Liban

Sethrida Geagea : Pas de redressement d’un pays ou d’une société sans la femme

À l'occasion de la Journée mondiale de la femme, la députée Sethrida Geagea dénonce, dans un communiqué, les meurtres de Roula Yaacoub, Manal Assi et Christelle Abou Chakra des suites de violence domestique, « à l'heure où les femmes du monde célèbrent leurs réalisations sur le plan des droits de la femme ». La députée montre du doigt « ces crimes répandus dans une société libanaise connue pour ses valeurs familiales ».
Mme Geagea regrette la mauvaise place du pays sur le plan des droits de la femme. Elle insiste sur la nécessité d'approuver au plus vite le projet de loi sur la violence domestique, afin de mettre un terme à ce phénomène au Liban. Elle rappelle que le bloc parlementaire des Forces libanaises avait avancé en 2009 un projet de loi relatif à la suppression des crimes d'honneur à l'encontre des femmes et des dispositions discriminatoires relatives à l'adultère. « Le bloc a également appuyé le projet de loi relatif à la protection de la femme contre la violence domestique et à la pénalisation du viol conjugal », assure-t-elle.
Réitérant son soutien à l'adoption d'un quota féminin au sein du Parlement, Sethrida Geagea insiste sur la nécessité que la femme puisse faire ses preuves, et souligne « qu'aucun pays ou société ne saurait se redresser sans la femme ».


À l'occasion de la Journée mondiale de la femme, la députée Sethrida Geagea dénonce, dans un communiqué, les meurtres de Roula Yaacoub, Manal Assi et Christelle Abou Chakra des suites de violence domestique, « à l'heure où les femmes du monde célèbrent leurs réalisations sur le plan des droits de la femme ». La députée montre du doigt « ces crimes répandus dans une...

commentaires (0)

Commentaires (0)