Liban

Proposition Ferzli ou « transition vers la fin du confessionnalisme politique » ?

Polémique Les figures chrétiennes ainsi que le courant du Futur et le Parti socialiste progressiste enchaînent les critiques contre la proposition dite « orthodoxe ». Pour le député Marwan Hamadé, « cette proposition n’est valable que pour l’élection du
Sénat, prévu par Taëf ».
OLJ
15/01/2013

Le chef du Parti national libéral, le député Dory Chamoun, s’est encore une fois déclaré contre le projet de loi électorale présenté par le Rassemblement orthodoxe, l’assimilant à « un cancer confessionnel ». « Ce projet divise le pays en espaces confessionnels qu’aucun individu ni aucune Constitution ne peuvent accepter tant ces divisions paralysent la patrie », a-t-il ajouté. Qualifiant de « satisfaisante » la rencontre de personnalités chrétiennes indépendantes au domicile du député Boutros Harb pour dénoncer le projet de l’ancien ministre Élie Ferzli, Dory Chamoun a précisé que « nous n’oublions pas que ce projet bénéficie du soutien d’une part des chrétiens ». Toutefois, ceux-ci « estiment que la loi leur facilite les affaires, ce qui est une erreur grave et fatale ». Ce projet se rapprocherait de « celui du Hezbollah, visant à transformer le Liban en République islamique », a-t-il conclu.


Cette prise de position est endossée par le courant du Futur qui, rappelons-le, défend la formule majoritaire puisque la proportionnelle ne saurait, selon lui, s’appliquer convenablement en présence des armes du Hezbollah.
Le député Khaled Zahraman a estimé que « le projet du Rassemblement orthodoxe est une blague, mais une blague qui prélude à la guerre civile. C’est d’abord aux intérêts des chrétiens que ce projet nuit ». « Si nous n’aboutissions pas à une entente sur la nouvelle loi électorale, la loi de 1960 pourrait être un substitut intéressant, avec quelques amendements », a ajouté le membre du bloc du Futur.


Le député Samir Jisr a estimé, quant à lui, que la proposition Ferzli « non seulement vise à nous exclure carrément, à l’instar d’ailleurs du projet du gouvernement, mais cette proposition portera également des répercussions dangereuses sur la situation politique du pays ». « La communauté sunnite a toujours raisonné dans le sens de la construction de l’État », a-t-il ajouté, appelant à « la mise en œuvre de la parité consacrée par Taëf, en tant que phase transitoire vers l’abolition du confessionnalisme politique ».

Hamadé
S’attardant sur ce point d’ailleurs, le député Marwan Hamadé a estimé que « le projet Ferzli est valable uniquement pour l’élection du Sénat prévu par l’accord de Taëf » et qui devrait servir de transition vers un système laïc. Il a ajouté que « le substitut à la proposition du Rassemblement orthodoxe serait une loi électorale basée sur un découpage devant assurer une meilleure représentation des chrétiens sans toutefois ôter au Parlement sa dimension nationale ».
Le ministre Alaeddine Terro a appelé pour sa part les parties à « s’entendre sur une loi électorale à la fois garante de la représentation de toutes les confessions et des constantes de Taëf ».


Se démarquant du leader du Front de lutte nationale Walid Joumblatt, le député Talal Arslane a estimé que « seule la proportionnelle répond aux aspirations du peuple et assure la stabilité, inexistante avant et après Taëf ».
De son côté, le secrétaire général du Parti communiste Khaled Hdadé a affirmé à l’issue de son entretien avec le chef du bloc du Changement et de la Réforme, le député Michel Aoun : « Nous soutenons la circonscription uninominale et la proportionnelle, mais en dehors de toute limite confessionnelle », a-t-il déclaré, rejetant ainsi la proposition du Rassemblement orthodoxe.

Ferzli chez Kabbani
Parallèlement, l’ancien ministre Élie Ferzli continue de promouvoir la proposition de son rassemblement. Il s’est rendu hier à cette fin chez le mufti de la République, cheikh Mohammad Rachid Kabbani. À l’issue de l’entretien, il a transmis le souci de son hôte « d’assurer la représentation juste et équitable des chrétiens, mais aussi de toutes les confessions ». Ce souci prouverait, selon l’ancien vice-président de la Chambre, que « la coexistence et le respect mutuel entre les confessions sont une réalité, que transmet d’ailleurs la déclaration de Bkerké ». Sans donner de réponse précise sur la position du mufti de la République sur la proposition du Rassemblement orthodoxe, Élie Ferzli a affirmé que « c’est le principe qui nous importe, celui de la représentation juste de toutes les confessions, et le mufti adhère à cela ». « Notre proposition n’est pas un texte technique, mais reflète des considérations réelles ». « Nous soutenons tout autre loi qui consacrerait ces considérations et s’inscrirait dans le cadre de Taëf », a-t-il conclu en insistant sur le respect des accords de 1990.

 

Lire aussi

Loi électorale : la balle dans le camp de Berry

 

La loi Ferzli met le feu à la baraque... et encore Berry pour se poser en pompier, l'éclairage de Philippe Abi Akl

 

Pour mémoire

Le choix de la loi électorale et l’humeur sunnite, l'éclairage de Scarlett Haddad

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Ce projet dit "orthodoxe" n'est qu'un Spectre, une Marotte ou un genre "d'Amîss Osmâne" pour pousser tous les protagonistes à mettre chacun de l'eau dans son ARACK ou dans son JUS en vue d’accélérer l'adoption d'un projet acceptable par le plus grand Nombre ! Et et qui serait soit le projet de cette Marotte-Marelle Ministérielle mais à la condition qu'il soit à système Majoritaire et que la chose la plus importante est qu'il propose dorénavant un nombre plus élevé de circonscriptions électorales, i.e. passant de TREIZE actuellement à presque une Vingtaine. Ou bien l'Actuel qui est basé sur la Loi de 1960, et de même dans ce cas-ci, à la Condition de dépasser le nombre de ses 28 circonscriptions actuelles pour les faire passer à + ou - 35/40.... Ce serait L'Idéaaal ; yîîîh !

SAKR LEBNAN

Si ce projet de loi est valable pour l'élection du Sénat, c'est qu'il est valable avant tout pour les élections des Députés. Ceux qui en ont peur, c'est qu'ils ne sont pas sûrs de leus électeurs... et qu'ils veulent garder en OTAGE la représentation chrétienne... C'est si simple que ça !

GEDEON Christian

Ben mon vieux,c'est le coup de pied dans la fourmilière,ce "projet othodoxe"...je ne sais pas quelle est l'intention profonde de ses promoteurs,mais en tous cas çà s'agite dans tous les sens ,semblet-t-il.Quel que soit le résultat de toute cette agitation,épargnez nous un "sénat",de grâce....la pauvre république libanaise nourrit déjà assez de jean-foutres à rien faire...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants