Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Syrie

Rare visite d’Assad dans un camp de déplacés

Ban appelle Moscou et Washington à réactiver les négociations de Genève entre le régime et l'opposition.

Le président syrien Bachar el-Assad dans un camp de déplacés, à Adra, au nord-est de Damas, le 12 mars 2014. AFP PHOTO / HO / SANA

Le président syrien Bachar el-Assad a dit hier sa détermination à poursuivre la guerre contre les rebelles, lors d'une rare visite à des personnes déplacées par les combats près de Damas, selon les médias d'État.
« L'État continuera de combattre le terrorisme et les terroristes qui ont déplacé les citoyens de leurs foyers et commis des crimes odieux », a assuré M. Assad, alors que le conflit qui a dévasté la Syrie entre samedi dans sa quatrième année. M. Assad s'est rendu le matin dans le centre de déplacés d'el-Doueir dans la localité de Adra dans la province de Damas, selon la télévision et l'agence SANA. Il a « inspecté la situation des déplacés », « a écouté leurs doléances » et s'est « informé des conditions de leur séjour » dans le centre. « L'État continuera d'assurer les besoins essentiels des déplacés jusqu'à leur retour dans leurs foyers », a aussi promis le président syrien. Selon des chiffres de l'ONU, près de 2,5 millions de Syriens, dont 1,2 million d'enfants, ont fui leur pays pour se réfugier principalement dans les pays voisins alors que 6,5 millions ont été déplacés à l'intérieur du pays.


Toujours sur le plan politique, Bachar el-Assad a promulgué une loi régulant l'entrée et le séjour des Arabes et étrangers en Syrie, ont annoncé hier les journaux. Le texte approuvé récemment par le Conseil du peuple (Parlement), affirme que « chaque personne entrant ou quittant la Syrie doit avoir un passeport ou un document valide (...) comportant un visa délivré par une de nos missions diplomatiques ou nos consulats à l'étranger ». Les ressortissants des pays voisins ayant « des accords bilatéraux » avec Damas ainsi que les citoyens de pays « ayant des accords internationaux » avec la Syrie seront exemptés.

 

Bouchra sanctionnée
Par ailleurs, la justice européenne a confirmé hier les sanctions prises par l'UE à l'encontre de la sœur de Bachar el-Assad, qui en réclamait l'annulation, en considérant qu'elle était bien liée au régime par le simple fait de son lien familial. Rappelons que Bouchra el-Assad est la sœur de Bachar el-Assad et la veuve d'Asif Shawkat, ancien vice-chef d'état-major de l'armée syrienne. Les fonds qu'elle possède dans l'UE ont été gelés et elle s'est vu interdire l'entrée ou le passage en transit sur le territoire des États membres.


Dans ce contexte, la Syrie a décidé de fermer ses ambassades au Koweït et en Arabie saoudite en raison du refus de ces pays d'accréditer ses diplomates, « prenant position en faveur de la rébellion », ont indiqué hier des diplomates en poste à Damas. Les monarchies arabes du Golfe, en particulier l'Arabie saoudite, le Qatar et le Koweït soutiennent la rébellion depuis le début du conflit en Syrie pour notamment contrer l'influence de l'Iran, principal allié régional du régime Assad.


Sur le plan diplomatique, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, en appelle à Moscou et Washington pour qu'ils réactivent les négociations de Genève entre le régime syrien et l'opposition armée, à l'occasion du troisième anniversaire du début du conflit en Syrie. Les négociations dites de Genève 2 se sont
interrompues après une deuxième session infructueuse et aucune date n'a encore été fixée pour leur reprise, les deux camps n'étant pas d'accord sur l'ordre du jour des travaux proposé par le médiateur Lakhdar Brahimi. Celui-ci doit d'ailleurs rendre compte ce matin de sa mission au Conseil de sécurité de l'ONU.


Sur le terrain, les combats ont fait rage dans la région montagneuse de Qalamoun, où les forces du régime appuyées par des combattants du Hezbollah ont lancé il y a un mois une offensive pour déloger les rebelles de la plus grande ville de la région, Yabroud. Sept rebelles ont été tués ainsi qu'un nombre indéterminé de membres des forces loyalistes, a indiqué l'ONG. À Wadi Barada, une localité proche, 10 autres membres des forces du régime et quatre rebelles ont été tués dans les combats, a-t-il ajouté.

 


Le président syrien Bachar el-Assad a dit hier sa détermination à poursuivre la guerre contre les rebelles, lors d'une rare visite à des personnes déplacées par les combats près de Damas, selon les médias d'État.« L'État continuera de combattre le terrorisme et les terroristes qui ont déplacé les citoyens de leurs foyers et commis des crimes odieux », a assuré M. Assad, alors...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut