Rechercher
Rechercher

Liban

Fondation du « Chredo », lobby des chrétiens d’Orient, pour une action française, européenne et internationale

Le « lobby » en faveur des chrétiens d’Orient (dont nous avions fait part dans une de nos éditions précédentes) s’est concrétisé mardi lors d’une audition à l’Assemblée nationale des fondateurs de ce mouvement, le Chredo (Coordination des chrétiens d’Orient en danger). Cette séance, à l’initiative d’un groupe de parlementaires de toutes sensibilités, notamment Mme Valérie Pécresse, députée des Yvelines, a permis aux dirigeants du mouvement de dévoiler ses propositions, à savoir demander aux parlementaires français d’intervenir pour que la France agisse aux niveaux national, européen et international afin de défendre la présence chrétienne en Orient et d’arrêter l’hémorragie d’un exode forcé qui s’amplifie de jour en jour.
Le Chredo est animé par M. Patrick Karam, un Libanais né en Guadeloupe, conseiller politique de l’UMP, conseiller régional d’Île-de-France et expert en géopolitique. Il comprend des personnalités civiles et religieuses représentant des partis politiques, et de nombreuses communautés et Églises chrétiennes libanaises, syriennes, égyptiennes, irakiennes, jordaniennes et palestiniennes.
Un document publié à l’issue de la séance prévoit une action au triple niveau national, européen et international, selon ce qui semble être une feuille de route précise :

« I – Au niveau national français
 Créer un groupe d’études à l’Assemblée nationale sur les chrétiens d’Orient.
 Évaluer les politiques dans cette région du monde en prenant en compte l’impact et les conséquences pour les minorités, en particulier chrétiennes.
 Dénoncer systématiquement toute atteinte aux droits de l’homme, à la liberté de culte, à la liberté de religion, notamment pour les chrétiens en Orient.
 Condamner systématiquement tout acte terroriste ou criminel et tout assassinat qui vise à intimider les minorités, et en particulier les chrétiens en Orient, en vue de les chasser de leur terre.
 Élaborer une politique qui vise à renforcer l’enracinement des chrétiens et le retour des déplacés dans leur terre d’origine et les rassurer pour leur avenir.
 Garantir aux minorités un accès sûr et équitable à l’aide humanitaire.
 Agir en faveur d’un Orient multiculturel et tolérant, source de paix et de stabilité pour la région et pour le monde.
 Exercer des pressions sur toutes les parties dans chaque pays, gouvernement comme opposition, afin de les rendre responsables de la sécurité des minorités, en particulier les chrétiens, avec des sanctions à la clé.
 Lier la coopération et les aides économiques au respect de la liberté des cultes et de la sécurité des minorités religieuses, en particulier les chrétiens en Orient.
 Saisir la Cour pénale internationale pour les crimes qui touchent les minorités, en particulier les chrétiens, dans toute cette zone.

II – Au niveau européen
La France doit agir au sein de l’Union européenne tant auprès du Conseil des ministres et du Parlement que de la Commission, afin d’obtenir des initiatives pour défendre la présence chrétienne en Orient et arrêter l’hémorragie d’un exode forcé, notamment :
 par une action commune quant au respect des sept points précédents ;
 par la désignation d’une autorité dont la mission serait la protection des chrétiens d’Orient.

III – Au sein des Nations unies
La France doit obtenir le vote d’une résolution des Nations unies :
 qui réaffirme que les minorités, en particulier chrétiennes, sont chez elles en Orient et qu’elles ont vocation à demeurer sur leur terre et à vivre harmonieusement avec les autres religions ;
 qui s’élève contre les enlèvements de religieux, les conversions forcées, les enlèvements de jeunes filles, converties et mariées de force, les destructions de lieux de culte, et notamment d’églises et d’écoles, les attaques contre les minorités religieuses, et notamment les chrétiens ;
 qui appelle toutes les parties à préserver l’existence et la sécurité des chrétiens ;
 qui dénonce et condamne les législations discriminatoires qui s’appliquent aux minorités, et en particulier aux chrétiens ;
 qui prévoit des sanctions en cas de violations de ces points. »

Le « lobby » en faveur des chrétiens d’Orient (dont nous avions fait part dans une de nos éditions précédentes) s’est concrétisé mardi lors d’une audition à l’Assemblée nationale des fondateurs de ce mouvement, le Chredo (Coordination des chrétiens d’Orient en danger). Cette séance, à l’initiative d’un groupe de parlementaires de toutes sensibilités, notamment Mme...

commentaires (2)

C'EST PAS........ DES "PEAUX-ROUGES" QUAND MÊME !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

08 h 04, le 10 octobre 2013

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • C'EST PAS........ DES "PEAUX-ROUGES" QUAND MÊME !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    08 h 04, le 10 octobre 2013

  • LE MOT LOBBY NE ME PLAÎT PAS. " UNION " DES CHRÉTIENS DE L'ORIENT SERAIT PLUS ADEQUAT. BONNE INITIATIVE QUI DEVRAIT TROUVER DES OREILLES OUVERTES DANS LES ENCHEVÊTREMENTS DES INTÉRÊTS INTERNATIONAUX... Où DE CHRÉTIENS IL NE RESTE... HÉLAS... QUE LE "NOM" !

    SAKR LOUBNAN

    06 h 56, le 10 octobre 2013