Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde

HRW dénonce le recours à des bombes à effet de souffle contre des écoliers

Human Rights Watch a dénoncé hier le recours par l’armée syrienne aux bombes à effet de souffle contre les civils, dont des écoliers.
Dimanche, au moins 16 personnes, en majorité des lycéens et des enseignants, ont été tuées dans un raid de l’aviation du régime syrien contre un établissement scolaire à Raqqa, ville rebelle du nord du pays, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.
Pour Priyanka Motaparthy, chercheur sur les droits des enfants à HRW, ce raid aérien « a coûté la vie à de nombreux enfants et montré aux autres qu’ils risquaient leur vie en se rendant à l’école ». Selon HRW, dans cette attaque, l’armée a eu recours aux bombes à surpression thermobarique ou à effet de souffle. « La nature des blessures dues aux éclats et la chair brûlée visibles sur les victimes témoignent de l’utilisation de bombes à surpression thermobarique » qui « frappent de manière aveugle », dit l’ONG internationale. Pour HRW, l’attaque contre les écoles est « une violation du droit international », et leurs auteurs commettent des « crimes de guerre ».

Human Rights Watch a dénoncé hier le recours par l’armée syrienne aux bombes à effet de souffle contre les civils, dont des écoliers.
Dimanche, au moins 16 personnes, en majorité des lycéens et des enseignants, ont été tuées dans un raid de l’aviation du régime syrien contre un établissement scolaire à Raqqa, ville rebelle du nord du pays, selon l’Observatoire syrien des...

commentaires (0)

Commentaires (0)