Moyen Orient et Monde

Le Conseil de sécurité au Yémen pour soutenir la transition

ONU
OLJ
28/01/2013
Les membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont apporté hier leur soutien à la transition politique difficile au Yémen, lors d’une visite à Sanaa. La visite de cette délégation des représentants des 15 membres du Conseil, sans précédent dans la région, est destinée à « soutenir la transition politique » menée par le président Abd Rabbo Mansour Hadi, a déclaré à la presse le représentant britannique, Mark Lyall Grant. Le Yémen est le seul des pays touchés par le printemps arabe où un soulèvement populaire a abouti à un départ négocié du chef de l’État contesté Saleh. La délégation a également eu un entretien à huis clos avec M. Hadi qui, selon une source officielle, l’a informée « des étapes franchies dans la transition et des obstacles », l’assurant que « le dialogue est le seul moyen d’empêcher un retour à la violence ». « Nous avons demandé au Conseil de sécurité son appui face aux parties qui entravent la tenue du dialogue », a déclaré le chef de la diplomatie yéménite, Abou Bakr el-Qirbi, tout en soulignant que ce dialogue allait démarrer « en février ». Élu en février 2012 pour deux ans, M. Hadi peine à organiser une conférence de dialogue national, prévue dans le processus de transition, en raison des réticences des séparatistes sudistes, des interférences des partisans de l’ex-président Ali Abdallah Saleh et des violences attribuées souvent à el-Qaëda.
L’émissaire de l’ONU au Yémen, Jamal Benomar, a pour sa part souligné que la visite des membres du Conseil de sécurité était « un message de solidarité avec le peuple yéménite et de soutien à M. Hadi », ajoutant : « Nous avons accompli la moitié du chemin mais le plus délicat reste à faire. »
L’arrivée de la délégation plus tôt dans la journée a coïncidé avec une nouvelle manifestation de dizaines de milliers de personnes à Sanaa, qui ont cette fois réclamé l’aide du Conseil de sécurité pour « lever l’immunité » accordée à M. Saleh. Les manifestants défilant à l’appel des « Jeunes de la révolution », mouvement à l’origine du soulèvement populaire qui a abouti au départ de M. Saleh, ont réclamé que ce dernier soit traduit en justice et qu’il « restitue les fonds volés », selon un correspondant de l’AFP sur place.
(Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban et les spéculations sur l’avenir des relations syro-iraniennes

Un peu plus de Médéa AZOURI

« Nous sommes heureux et honorés de vous recevoir »

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué