X

Liban

Un circuit de bus et une seule ligne ferroviaire, des promesses bien maigres pour le transport public au Liban

Trafic routier

En 14 ans, la commission parlementaire des Transports n'a pas fini de mettre en place une stratégie de transports publics digne de ce nom.

16/07/2014

La ville de Beyrouth est au bord de l'asphyxie. Paralysée par des embouteillages monstres, à toute heure du jour. Entre-temps, la commission parlementaire des Travaux publics et des Transports planche toujours, et depuis 14 ans, sur le dossier des transports publics pour la capitale et ses environs principalement. Un dossier qu'elle dépoussière, ressort et annonce à cor et à cris, de temps à autre, sous le titre ronflant de « stratégie des transports publics ». Comme elle l'a fait hier pour la énième fois pour n'annoncer... rien de nouveau.


À l'issue de sa réunion sous la présidence du député Mohammad Kabbani, en présence du ministre Ghazi Zeaïter, elle a promis aux citoyens la mise en circulation de 250 nouveaux bus sur 20 lignes : 200 bus pour la seule ville de Beyrouth et 50 pour le reste du pays, qui relieraient la capitale à Tripoli, Saïda et Chtaura, de six heures à minuit. Bien entendu, ces bus ne couvriront pas les besoins de tout le pays qui s'élèvent à 790 véhicules. Ils devront, en revanche, s'arrêter à des stations fixes. « Près de 910 arrêts de bus seront aménagés, dont 310 au sein de Beyrouth », a indiqué Mohammad Kabbani. Le circuit sera équipé de techniques ultramodernes, permettant aux usagers de « connaître les horaires de bus, le temps d'attente et les retards », a-t-il assuré.


Autre promesse, et non des moindres, pour régler le problème des embouteillages à l'entrée nord de la capitale : l'aménagement d'une ligne ferroviaire reliant Beyrouth à Maameltein. « L'infrastructure de cette ligne sera étudiée de manière à supporter des trains de marchandise lourde », a souligné le député.
Mais pour une bonne mise en application de cette stratégie, « la construction d'une autoroute périphérique à Beyrouth est nécessaire », insiste la commission. Elle implique également, a noté M. Kabbani, « une bonne coordination » avec le ministère de l'Intérieur, l'unité de sécurité routière et les forces de l'ordre. Ce qui reste à voir.
Soit. Mais fallait-il 14 ans pour arriver à ces propositions bien maigres dont aucune n'a vu le jour jusque-là ? Sans oublier qu'il y a urgence et que la mise en place d'une stratégie nécessite du temps et une classe politique capable de prendre des décisions. Ce qui est loin d'être le cas en cette période de vacance présidentielle.

 

Compatible avec la réalité beyrouthine ?
Pour le président de la municipalité de Beyrouth, Bilal Hamad, « cette stratégie est la même que celle envisagée il y a 14 ans ». Interrogé par L'Orient-Le Jour, il explique que cette stratégie est « réactualisée occasionnellement ». Regrettant « l'absence de planification de l'État », il déplore « la paralysie politique qui entrave le travail du gouvernement ». « Le pays va en arrière », ne peut-il s'empêcher de dire.
Commentant la stratégie présentée par la commission des Transports, M. Hamad insiste sur « la nécessité que ce projet soit compatible avec la réalité de la ville de Beyrouth ». « Nous avons besoin de savoir si la taille des bus sera compatible avec les ruelles de Beyrouth, si des couloirs de bus sont prévus, si des autoroutes seront construites. Nous voulons comprendre comment seront organisés les arrêts de bus et savoir si des parkings sont prévus pour les automobilistes aux entrées de Beyrouth, demande-t-il. Nous réclamons aussi le tramway », martèle-t-il. Bref, c'est une planification des transports urbains en bonne et due forme que réclame le président de la municipalité, qui fait part de son souci de « lutter contre les embouteillages ».


Pour ce faire, le conseil municipal de Beyrouth envisage d'avoir recours à un consultant, l'entreprise Team, chargée d'étudier la faisabilité du projet. « Nous espérons avoir au plus tôt l'accord du mohafez de Beyrouth, Ziyad Chbib, pour le recours à ce consultant, indique Bilal Hamad, compte tenu du fait que le précédent mohafez, Nassif Kallouche, avait rangé notre requête dans les tiroirs. » Libre, ensuite, à la municipalité de Beyrouth d'accepter ou même de refuser la stratégie des transports publics proposée par les autorités. Affaire à suivre...

 

Lire aussi

« Liban sur rail » mène la nostalgie bon train

Gares, trains, wagons, voies ferrées : entre décombres et lumière

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

Une nouvelle ligne Beyrouth-Maameltein comme celle qui circulait entre 1895 et 1941... est-ce vrai ? Je n'ose pas y croire.
L'ancienne ligne DHP Maameltein-Beyrouth-Maameltein déboulonnée par l'armée australienne en 1941-42 afin d'installer la ligne NBT à écartement
international, avait cinq gares ou abritrains dans son tronçon kesrouanais : Gare de Jounieh, gare de Sarba, abritrains de Sarba-Kaslik, de Zouk-Mikaël et de Nahr el-Kalb versant est du fleuve.
J'ai encore dans mon nez l'odeur de la fumée de sa petite locomotive sans tender et ce, après 75 ans.

Sabbagha Antoine

Les transports en commun au Liban devient une folie , utopie et avec ce haut taux de pollution pas un bus ne peut passer .

George Sabat

Depui l'epoque que nous entendons parler de ces "plans mirifiques", nous n'y croyons plus. Deja en En 2002, le Ministre de la Reforme Administrative, Fouad El Saad, avait identifie quelques 200 projets d'etudes du transport en commun qui avaient ete etablis a grands frais, mais n'avaient jamais vu le jour.Depuis cette epoque le nombre d'etudes entreprises dans ce domaine a pratiquement double, sans aucun resultat concret. POURQUOI demanderiez-vous? Simple, mes amis. Tout projet de developpement requiert du financement pour etre execute. Or, quand l'Etat depense chaque annee CINQ MILLIARDS DE DOLLARS au "Service de la Dette" d'ou va-t-il se preoccuper le financement pour des PROJETS ESSENTIELS? I rest my case.

Irene Said

A suivre...suivre...depuis 14 ans !!! Mais où sont nos "responsables"...?
Encore un "consultant" (qui s'en mettra plein les poches pour rien) mis en piste dans ce cirque tragique permanent qu'est devenu notre pays!
Pauvre petit Liban...
Irène Saïd

Tabet Karim

On se fout de nous. Depuis 60 ans, je repete depuis soixante ans, nous empruntons la meme route qui relie Beyrouth a Antelias. Entretemps les voitures se sont multipliées par cent.....

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"La ville de Beyrouth est au bord de l'asphyxie. Entre-temps, la commission parlementaire des Travaux et des Transports publics planche toujours depuis 14 ans sur ce dossier des transports pour la capitale et ses environs. Un dossier qu'elle dépoussière, ressort et annonce à cor et à cris sous le titre ronflant de "stratégie des transports publics". Comme elle l'a fait pour la énième fois pour n'annoncer.... Rien." ! "Sacrée commission" ! Mais ce n'est Rien, c'est juste qu'elle aiiime, de temps à autre, s'aérer son restant de méninges.

Halim Abou Chacra

Les transports en commun au Liban, ce n'est pas loin. Ce sera au 22e siècle.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants