X

Cinéma

Mayssa Karaa à Hollywood

Rencontre

Elle est jeune, talentueuse et aujourd'hui elle rentre de plain-pied dans le milieu hollywoodien. Après avoir foulé le tapis rouge à New York pour la sortie du film « American Hustle » et celui de Dubaï pour la première, Mayssa Karaa était à Beyrouth pour parler de son parcours.

09/01/2014

C'est une chanson du film American Hustle de David O'Russel, interprété par une pléiade de stars et nommé meilleur film 2013 selon le « New York Film Critics », qui la propulse dans le firmament hollywoodien. Tout commence pour cette jeune Libanaise lorsqu'après ses études et sa participation à la chorale de Jamhour elle s'installe avec sa famille à Boston. Des études de génie civil, mais toujours dans le coin de l'esprit une pensée pour le chant. « Je passais parfois devant le Berklee College of Music sans jamais oser faire quoique ce soit », dit-elle en riant. Munie de ses études de solfège, de piano et possédant plusieurs langues, cette jeune fille, qui à l'âge de 7 ans a découvert son penchant pour la musique, va finir par franchir le pas grâce à son père. « Mes expériences se restreignaient jusqu'à présent à l'accompagnement d'un ténor italien à San Francisco, au chant dans des chorales, ainsi qu'à la représentation du Liban à la Francophonie au consulat français. » C'est son père qui présentera une application à l'école Berklee où elle sera admise. Mayssa Karaa obtient son diplôme de chant professionnel il y a deux ans (chant et composition). « J'ai eu la chance d'avoir Simon Chahine comme professeur. Ce violoniste et compositeur palestinien a été mon professeur durant un an et demi et j'ai fait des tournées avec lui en interprétant un répertoire arabe (Oum Kalsoum, Warda). »
Mais la bonne étoile de Karaa ne s'arrête pas là. « Un jour je reçois l'appel de Dawn Elder, célèbre compositrice et productrice de musique. Elle me propose de passer une audition pour une chanson dans le film d'American Hustle. » « Robert De Niro y joue une scène de cinq minutes où il parle l'arabe, raconte l'artiste. J'ai envoyé ma version de l'adaptation en arabe de White Rabbit, chanson écrite par Grace Slick par « voice note », et j'ai réussi à décrocher le rôle devant cinq concurrentes. » Retenue, cette version sera réarrangée avec la participation de Susan Jacobs, Dawn Elder, Mark Batson, ainsi que le poète algérien Hanin Omar. D'elle, Elder dira : « Mayssa a une capacité unique de réaliser une fusion de cultures, tout en privilégiant une passion pour le rock. » « Telle est ma couleur, répond la chanteuse, un mélange de rock et d'oriental et au bout du compte un panachage particulier. » D'ici à fin janvier, toute l'équipe d'American Hustle (y compris Karaa) sera à Paris, Berlin et puis la Californie. Il faut du temps à Mayssa Karaa pour assimiler tout ce qui lui arrive, mais la chanteuse sait déjà que dorénavant tout ne sera plus comme avant.

À la une

Retour à la page "Cinéma"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants