Nos Lecteurs ont la Parole

Le scandale de Dekouané

Par Ralph SHAYNE
OLJ
26/04/2013
Suite à la descente de la police municipale de Dekouané, dimanche, au club gay Ghost, M. Antoine Chakhtoura, président de la municipalité de la localité, a affirmé publiquement que les Forces de sécurité intérieure ont refusé d’arrêter les personnes travesties détenues par sa police, et je m’en félicite. S’agit-il donc de détentions arbitraires ?
De son propre aveu, M. Chakhtoura a forcé les détenus à se déshabiller, portant atteinte ainsi à leur intégrité physique et morale. Ses subordonnés avaient été accusés récemment d’embarquer les clients du Ghost dans les coffres de leurs voitures pour les conduire dans les locaux de la municipalité où ils les auraient agressés sexuellement et verbalement. La torture a-t-elle été érigée en loi à la municipalité de Dekouané ? Peut-on accuser la police de Dekouané d’association de malfaiteurs ?
Nous apprenons aussi l’existence d’un couvre-feu contre les ressortissants syriens, donc d’un règlement municipal raciste. En plus d’être une atteinte au principe d’égalité de tous devant la loi, s’agit-il d’un abus de pouvoir ?
Il y a certainement matière à réflexion pour le procureur général, les associations des droits de l’homme et les médias. Je réalise que l’État libanais est parfois confronté à des obstacles de taille dans sa mission d’imposer la loi, mais tous les officiels de bonne foi ont le devoir d’agir là où c’est possible. À ceux qui soutiennent qu’il y a des priorités plus pressantes, je réponds qu’il n’y a rien de plus urgent que le scandale que représente le cas des victimes de ces agressions.
Le Liban ne sera réellement une démocratie que lorsque la dignité humaine sera respectée ; lorsque toutes les personnes vulnérables ou marginalisées de la société se sentiront en sécurité à l’intérieur de nos frontières. Il est inacceptable que des femmes, des mineurs, des travailleurs domestiques, des réfugiés, des minorités religieuses, ethniques, politiques et sexuelles souffrent au Liban en 2013 pour le simple crime d’exister.
Éminent diplomate libanais et président du comité rédacteur de la Charte universelle des droits de l’homme en 1947, feu Charles Malek se retournerait dans sa tombe en voyant un élu de la République libanaise se réjouir publiquement de ses atteintes aux libertés individuelles jusqu’à en faire un cheval de bataille politique, en bon gérant d’estrade, mais surtout, dans l’impunité la plus totale.

À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

SCANDALE ? QUEL SCANDALE ?!

SAKR LOUBNAN

Quand sévissent le CHAOS ET L'ANARCHIE, il n'y a que des ABUS... Qu'attend-on d'autre ?

Nayla Tahan Attié

Exactement comme le fameux "officier influent" employeur de Alexandra Bangala qui avait tenté de se suicider et qui est décédée le 15 avril 5 mois après sa "chute"....

http://www.lorientlejour.com/article/810312/-les-larmes-de-maria-la-jeune-philippine-est-decedee-apres-5-mois-de-calvaire.html

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

E.T. go home !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.