X

La Dernière

A Beyrouth, noël avant l’heure à la Nocturne du Musée national

Événement

C'est un moment très attendu où les impatients peuvent fêter Noël avant l'heure. Une soirée où les décorations et les cadeaux déploient leur charme, où les plaisirs de la fête, ses couleurs, sa musique mêlés à la joie d'acheter donnent un avant-goût des jours à venir. Il s'agit de la Nocturne du Musée national. Cette année, elle aura lieu le 11 décembre, à partir de 16 heures. Pour prendre son temps...

Carla Henoud | OLJ
09/12/2013

Treizième édition, que l'on espère porte-bonheur, pour la Fondation nationale du patrimoine, présidée par Mona Hraoui, et le comité du musée. Ce magnifique Musée national qui a, lui aussi, souffert du manque de touristes cette année, et qui ouvre ses portes, une fois de plus, pour une après-midi nocturne. Les habitués et les amis ne rateront pas l'occasion de découvrir la salle de mosaïques Maurice Chéhab, inaugurée récemment, ni celle de redécouvrir ce lieu magique, jusque dans la nuit, éclairé de mille feux. Revisiter ses pièces rares chargées d'histoire qui fascinent le monde, et partir à l'assaut de sa boutique, exceptionnellement chargée pour l'occasion de créations exclusives, imaginées par des designers qui, comme il est d'usage, se sont inspirés des trésors du musée.


Quelques jours avant la date prévue, les organisateurs, à leur tête Lama Salam et Leyla Ziadé, continuent à s'affairer pour réceptionner les objets, même ceux des retardataires, les installer à leur juste place, peaufiner l'ensemble. Comme toujours, le mot d'ordre est artisanat revisité et modernisé, inspiré du musée, et comme toujours, les pièces sont belles, personnelles, à tous les goûts et pour tous les budgets. Porcelaine, verre soufflé, bijoux, objets en bois ou en cuivre martelé, mosaïque, poterie, châles, sacs à main, pochettes, puzzles pour enfants, cartes de Noël et autres papeteries sèment dans ce beau lieu le doux parfum des fêtes.
Il y aura, bien sûr, les inconditionnels, qui ne rateraient pour rien cet événement, et les nouveaux venus, heureux de rentrer dans la ronde !

 

Palette de talents
Briefés par ces dames, qui tiennent à renouveler le tempo à chaque édition, le cru 2013 est particulièrement réussi, avec des signatures que l'on aime : le très talentueux Cyrille Najjar, architecte et designer industriel, diplômé du Royal College of Art, avec rien moins que Ron Arad comme professeur de thèse. Fondateur de White sur White, il a été l'un des finalistes des Jeux de la francophonie, autour du thème « Innovation pour l'environnement », où il a présenté le prototype d'une unité de panneaux photovoltaïques. Cyrille a conçu les personnages en bois d'une crèche, avec rois mages, animaux et un univers fabuleux, des puzzles de maisons en bois, des photophores en métal, des marque-pages et des cale-livres, également en métal.


Nada Rizk, une habituée, la seule, nous dit-on, qui imagine et produit une collection spéciale véritablement suggérée par le legs du musée. Cette année, ce sont les oiseaux de la mythologie qui lui ont inspiré des pièces en céramique, des oiseaux – chacun est une pièce unique sculptée à la main –, grecs, phéniciens, arabes, de véritables pièces d'art. Nada propose aussi des bols dans le même thème.
Rabih Kayrouz sera présent, ou du moins son bracelet en verre doré soufflé à la main, et superbement présenté dans une boîte dorée. Une exclusivité aussi.


Nadine Abou, amie du musée, et dont le travail joyeux se remarque et s'apprécie immédiatement, a décliné ses poteries en lampes-appliques éclairées pas des néons de couleur, avec des textes gravés en arabe, hymnes à Beyrouth ou à l'amour.
Rouba Mourtada, un vrai « choix à la crème », comme sa charmante ligne de papeterie éponyme, expose ses cartes de Noël et sets de table. Hubert Fattal a déposé son parfum, Fig Tree Bay ; Mona Asfar ses sapins de Noël en verre, de formats et couleurs variés ; Sara's Bag ses sacs de tailles et formes différentes, à des budgets très abordables, sous le thème des azulejos, ces fameux carrés de mosaïque ; Edgar Chaïa, des cache-pots en mosaïque ; Astrid Honein des sacs et porte-monnaie sous le thème des raisins ; Maria Halios des bols en métal ; Lara Youakim des puzzles pour enfants ; Yolande Labaky, Nada Zeiny, Zeina Baroudi, des bijoux et colliers, et « les » Bokjas une œuvre qui a du peps, comme toujours...


Cette liste n'est certes pas exhaustive, ni définitive, les artistes ayant souvent des envies de dernière minute, mais l'essentiel est là : une énergie commune au service du musée, qui a encore un grand nombre de pièces en sous-sol dans un état précaire et dans l'attente de restauration.
Très apprécié du public, qui aime renouveler le rituel et se laisser séduire par les objets proposés, pour la bonne cause, de surcroît, ce rendez-vous nous plonge à la fois au cœur du musée et des fêtes de Noël.

*Nocturne du Musée national, mercredi 11 décembre 2013, à partir de 16 heures.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué