X

À La Une

Un chrétien, un musulman, un juif, un athée et un agnostique font un tour du monde…

Projet

Cinq jeunes aventuriers réunis autour d’un mot d’ordre commun : « Il ne s’agit pas de parvenir à un accord sur ce en quoi nous croyons, mais plutôt de partager la même foi en la paix. »

Claire DE ROUX | Sparknews
25/06/2013

Cela pourrait ressembler à une blague célèbre. Mais non. C’est bien l’histoire d’un chrétien, d’un musulman, d’un juif, d’un athée et d’un agnostique qui entrent vraiment dans un bar… et se lanceront tous ensemble dans quelques jours dans un tour du monde inédit.

 

Ils sont parfaitement conscients qu’à leur retour, prévu dans un an, ils auront radicalement changé. Mais parviendront-ils à faire la différence dans les pays qui les accueilleront tout au long de cette aventure ?

Alors qu’ils se préparent à décoller le 1er juillet prochain et mettre le cap sur Israël et les territoires palestiniens, Samuel Grzybowski, Soufiane Torkmani, Rafaella Scheer, Victor Grezes et Josselin Rieth sont réunis autour d’un mot d’ordre commun. « Il ne s’agit pas de parvenir à un accord sur ce en quoi nous croyons, explique Samuel, mais plutôt de partager la même foi en la paix. »

 

Ces cinq aventuriers font tous partie de l’association française « Coexister », créée en janvier 2009 par Samuel alors qu’il avait tout juste 16 ans. Comptant quelques 300 jeunes membres dans toute la France, le slogan de « Coexister » est le suivant : « Diversité dans la foi, Unité dans l'action », et sa première campagne a mobilisé 150 personnes de toutes les religions afin d’organiser des dons du sang (événement qu’ils ont baptisé « Ensemble à Sang% »).

Depuis, le groupe a sillonné des dizaines d’écoles et de collèges pour évoquer les avantages d’une société multiculturelle et a dispensé des formations sur le thème de la gestion des initiatives interreligieuses. Ses membres ont en outre élargi leurs propres horizons grâce à des voyages internationaux dans différents hauts lieux de l’interculturalité.

 

 

 

 

 

Lieux symboliques

Ce tour du monde interreligieux est le projet le plus ambitieux à ce jour. Visitant 48 pays au total, dont le Liban, ces cinq jeunes feront étape pendant plusieurs mois dans cinq lieux des plus symboliques.

Tout d’abord Jérusalem, où chrétiens, juifs et musulmans partagent tous un même foyer spirituel. Puis cap sur la Turquie, point de ralliement géographique de plusieurs cultures ; l’Inde, grand centre historique, symbole de la cohabitation entre hindous et musulmans ; Singapour et la Malaisie, illustrant la coexistence au sein d’un environnement qui fait face à une modernisation rapide ; enfin, le tour s’achèvera aux États-Unis, nation pionnière en matière de dialogue interreligieux.

 

Puis viendra le retour en France, où, dans la foulée, ces pèlerins globe-trotters organiseront leur « Tour de France » interreligieux en mai et juin 2014. Ils prévoient d’organiser une exposition sur leur voyage à bord de l’« Interfaith bus », et ainsi de poursuivre l’aventure à travers des débats, évoquant ainsi leurs découvertes au cours du voyage, mais aussi dans les écoles et centres communautaires visités.

 

 

Les étapes du tour du monde. Carte Interfaith tour

 

 

« Comme des frères et sœurs »

Voici pour l’itinéraire, évoquons désormais le groupe, tout à fait admirable dans sa « diversité ». Une fille, quatre garçons, trois religions et cinq personnalités très différentes. Tout ceci pourrait créer une « mission impossible », mais Rafaella, 18 ans, est convaincue que les voyageurs seront tous « comme des frères et sœurs » à leur retour en juin 2014.

Rafaella, le bébé de cette « famille », sait tout à fait de quoi elle parle. Les quatre garçons ont déjà uni leurs forces pour l’aider à convaincre ses parents sceptiques de la laisser participer à cette aventure. Pour elle, juive pratiquante, « un tour du monde était un véritable rêve d’enfant, auquel nous avons ajouté cette dimension interreligieuse tout à fait unique. »

 

Soufiane, âgé de 27 ans, est quant à lui le « grand frère ». Calme et discret, il est très engagé au sein de l’Organisation des musulmans de France, mais reconnaît également aimer écouter la station de radio catholique « Radio Notre Dame » dans les embouteillages. Militant expérimenté en faveur de la communication interreligieuse, il travaille actuellement à plein temps pour l’association « Coexister » au poste de secrétaire général et est également le seul à ne pas devoir mettre un terme à ses études universitaires pour se lancer dans cette aventure.

Lorsqu’on lui demande ce qu’il souhaite le plus pour l’année à venir, Soufiane rétorque qu’il veut observer, dans les différents pays visités au cours du voyage, de quelle manière chacun des membres du groupe « réagira en étant en minorité » en termes de croyances et concernant la manière dont cette expérience fera évoluer leur « vision du monde ».

 

Le jeune Samuel, chrétien engagé, est encore également très attaché à l’idée que « le seul moyen d’apprendre à vivre ensemble est de respecter nos différences. » À seulement 21 ans, il a convaincu tous les autres participants de se lancer dans cette aventure unique dont il a dirigé l’organisation depuis septembre 2012.

Victor, lui aussi âgé de 21 ans, parle à toute vitesse et partage avec Samuel la conviction profonde que le dialogue interreligieux est essentiel pour créer un monde meilleur. Mais, à la grande surprise de Samuel, après des mois de débat sur la religion, Victor est plus convaincu que jamais d’être athée. D’après lui, comprendre la foi permet de comprendre (et donc de résoudre) les conflits.

Reste Josselin, qui s’autoproclame agnostique et pense que Voltaire avait vu juste sur le fait qu’il existe un Dieu, un Dieu de raisonnement plutôt qu’un Dieu de foi. Du haut de ses 21 ans, Josselin est le diplomate du groupe, l’homme de consensus, ce qui ne l’empêche pas de pratiquer également le karaté.

 

 

Voyage vers l’inconnu

Ce tour du monde, dont le budget est estimé à 100.000 euros, a vu le jour grâce à la subvention initiale de Sparknews (également à l’origine de l’initiative « Impact Journalism Day »), et a depuis été soutenu par l’association des Scouts et Guides de France, le Rotary Club, mais également le magazine français « Le Nouvel Observateur » parmi d’autres sponsors, Europe Assistance couvrant les frais d’assurance voyage du groupe.

Ces cinq aventuriers sont bien conscients de partir pour un voyage vers l’inconnu. Mais même s’il est agréable d’être premier, ce qui compte c’est de ne pas être dernier, et ils sont tous impatients de découvrir qui relèvera le défi l’an prochain, et où ce défi les conduira.

Martin Luther King n’a-t-il pas dit : « Nous devons tous apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. »

 

 

(Pour suivre l’aventure de l’Interfaith Tour, pour aller à la rencontre de l’équipe ou encore apporter votre contribution en tant que sponsor, rendez-vous sur le site www.interfaithtour.com)

 

 

Cet article fait partie de notre notre édition spéciale "Un monde de solutions".

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué