Sport

Loeb et Vettel, les indétrônables

OLJ
24/12/2012 | 23h39
Au terme d’une saison haletante, Sebastian Vettel a décroché en 2012 son troisième titre de champion du monde de formule 1 en battant, à 25 ans, tous les records de précocité, tandis que Sébastien Loeb coiffait sa neuvième couronne mondiale en rallye.
Le sacre du Français était attendu, tant il domine sa discipline, celui de l’Allemand a été plus long à se dessiner puisqu’il a fallu attendre le dernier Grand Prix de la saison pour connaître le nom du champion.
Jusqu’au Grand Prix du Brésil, l’Espagnol Fernando Alonso, champion du monde avec Renault en 2005 et 2006, a menacé Vettel. Mais à Interlagos, force est revenue au pilote de l’écurie Red Bull qui a remporté avec lui un troisième titre de champion du monde des constructeurs.
L’affaire n’était pourtant pas gagnée avec sept vainqueurs différents sur les sept premiers Grands Prix de l’année.
Sebastian Vettel n’a jamais lâché et il est devenu à 25 ans le troisième homme à coiffer trois couronnes de rang après l’Argentin Juan Manuel Fangio et un autre Allemand, Michael Schumacher.
Il a surtout été le plus jeune, ce qu’il est toujours depuis le début de sa carrière : plus jeune pilote à participer à des essais en F1 puis à marquer des points en Grand Prix, à décrocher une pole position, à remporter un Grand Prix et enfin à être sacré champion du monde.
Cette saison, l’Allemand a gagné cinq courses pour finir avec seulement trois points d’avance sur Fernando Alonso.

Semi-retraite pour Loeb
Sur cette même année, Sébastien Loeb a remporté son neuvième titre – un record, évidemment – et certainement le dernier puisque le pilote de Citroën ne disputera que quelques rallyes la saison prochaine.
Il n’a, lui, pas eu à attendre la fin de la saison pour être sacré. L’affaire a été pliée dès le mois d’octobre sur le rallye de France-Alsace, dans sa région d’origine.
Entré dans la légende de son sport, à 38 ans, le Français a tout maîtrisé de bout en bout cette saison et devancé le Finlandais Mikko Hirvonen de 71 points au classement final, un gouffre.
Ce succès marque également le huitième titre mondial de l’écurie Citroën en rallye. Une domination, depuis le premier sacre en 2004, qui dépasse tout ce que les amateurs de sports mécaniques avaient pu voir jusqu’alors.
La concurrence a aussi été écrasée par Audi qui a remporté pour le 11e fois en treize ans les 24 Heures du Mans. Si Loeb a pris une semi-retraite, celle de Michael Schumacher est, cette fois, définitive.
À 43 ans, le septuple champion du monde a disputé à São Paulo sa dernière course aux commandes d’une Mercedes et laisse un souvenir moins fort que lors de sa « première carrière ».
Le retrait de Schumacher, plus au niveau pour aller lutter pour le titre, était attendu. Celui de Casey Stoner, double champion du monde de MotoGP, beaucoup moins.
Le pilote australien a créé la surprise en mai en annonçant qu’il disputait, à 27 ans, sa dernière saison, las d’un sport qu’il n’aimait plus.
Le titre de champion du monde de MotoGP est revenu à l’Espagnol Jorge Lorenzo, sacré, à 25 ans, pour la seconde fois de sa carrière après un premier titre en 2010.
©Reuters

À la une

Retour à la page "Sport"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des législatives internes et des enjeux externes

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.