Rechercher
Rechercher

Liban - En toute liberté

Dynamique vertueuse au Moyen-Orient

À l'heure où, de Beyrouth à Rome, en passant par Vienne, les chrétiens orientaux, libanais en tête, s'interrogent sur leur avenir, une dynamique vertueuse commence à être perceptible au Moyen-Orient, qui devrait à terme tempérer leurs appréhensions. Elle s'est d'abord manifestée par la décision des États-Unis et de la France de renoncer à une « frappe punitive » en Syrie, qui aurait pu déclencher une conflagration régionale et, sait-on jamais, mondiale. Pendant quelques jours, la région tout entière a retenu son souffle. Ce revirement fut suivi de l'élimination, sous supervision internationale, de l'armement chimique de la Syrie. L'accord du 25 novembre sur le programme nucléaire iranien, accueilli avec dépit par Israël, s'insère dans cette série blanche. Quelque chose bouge que l'on ne saurait complètement dissocier, pour certains, de la fameuse journée de prière et de jeûne observée le 7 septembre dernier, à l'appel du pape, pour la paix en Syrie et au Moyen-Orient.
Quand on sait que la date de réunion de la conférence de Genève 2 pour la paix en Syrie a été fixée et que le secrétaire d'État américain est à l'œuvre pour régler le lourd contentieux
israélo-palestinien, on ne peut qu'espérer que ces bourgeons soient, à leur tour, annonciateurs de printemps, et qu'un peu de gazon vert repoussera dans nos propres terrains vagues. On parle même d'un rapprochement irano-saoudien qui ouvrirait la voie à un règlement de la crise gouvernementale, et à une clause secrète de l'accord entre les États-Unis et l'Iran, qui prévoirait un retrait du Hezbollah de Syrie. On n'ose espérer autant !
Pour un politologue libanais qui s'exprime sous le sceau de l'anonymat, ces développements ne se limitent pas à la dimension politique, mais s'accompagnent d'une mutation culturelle qui devrait conduire à un indispensable aggiornamento de l'islam. Selon le spécialiste, c'est une considération de cet ordre qui a inspiré, en partie, « l'inattendue et surprenante » ouverture du président Obama sur l'Iran. Selon cet expert, « que nous le voulions ou pas, le sunnisme, qui représente quelque 75 % des musulmans du monde, doit faire son aggiornamento. C'est un must, une urgence absolue, sachant, d'une part, l'immense espace qu'occupe le monde musulman, et son poids croissant non seulement en Asie et en Afrique, mais même en Europe, et, d'autre part, le développement de la mondialisation, la rencontre obligée des cultures, des sociétés et des économies, dans ce qui devient de jour en jour un village planétaire ».
Et le politologue d'ajouter : « Le président Barack Obama a bien compris que l'une des conditions essentielles pour que l'islam fasse son aggiornamento est qu'il ne soit pas agressé frontalement et massivement, de et par "l'extérieur". » « Ainsi, dit-il, des "croisades" à la Bush sont inutiles et nuisibles, non seulement pour l'Amérique, mais aussi pour l'avenir du monde, qui dépend en partie de l'interaction pacifique et harmonieuse entre les musulmans et les autres. »
« Ce qu'Obama et d'autres commencent à comprendre aussi, ajoute-t-il, c'est que le wahhabisme, ou encore le "salafisme", est le courant le plus rigide que l'islam ait connu. Or, à cause de l'Arabie saoudite – de son contrôle des lieux saints de l'islam et de son poids financier –, le wahhabisme est passé du statut de secte à laquelle adhéraient une poignée de tribus établies dans le Najd, de la fin du XVIIIe siècle au début du XXe siècle, à une croyance aujourd'hui partagée par des dizaines de millions de personnes. Certes, tous n'ont pas pris les armes, mais un grand nombre d'entre eux pourraient être "jihadisables" si certaines conditions étaient réunies : fatwa d'un uléma influent, armements, moyens matériels et financiers, etc. Potentiellement, donc, le salafisme s'est donc transformé en une bombe à retardement, ou un volcan qui peut à tout moment se réveiller à la face du monde. »
« Si donc le président et d'autres chefs politiques occidentaux intéressés par le progrès et l'avenir de l'humanité veulent réellement que s'épanouisse un "islam des Lumières", il leur faudrait de toute urgence commencer à encourager d'autres formes d'islam. C'est ce qu'ils font aujourd'hui en Iran, centre de l'islam chiite. Ils savent toutefois qu'il est encore plus important d'encourager aussi, à l'intérieur même de l'islam sunnite, des courants qui auraient une lecture interprétative des textes sacrés de l'islam en cohérence avec la rencontre harmonieuse des cultures. »
Somme toute, les récents développements politiques dans la région pourraient donc être annonciateurs d'une mutation géopolitique et culturelle qui participerait de la dynamique vertueuse dont on commence à constater les effets. On n'a pas suffisamment relevé, à cet égard, l'énergique condamnation par Saad Hariri du double attentat contre l'ambassade d'Iran, qui ne laisse aucune équivoque sur le camp islamique auquel appartient cet homme qui reste pourtant allié indéfectible de l'Arabie saoudite. Ainsi, malgré la doctrine rigoriste qui en gouverne la vie, jusque dans les moindres détails, ce pays ne doit plus être perçu comme un bloc monolithique où rien ne bouge.
« Si l'on suit ce raisonnement, ces développements doivent nourrir un prudent optimisme sur l'avenir de la région et en rassurer les communautés chrétiennes, en dépit des atrocités qui se commettent toujours aux quatre coins du monde, en particulier dans des pays comme la Syrie, l'Égypte et l'Irak. Parallèlement, les diverses Églises orientales devraient prendre exemple sur l'attitude du pape François qui vient de demander "humblement" aux pays musulmans de respecter la liberté religieuse des chrétiens et de donner au christianisme droit de cité à l'intérieur de leurs frontières, ce que certains ont commencé à faire. »


À l'heure où, de Beyrouth à Rome, en passant par Vienne, les chrétiens orientaux, libanais en tête, s'interrogent sur leur avenir, une dynamique vertueuse commence à être perceptible au Moyen-Orient, qui devrait à terme tempérer leurs appréhensions. Elle s'est d'abord manifestée par la décision des États-Unis et de la France de renoncer à une « frappe punitive » en Syrie, qui...

commentaires (5)

"Quelque chose bouge que l'on ne saurait dissocier, pour certains, de la fameuse journée de prière et de jeûne observée le 7 septembre dernier, à l'appel du pape, pour la paix en Syrie et au Moyen-Orient." ! Qui ça "certains", des dévots ? "Pour un Libanais politologue qui s'exprime sous le sceau de l'anonymat..." ! Et pourquoi d'une façon anonyme ? "Selon cet expert!, que nous le voulions ou pas, le sunnisme doit faire son aggiornamento." ! Et Non le Chïïsme ? ! "Ce qu'Obama et d'autres (qui ça des autres ?)commencent à comprendre aussi, ajoute l'Expert!, c'est que le wahhabisme, ou encore le "salafisme", est le courant le plus rigide que l'islam ait connu." ! Et le Walïyoulfakkihisme Non ? Wâlaouuu !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

15 h 44, le 29 novembre 2013

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • "Quelque chose bouge que l'on ne saurait dissocier, pour certains, de la fameuse journée de prière et de jeûne observée le 7 septembre dernier, à l'appel du pape, pour la paix en Syrie et au Moyen-Orient." ! Qui ça "certains", des dévots ? "Pour un Libanais politologue qui s'exprime sous le sceau de l'anonymat..." ! Et pourquoi d'une façon anonyme ? "Selon cet expert!, que nous le voulions ou pas, le sunnisme doit faire son aggiornamento." ! Et Non le Chïïsme ? ! "Ce qu'Obama et d'autres (qui ça des autres ?)commencent à comprendre aussi, ajoute l'Expert!, c'est que le wahhabisme, ou encore le "salafisme", est le courant le plus rigide que l'islam ait connu." ! Et le Walïyoulfakkihisme Non ? Wâlaouuu !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 44, le 29 novembre 2013

  • DE LA FOUTAISE ! CEUX QUI CROEINT QUE LE JEÛNE ET LA PRIÈRE ONT AFFECTÉ LES DÉCISIONS... RÊVENT EN PLEIN JOUR... LES OCCIDENTAUX, COMME TOUS LES AUTRES D'AILLEURS, MAIS EUX LES PREMIERS, SONT PRÊTS À SE VENDRE ET VENDRE... JE NE VEUX PAS DIRE QUOI... MAIS INCLUS LEURS DERRIÈRES... POUR LEURS INTÉRETS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 39, le 29 novembre 2013

  • Vent d'optimisme donc pour 2014 ? Espérons

    Sabbagha Antoine

    11 h 10, le 29 novembre 2013

  • Article plein d'espoir en vérité...mais je n'ai toujours pas compris pourquoi les chrétiens orientaux qui sont là depuis toujours devraient demander le droit d'exister, chez eux. Il y a là quelque chose qui me dépasse. Quant à rassurer les communautés chrétiennes, çà participe du même tonneau. OK, allons y pour le "rassurage"...mais faut faire vite,tant qu'il y en a, des communautés chrétiennes. Et l'aggiornamento,çà, c'est une autre histoire. Qu'il s'"aggiornamente" ou pas, ce que les gens demandent à l'Islam, c'est qu'il les laisse tranquilles...pas plus...et pas moins non plus d'ailleurs.

    GEDEON Christian

    10 h 23, le 29 novembre 2013

  • Et "l'aggiornamento" dans les rêves des "politologues", quand aura-t-il lieu ?

    Halim Abou Chacra

    06 h 03, le 29 novembre 2013

Retour en haut