hausse de prix inhabituelle.
Troisième série de facteurs, un accroissement des risques de défaillance bancaire un peu partout dans le monde y compris en Chine (à cause de l'immobilier) et qui recycle une partie de ses excédents en Occident.
Ajoutons à ce scénario le fait que les crises liées à un déséquilibre de la création monétaire par rapport à la création de richesse surviennent environ tous les sept ans. L'amplitude du cycle est de 7 ans. En 1994, la bulle obligataire... En 2001, la bulle Internet... En 2008, la crise des subprimes... En 2015, on pourrait donc connaître l'éclatement d'une nouvelle bulle financière mais dont les répercussions économiques seraient d'autant plus graves que les structures n'ont pas été réformées.


La reprise économique qu'on avait prévue semble ne pas venir, pire encore, le monde pourrait être au bord d'une crise financière et économique sans doute très grave.Même les Américains et les Britanniques qui ont affiché des performances remarquables depuis 2011 commencent à reconnaître que la bonne santé de leurs économies est très artificielle. Leur industrie financière est...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut