X

À La Une

Arabie : le hijab aux fillettes à partir de deux ans ?

société La proposition d'un prédicateur saoudien fait scandale.
OLJ/AFP
05/02/2013

Un prédicateur saoudien a préconisé de voiler intégralement les fillettes à partir de l'âge de deux ans pour éviter le harcèlement sexuel.


Lors d'une intervention sur la chaîne d'émissions religieuses Al-Majd, cheikh Abdallah Al-Daoud a estimé qu'il fallait "imposer le hijab (voile) aux fillettes à partir de deux ans", ajoutant qu'il fallait prendre exemple sur "les pays du sud-est asiatique".
Selon la tradition musulmane, les filles doivent porter le voile couvrant les cheveux à partir de la puberté.


"Si la fillette peut susciter un certain désir, ses parents doivent lui couvrir le visage et lui imposer le voile (...) pour ne pas tenter" les pervers, a estimé le prédicateur. "La fillette peut tenter les agresseurs sans le savoir", a-t-il encore dit, déplorant le grand nombre de cas d'agressions et de viols d'enfants dans le royaume.


Les propos du prédicateur, relayés sur les réseaux sociaux, ont suscité de vives protestations.
"Nous souhaitons que de tels propos ne soient pas grossis et interprétés comme étant une fatwa" (édit religieux), a déclaré à l'AFP l'influent prédicateur Salman Al-Audah.


Pour sa part, l'écrivain Badria al-Bicher s'est étonnée, dans un éditorial publié par le quotidien Al-Hayat, que le prédicateur "appelle à voiler les fillettes au lieu de proposer une loi contre les agressions sexuelles et une campagne de sensibilisation dans les écoles et les médias".


Les propos du prédicateur ont été également violemment critiqués sur Twitter. "C'est la victime qui est blâmée", s'est insurgé un internaute.

 

 

Il tue sa fille... et n'écope que d'une courte peine de prison
Cette affaire intervient alors que l'opinion publique dans le royaume ultra-conservateur est encore sous le choc de la légère condamnation d'un prédicateur reconnu coupable du viol et du meurtre de sa fille de cinq ans.

 

Ce prédicateur a été en effet condamné à une courte peine de prison et à verser une compensation financière, ont rapporté samedi dans un communiqué trois militantes saoudiennes des droits de l'Homme.

Selon ces militantes, la petite lama, hospitalisée le 25 décembre 2011 avec le crâne fracassé, des côtes cassées, des traces de brûlures et un ongle arraché, a succombé à ses blessures le 22 octobre.

La mère, qui était divorcée et n'avait pas pu voir sa fille dans les mois précédant l'hospitalisation, et une assistante sociale ont aussi évoqué des séquelles de viols particulièrement cruels, selon ces militantes.

 

Le père qui participait régulièrement à des émissions de télévision sur les préceptes islamiques, a reconnu être l'auteur de ces atrocités.

Le 26 janvier, il a été condamné à verser une compensation financière à la mère, appelée "prix du sang" dans la jurisprudence saoudienne basée sur la charia (loi islamique), et à une peine de prison correspondant à la durée de sa détention préventive, selon les militantes.

 

En Arabie saoudite, qui procède chaque année à des dizaines d'exécutions, le viol et le meurtre sont passibles de la peine capitale, mais un homme ne peut pas être condamné à mort pour le meurtre de son enfant ou de son épouse, qui valent en général entre 5 et 12 ans de prison à leurs auteurs.

 

Dans leur communiqué, les trois militantes saoudiennes ont dénoncé la mansuétude du jugement à l'égard du père, l'estimant révélatrice du statut des femmes en Arabie saoudite, où une interprétation rigoriste de l'islam les place sous le tutorat des hommes.

Les Saoudiennes sont interdites de volant, doivent sortir couvertes et ne peuvent voyager à l'étranger qu'accompagnées d'un proche parent. La mixité reste interdite sur les lieux de travail et à l'école.

 

 

Pour mémoire

Les pouvoirs de la police religieuse saoudienne limités


Le roi nomme 20% de femmes au Conseil consultatif saoudien

 

Une Saoudienne saisit la justice pour avoir le droit de conduire

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

Noooohhnnn!! En arabie démocratique de la bonne famille des ben saoud??? Ca alors comme surprise? On s'y attendait pas, hein. Mais.. puisqu'ils veulent libérer les enfants de la Syrie!!? même en s'impliquant personnellement en épousant des gamines pour les sortir de cette sale misère des camps de réfugiés! comprends pas, je dois y réfléchir..

Talaat Dominique

Mon dieu, quel pays rétrograde, le voile pour les gamines de 2 ans !!!!!!! les coupables des agressions se sont les hommes; ni les enfants et les femmes !!!!

et l'autre qui a violé, torturé et tué sa petite fille, et le "père" n'a rien, et après ils font la moral

Jaber Kamel

C'est tout simplement horrible que ce hmar se serve des préceptes de l'Islam comme bon lui semble. Si on pouvait lui voiler la face à lui jusqu'à ce que étouffement s'en suive.

Robert Malek

Moi je suis scandalisé de voir qu'une fille puisse se promener tête nue pendant deux ans ! Je propose d'imposer aux filles le voile dans l'utérus. Si, à la première échographie, l'embryon n'est pas voilé, la maman doit être condamnée à la lapidation. Dans un pays moderne, il faut savoir mettre fin à ce dévergondage.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué