Moyen Orient et Monde

Nobel de la paix : l’OIAC appelle à mettre les armes chimiques au rebut

OLJ
11/12/2013

L'OIAC a reçu hier à Oslo le prix Nobel de la paix en se félicitant des progrès accomplis en Syrie et en enjoignant aux quelques États encore réfractaires de bannir eux aussi les armes chimiques. « Il n'y a pas d'arguments raisonnables pour ne pas le faire, surtout maintenant, dans le sillage des vives réactions internationales à l'usage récent d'armes chimiques », a jugé le directeur de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), le Turc Ahmed Uzumcu, dans une référence à l'attaque au gaz sarin dans la banlieue de Damas le 21 août.
Le Nobel est remis à l'OIAC alors même que l'organisation est à pied d'œuvre pour démanteler l'arsenal chimique syrien. « Nous espérons que d'ici à la fin janvier, la destruction pourra commencer sur le navire américain » spécialement aménagé à cet effet, a déclaré M. Uzumcu en marge de la cérémonie. Les agents les plus dangereux doivent être transportés hors de Syrie avant le 31 décembre pour être neutralisés par hydrolyse à bord d'un roulier de la marine américaine en cours de transformation.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants