X

Cinéma

Effet « négatif » ou effet miroir ?

À l’affiche

Reproduction de la vie mais parfois exacerbation de cette vie par les images, tant dans le négatif ou le positif, tel est le rôle du 7e art qui n'en finit pas de nous étonner, de nous surprendre et de nous séduire.

28/11/2013

Only God
Forgives,

de Nicolas Winding Refn

Avec Ryan Gossling
et Kristin Scott-Thomas

À Bangkok, Julian, qui a fui la justice américaine, dirige un club de boxe thaïlandaise servant de couverture à son trafic de drogue.
Sa mère, chef d'une vaste organisation criminelle, débarque des États-Unis afin de rapatrier le corps de son fils préféré, Billy : le frère de Julian vient en effet de se faire tuer pour avoir sauvagement massacré une jeune prostituée. Ivre de rage et de vengeance, elle exige de Julian la tête des meurtriers.
Julian devra alors affronter Chang, un étrange policier à la retraite, adulé par les autres flics.
L'action a donc lieu à Bangkok et dans des lieux glauques, mais malheureusement le metteur en scène du film devenu désormais culte Drive revient cette fois avec son même acteur fétiche Ryan Gossling pour présenter un film au scénario mince et simpliste et à la violence gratuite. La magie n'est pas au rendez-vous.
Présenté encore cette fois à Cannes et récemment au Festival du cinéma européen à Beyrouth, Only God Forgives n'a pas fait des aficionados. Il a par contre déçu. Peut-être que cette fois Refn n'a pas réussi à trouver une véritable identité à son film bien que sa mise en scène demeure toujours réussie. Cela suffisait-il pour faire un bon film ?

Grands Cinemas ABC Dbayeh/ Concorde,Cinemacity

Carrie,

de Kimberley Pierce

Avec Chloë Grace Moretz et Julianne Moore

Carrie White est une jeune adolescente timide et timorée, devenue la risée de ses camarades suite à son comportement depuis qu'elle a eu ses premières règles dans le vestiaire des filles. Sue Snell et Chris Hargensen, deux des étudiants impliquées dans cette méchante aventure, sont punies par leur professeur d'éducation physique, Mme Desjardin. Chacune réagira à sa manière. Si pour se faire pardonner, Sue demande à son petit ami Tommy Ross d'inviter Carrie à la « prom », le bal de fin d'année, Chris, par contre, furieuse d'avoir été suspendue de l'école, planifie sa vengeance. De son côté, Carrie découvre qu'elle possède un pouvoir unique, celui de déplacer les objets avec sa pensée mais elle est si heureuse d'être enfin admise par ses amis qu'elle se prépare à la plus belle soirée de sa vie et se rebelle contre sa mère dévote, qui voit en elle le péché originel et qui essaye de l'empêcher de partir.
Ceci est pour le synopsis de ce film qui est adapté d'un roman de Stephen King. Mais Carrie est aussi un remake et il n'y a pas de mal à faire un remake si le réalisateur voit l'histoire d'un autre angle. Mais il se fait que Brian de Palma avait vraiment mis la barre haute en 1976. Son Carrie était une « pièce unique » et la soirée de la « prom » est considérée comme le summum d'un climax et un moment d'anthologie dans le cinéma, grâce au split screen, au jeu particulier de Sissi Spacek (même si elle avait 27 ans à l'époque et qu'elle n'avait rien d'une adolescente) et enfin à une musique électrisante qui entretenait l'effroi.
Dans ce drame fantastique, l'accent est plus mis sur le côté psychologique et les rapports entre mère et fille, mais d'une manière parfois caricaturale (la scène de l'accouchement du début, les lacérations de la mère et enfin la domination rapide de la fille, dont on n'a plus pitié, sur sa maman). Malgré les ajouts modernité comme les effets spéciaux, la tension n'est pas au rendez-vous.

Grands Cinemas ABC Achrafieh, Dbayeh/ Concorde/Las Salinas/Saïda Mall, Cinemacity, Empire Dunes/ Galaxy, Espace,  Vox BC. Center, Cinemall

 

À la une

Retour à la page "Cinéma"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué