X

Moyen Orient et Monde

Daech a exécuté le père Paolo Dall’Oglio, selon un dissident du groupe

Syrie
Fady NOUN | OLJ
30/05/2014

Le prêtre jésuite italien Paolo Dall'Oglio a été exécuté en prison, a annoncé cette semaine un communiqué de la Ligue syrienne de défense des droits de l'homme, diffusé par la chaîne al-Arabiya. Le communiqué cite un officier dissident de l'État islamique en Irak et à Damas (Daech), Abou Mohammad le Syrien. C'est l'un des hauts responsables de ce groupe à Raqqa qui a personnellement exécuté le prêtre jésuite, après son incarcération au siège du mohafazat, deux heures après son arrestation, le 29 juillet 2013, a précisé le témoin.
Ce dernier a précisé aussi que le père Dall'Oglio est arrivé à Raqqa le 28 juillet et a participé à une manifestation hostile au régime syrien organisée le soir même. Ce soir-là, il avait sollicité une rencontre avec l'émir de l'organisation, dans l'intention de demander la libération de journalistes étrangers. Mais sa demande avait été rejetée. Le lendemain, le père Dall'Oglio avait décidé d'insister et avait demandé à nouveau à rencontrer des responsables de Daech. Conduit au siège du mohafazat de Raqqa, où Daech avait établi son QG, il avait été arrêté à son arrivée, puis liquidé.


La Ligue syrienne des droits de l'homme a condamné « le meurtre » du prêtre jésuite, précisant que les indications d'Abou Mohammad le Syrien doivent être considérées comme « crédibles », et recoupent des données qu'elle possédait déjà. Elle a précisé que ce dissident est prêt à témoigner en public des données en sa possession, mais qu'entre-temps, son identité véritable serait gardée secrète pour des raisons de sécurité.
Rappelons que des proches du père Paolo Dall'Oglio avaient récemment lancé un appel en faveur de sa libération. Le prêtre jésuite avait découvert la Syrie, dans les années 80, et avait pris en charge, dans les années 1980, le monastère de Mar Moussa, où il prônait un discours interreligieux.

 

Pour mémoire
La famille du jésuite Paolo Dall'Oglio exhorte ses ravisseurs à le libérer

Journée de prière pour le jésuite Dall'Oglio, porté disparu en Syrie depuis six mois

Paolo Dall'Oglio, martyr d'une révolution « traînée dans la boue »

Syriens et Libanais, ils se souviennent du père Frans, assassiné à Homs

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

Ironie du sort! Ce père s'était érigé contre l'avis de ses confreres chrétiens contre le pouvoir en Syrie pensant que les daesch et compagnie étaient des révolutionnaires ou peut-etre savait-il ce qu'il faisait. Il s'est jeté betement dans la gueule du loup.. ce dernier l'a naturellement croqué, sans autre forme de procès.

Fan Phare Rond

Un homme saint est mort , exécuté par des barbares , lâches, venus de pays démoniaques qui prétendent vouloir diriger non pas un pays mais une région et peut être plus tard le monde , la moindre des décences humaines seraient de ne pas voir dans cet acte barbare des suspects fantômes , on devrait s'en tenir à ce repenti qui n'a pas supporter la bestialité de ses (ex) compagnons et éviter de jeter l'opprobre sur des innocents , comme on jetterait une poubelle par dessus sa fenêtre , sans se soucier de qui est en bas de l'immeuble .

Halim Abou Chacra

Le communiqué de la Ligue syrienne de défense des droits de l'homme, diffusé par al-Arabiya le lundi 26, spécifie bien ce que rapporte le texte ci-dessus, à savoir que c'est "au siège du mohafazat de Raqa, Quartier général de DAECH, que le prêtre jésuite Paolo Dall'Oglio a été incarcéré et exécuté". Il est nécessaire de rappeler avec insistance ce que disent tous les militants de l'opposition syrienne en preuve irréfutable de la collusion entre le régime de Damas et DAECH : c'est exactement ce QG de cette organisation au siège du mohafazat de Raqa, trop connu, que le régime de Damas a épargné à ce jour de ses bombardements.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les États-Unis et le Liban, des relations qui se compliquent

Commentaire de Anthony SAMRANI

MBS et le retour de flammes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants