Rechercher
Rechercher

À La Une - Syrie

Golan : Quatre Bérets bleus aux mains de la « brigade des martyrs de Yarmouk »

Un groupe armé retient prisonniers quatre observateurs philippins de l’ONU sur le plateau du Golan, théâtre ces derniers mois de nombreux incidents dus au conflit en Syrie, a indiqué hier une porte-parole de l’ONU. Les quatre hommes, membres de la FNUOD (Force de l’observation du désengagement sur le Golan), ont été capturés alors qu’ils patrouillaient dans la zone-tampon entre Israël et la Syrie, près de la localité d’al-Jamlah, a précisé la porte-parole, Joséphine Guerrero. « Un groupe armé inconnu » a enlevé les quatre observateurs, a-t-elle déclaré. « Des efforts sont en cours pour les libérer. »


Sur leur page Facebook, les rebelles de la « brigade des martyrs de Yarmouk » affirment avoir pris ces quatre Casques bleus au moment où des violents combats se déroulent dans la région. « La direction de la brigade des martyrs de Yarmouk annonce une opération pour protéger les forces de l’ONU à Wadi Yarmouk, un secteur situé entre la Syrie et les hauteurs du Golan occupé » par Israël, indique le groupe.
La page montre la photo des quatre hommes portant des gilets pare-balles bleus, dont trois avec l’inscription « UN » et « Philippines ». Le communiqué précise que les bombardements par les troupes du régime et les combats dans la région « menaçaient sérieusement la sécurité des observateurs, ce qui a poussé les combattants à intervenir pour les exfiltrer ».
L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a confirmé les violents combats dans la région. « Les rebelles se sont emparés de trois positions militaires et ont perdu 18 hommes dans les combats qui se déroulent dans la province dans le sud de la Syrie. »
La FNUOD compte un millier de Casques bleus, civils et militaires. Après le départ des troupes canadiennes, japonaises et croates, les principaux contingents sont désormais autrichien, philippin et indien. Parmi les 917 observateurs militaires figurent aussi des soldats de Moldavie et du Maroc. Ils sont commandés par un général indien secondé par un général autrichien.


Parallèlement, le ministre israélien de la Défense Moshe Yaalon a affirmé que son pays ne « s’impliquait pas dans la guerre civile en Syrie » mais continuerait à empêcher le transfert d’armes perfectionnées au Hezbollah, après des raids israéliens près de Damas. Dans la matinée, un obus de mortier tiré à partir du territoire syrien a explosé dans la partie occupée par Israël du sud du plateau du Golan sans faire ni victime ni dégât, apparemment à la suite de combats entre armée et rebelles, a annoncé une porte-parole de l’armée israélienne. M. Yaalon a précisé que l’armée israélienne riposterait à tout tir syrien vers le Golan occupé en visant l’origine du tir.
À l’intérieur de la Syrie, au moins 76 personnes sont mortes dans les violences, selon des activistes.
Enfin, le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie en raison du conflit a atteint 4,25 millions, sur une population de 22 millions, a indiqué le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA). Il s’agit de mouvements à grande échelle, de nombreux Syriens se déplaçant à plusieurs reprises, a souligné le porte-parole d’OCHA Jens Laerke. Le plus grand nombre de déplacés se trouve à Alep où l’on compte environ 1,25 million de personnes, puis dans la campagne autour de la capitale Damas où il y a environ 700 000 personnes, selon OCHA.


Un groupe armé retient prisonniers quatre observateurs philippins de l’ONU sur le plateau du Golan, théâtre ces derniers mois de nombreux incidents dus au conflit en Syrie, a indiqué hier une porte-parole de l’ONU. Les quatre hommes, membres de la FNUOD (Force de l’observation du désengagement sur le Golan), ont été capturés alors qu’ils patrouillaient dans la zone-tampon entre...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut