Rechercher
Rechercher

Parfum

Élie Saab passe à la vitesse supérieure, avec « La Collection des Essences »

Élie Saab, La Collection des Essences, N°1, Rose.

Fort du succès de son premier jus « Élie Saab Le Parfum », lauréat de trois prix aux Fifi Awards 2012 dont celui de meilleur parfum féminin de l'année et désormais en tête des ventes mondiales, Élie Saab passe à la vitesse supérieure en lançant, en collaboration avec BPI, « La Collection des Essences », une série de parfums d'exception créée par Francis Kurkdjian.
C'est dans la salle de bal de l'hôtel Royal Mirage One&Only de Dubaï, transformée pour l'occasion en une immense boîte noire rappelant le luxueux emballage des flacons de ces nouvelles créations, qu'a été lancée le 10 juin La Collection des Essences Élie Saab, déclinée en quatre fragrances d'exception qui ne seront vendues que dans les boutiques de la marque. Orchestré par BPI, Élie Saab et Stratégies, l'événement se déroulait en deux temps consistant en une période de présentation devant un film de défilé haute couture de la marque, et une période de découverte des nouvelles fragrances dans un véritable musée de poche dont la scénographie mettait en valeur chaque composition.
Nathalie Helloin Kamel, directrice générale des marques gérées par Beauté Prestige International (BPI), société éditrice des parfums Élie Saab, a pris la parole la première pour accueillir la presse venue notamment du Moyen-Orient. Elle a ensuite raconté la genèse de cette nouvelle quadruple création, insistant sur la magie d'une rencontre entre deux artisans d'exception, Élie Saab et Francis Kurkdjian, le couturier et le parfumeur, tous deux « magiciens de la matière et maîtres du raffinement ». De la collaboration entre ces deux créateurs, a-t-elle poursuivi, est donc née La Collection des Essences, basée sur un défi : créer quelque chose de nouveau et d'authentique autour de thèmes déjà maintes fois visités, à savoir la rose, le gardénia, le musc et le oud, tout en racontant une histoire basée sur la force et le patrimoine de la marque Élie Saab. Elle a insisté sur le fait que ces créations ne partent pas d'un argument commercial, mais d'une démarche élégante qui consiste à « inviter » la cliente (et le client, puisqu'il s'agit de parfums sans connotation de genre), par une certaine séduction olfactive, à entrer dans l'univers du couturier.
Francis Kurkdjian, « parfumeur capital » comme on le qualifie dans l'univers de l'olfaction, s'est dit « intimidé à l'idée de parler d'un parfum : un parfum parle de lui-même ». Ayant été abordé par BPI pour réaliser « non pas un parfum de plus, mais un nouvel acteur dans le monde de la parfumerie » lors de la création du premier parfum Élie Saab, il a demandé, pour cette nouvelle édition, à entrer dans les ateliers de la maison de couture pour s'imprégner à nouveau de l'univers de la marque. « J'ai senti que pour réaliser quelque chose de réellement authentique et nouveau, il ne s'agissait pas uniquement de s'intéresser aux femmes, mais au savoir-faire qui sous-tend les robes. Les robes d'Élie Saab ont quelque chose à nous dire. Il s'agit de les écouter, d'une certaine manière, de s'inspirer des techniques derrière chacune d'elles. J'ai voulu raconter une histoire où le travail du parfumeur et celui du couturier se rencontrent. » « Ainsi, a-t-il précisé, dans le parfum baptisé N°1, Rose, de La Collection des Essences, il s'agissait d'exprimer, entre la superposition des pétales de la fleur et la combinaison de plusieurs variétés, la sophistication de la couture et la complexité de la couleur derrière les modèles les plus évidents, la rose étant elle aussi une apparente évidence. Dans le parfum N°2, Gardénia, j'ai travaillé sur le trompe-l'œil qui fait partie des prouesses couturières d'Élie Saab. L'essence de gardénia n'existe pas. Il s'agissait de prendre une ou plusieurs matières de base dont la combinaison produirait l'illusion du gardénia. Le troisième thème sur lequel je me suis arrêté est celui de la lumière. La lumière est essentielle chez Élie Saab dont les créations ont toujours quelque chose de radiant. Pour le parfum N°3, Ambre, j'ai choisi cette matière mystérieuse qui diffuse une lumière discrète et j'ai essayé de l'éclairer, d'y infuser une lumière supplémentaire. Pour le parfum N°4, Noir, j'ai exploré les infinies nuances de cette couleur où viennent se fondre toutes les couleurs. Le Oud, à la demande d'Élie Saab qui voulait « le plus beau qui existe sur terre », cette essence pure et opaque, reflétait bien le noir lumineux des robes du couturier. Je me suis attaché à le faire briller. »
Élie Saab, visiblement heureux et fier de ce quatuor d'essences qui porte son nom, avait simplement hâte de voir les présents découvrir le fruit de cette collaboration d'exception. Se parfumant peu lui-même, ou alors avec une touche classique et discrète d'Eau Sauvage de Christian Dior, il a quand même avoué être intervenu à certaines étapes de la conception, notamment de la Rose. Francis Kurkdjian, en bon coéquipier, a joué le jeu, trouvant légitime que le couturier sache exactement ce qu'il veut et ajoute sa touche. Dans le petit musée olfactif où étaient présentés les parfums, on a pu découvrir l'élégante simplicité des flacons de cristal où se déclinaient les quatre jus dans leurs robes rose pâle, vert tendre, jaune doré et ambre profond. Des nez professionnels expliquaient la composition des essences et présentaient les matières brutes et les senteurs insolites qui ont contribué à la création des accords définitifs, denses et délicats, équilibrés et sensuels, de ce quatuor de parfums qui jouait rien moins qu'une somptueuse musique de chambre – ou plutôt de boudoir – donnant toute sa dimension au luxe et à la
volupté.

 


Fort du succès de son premier jus « Élie Saab Le Parfum », lauréat de trois prix aux Fifi Awards 2012 dont celui de meilleur parfum féminin de l'année et désormais en tête des ventes mondiales, Élie Saab passe à la vitesse supérieure en lançant, en collaboration avec BPI, « La Collection des Essences », une série de parfums d'exception créée par Francis Kurkdjian.

commentaires (0)

Commentaires (0)