Rechercher
Rechercher

Croisière

Entre aquarelle et confiserie, Élie Saab célèbre la joie de vivre

Modèles de la collection croisière Élie Saab 2014-2015.

Urbaine mais tout en douceur, la collection croisère 2014-2015 d'Élie Saab est une ode à la joie, déclinée dans une palette de confiseur, à la fois tendre et acidulée, où dominent les textures fraîches d'un chiffon de soie léger, d'une dentelle ajourée sur fond nude. Des mini-caftans tout droit venus des sixities, des tuniques vaporeuses, des robes à porter de jour comme de soirée, s'arrêtant à mi-cuisse, avec ici et là un nœud papillon d'une extrême féminité, constituent le vestiaire d'une longue saison au soleil.
Deux imprimés dominent la collection, l'un imitant des traces de pinceau verticales et l'autre, impressionniste, évoque des paysages à l'aquarelle. Le soir, des broderies de cristaux soulignent partiellement les traces de peinture.
Accentuant la tendance insouciante et hédoniste de cette nouvelle collection, la palette s'inspire du macaron entre vanille, réglisse et framboise, en plus d'un camaïeu de couleurs lumineuses, citron, pistache ou rose. Crèmes glacées et dragées, oui, sans doute, mais si Élie Saab flatte la petite fille dont les yeux brillent encore au fond de chaque femme, c'est pour mieux exalter l'élégance moderne et sophistiquée de ses robes.
On est sur le pont d'un bateau, ou sur une terrasse qui domine une baie immense. La nuit tombe, il commence à faire froid. Il posera sur nos épaules un grand gilet en renard ou un boléro de vison. Il y a toujours quelque chose de désuet dans l'idée qu'on se fait du luxe. Sans doute parce qu'elle est imperméable au temps.


Urbaine mais tout en douceur, la collection croisère 2014-2015 d'Élie Saab est une ode à la joie, déclinée dans une palette de confiseur, à la fois tendre et acidulée, où dominent les textures fraîches d'un chiffon de soie léger, d'une dentelle ajourée sur fond nude. Des mini-caftans tout droit venus des sixities, des tuniques vaporeuses, des robes à porter de jour comme de...

commentaires (0)

Commentaires (0)