X

Diaspora

Rasha Khoury : une jeune chef d’entreprise à suivre de près

Success story Une jeune Libanaise installée à Londres a lancé un site Internet de mode à succès destiné au Moyen-Orient.
18/03/2013
Rasha Khoury est une chef d’entreprise dynamique, qui a lancé récemment le site Internet DIA-style.com. Un vrai succès pour cette entrepreneure d’origine libanaise installée à Londres, qui a compris à quel moment le Moyen-Orient était prêt à acheter des habits de luxe en ligne. Rasha vient de visiter Beyrouth où elle a participé à la sixième édition du Forum de la femme arabe.
Après des études à la Brown University, Sciences Po et l’Insead, Rasha Khoury débute sa carrière chez JP Morgan à New York. Quelque temps plus tard, elle devient analyste spécialisée dans les produits de luxe et travaille pour Merrill Lynch et UBS, à Londres. En 2012, elle lance son site qui s’adresse à la communauté en ligne du Moyen-Orient passionnée par la mode : cette initiative débute la toute première plate-forme de ce genre dans le monde arabe.
Chaque description d’un article sur DIA-style est en arabe et anglais. De la sorte, Rasha a presque créé le premier dictionnaire en arabe comportant des termes de mode. Ce site est un tel succès que Rasha est régulièrement invitée à en parler lors de conférences mondiales : Londres, Qatar, Beyrouth...
Voici l’entretien qu’elle a accordé à L’Orient-Le Jour :

OLJ. Vous êtes d’origine libanaise mais vous n’avez jamais vécu au Liban. Quel rapport entretenez-vous avec ce pays ?
Rasha Khoury. C’est en raison de la guerre et des affaires de mon père que je n’ai jamais vécu au Liban. Mais j’ai eu la chance de grandir dans une famille qui est demeurée fortement attachée à ses racines. À la maison on parlait arabe, et on mangeait de la « kebbé bi laban » ! Aussi souvent qu’on le pouvait, on se rendait au pays pour voir la famille et les grands-parents.

Vous avez longtemps vécu à New York. Quels souvenirs gardez-vous de ces années ?
Ayant grandi à New York, j’ai eu la chance d’être entourée par des personnes de cultures diverses et variées. Cela a été très enrichissant pour moi. Que ce soit lors de mes années de formation ou lorsque j’ai travaillé dans le secteur bancaire. Les Libano-Américains ont également joué un rôle très important dans ma vie et dans celle de mes parents. Je me souviens que l’ambassade du Liban était à proximité de notre domicile, nous nous y rendions régulièrement. Des événements associatifs étaient aussi organisés par des Arabo-Américains. On se sentait bien entouré par la famille ou par des amis qui avaient eux aussi quitté le pays à cause de la guerre.

Le fait que vous soyez libanaise vous a-t-il encouragée à envisager une reconversion professionnelle et à lancer le site DIA-style.com ?
Le fait d’être libanaise a eu des effets positifs sur ma façon de penser et d’agir. J’ai grandi dans une maison très fière d’être arabe. Cela m’a encouragé à suivre la passion que je ressens pour cette région du monde et à lancer ce site. Par ailleurs, vu que je parle français, anglais et arabe, une caractéristique que je partage avec beaucoup de Libanais, cela m’a donné la possibilité de communiquer avec un groupe diversifié de personnes. En outre, les Libanais sont connus pour leur esprit d’entreprise. Ces compétences innées ont sans doute forgé mon esprit d’entreprise.

DIA-style a-t-il attiré beaucoup de clients libanais ? D’où proviennent leurs commandes ?
Notre toute première commande a été passée par une dame qui réside à Broummana (Metn, Liban). En fait, les Libanais ont toujours adoré la mode. Ils se sont vraiment intéressés à ce site car ils peuvent facilement parcourir plus de 50 000 produits créés par plus de 1 200 designers comme Burberry, Michael Kors, Nina Ricci... Beaucoup d’entre eux ont choisi DIA-style parce qu’ils n’ont pas trouvé ce qu’ils cherchaient dans les boutiques au Liban ou ailleurs.

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué