Moyen Orient et Monde

Dans le quartier de Rimsha, les chrétiens rasent les murs à Noël

Pakistan
OLJ
22/12/2012

Les chrétiens du petit quartier de Mehrabad finissent une année tourmentée sur les genoux. Harcelés par leurs voisins musulmans, ils sont de surcroît contraints de faire profil bas à Noël. C’est en effet dans ce quartier en périphérie d’Islamabad que vivait Rimsha, une jeune chrétienne, jusqu’à ce qu’elle soit accusée d’avoir brûlé des « pages du Coran ». Ce crime est passible de la prison à vie selon la loi sur le blasphème en vigueur Pakistan, pays musulman sunnite conservateur où les minorités – chrétiens, chiites, hindous, ahmadis – se disent régulièrement discriminées.
Une foule furieuse avait pris d’assaut la modeste demeure de la famille de Rimsha.
Et des chrétiens avaient fui le quartier craignant un « autre Gojra », ville du centre du pays où de jeunes musulmans radicaux avaient brûlé vifs sept chrétiens et incendié des maisons en 2009 après la propagation d’une simple rumeur de blasphème. La police pakistanaise a finalement accusé un imam du voisinage d’avoir fabriqué « l’affaire Rimsha » dans le but de chasser les chrétiens de Mehrabad.
La justice a ensuite abandonné les charges contre la jeune fille qui fêtera Noël avec sa famille dans une résidence surveillée. Dans les faubourgs de Mehrabad, la maison de Rimsha est aujourd’hui cadenassée.
Et la centaine de familles chrétiennes toujours sur place n’a décidément pas le cœur à la fête à l’approche de Noël.
« L’autre jour nous parlions de la façon dont nous allions décorer notre arbre de Noël lorsque des musulmans nous ont apostrophés et se sont moqués de nous en disant : “vous en parlez, mais vous n’oserez jamais sortir votre arbre” », soupire Amjad Shehzad, un peintre en bâtiment.
Les chrétiens représentent environ 2 % de la population au Pakistan, pays né de la partition des Indes britanniques en 1947.
Or nombre de chrétiens pakistanais sont des descendants des basses castes indiennes aujourd’hui réduits aux petits boulots.
« Nous avons peur, nous sommes effrayés, nous ne pouvons pas nous réunir ici, parler fort, célébrer publiquement, car nous sommes menacés », affirme Ashraf Masih, balayeur et père de neuf enfants, dans sa masure de deux pièces non chauffée alors que le froid glace les os ces jours-ci dans la capitale. « Si l’on se réunit pour célébrer, les propriétaires de nos maisons, des musulmans, vont débarquer pour nous demander ce que nous faisons », soutient-il.
Dans les ruelles de Mehrabad, l’accusateur de Rimsha, Hammad Malik, un voisin musulman, déambule librement, assurant que la jeune fille et sa famille peuvent reprendre leur vie ici sans craindre pour leur sécurité.
« Si quelqu’un lève la main sur eux, je vais les protéger », confie-t-il, affirmant ne pas regretter ses accusations qui ont changé à jamais la vie de la jeune chrétienne et de sa famille.
« J’ai fait mon devoir pour sauver des pages du Coran, je n’ai honte de rien », assure-t-il.
(Source : AFP)

 

Pour mémoire:

Pakistan : abandon des charges contre Rimsha, petite chrétienne accusée de blasphème

 

Le Pakistan célèbre la "journée mondiale pour Malala"

 

Pakistan : une adolescente tuée à l'acide par ses parents

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

ON SE SERAIT CRU DANS CERTAIN QUARTIERS AU LIBAN !

SAKR LEBNAN

Le SORT des Chrétiens du Moyen Orient ressemble au SORT des Palestiniens... D'autres se sont établis et s'établissent et ils les harrassent et pourchassent... pour leur faire quitter les terres de leurs PÈRES... Et on nous vend EN TROC les BALIVERNES des supposés TOLÉRANCE et AMOUR...

Ali Farhat

E Orient, Il n'y a qu'au Bilad-el-cham et notamment en Syrie et au Liban que les Chrétiens se sentent et sont réellement chez eux parmi des gens qui les aiment et respectent! Voilà pourquoi nous ne pouvons accepter de la part de personne, qu'ils soient des "arabies démocratiques" et désertiques du golfe Persique ou de l'occident qui ne nous regarde qu'avec des yeux en forme du symbole du dollar et des larmes en or noire, de nous donner des leçons sur la vie en commun entre communautés religieuses... Bien au contraire, nous pouvons leur enseigner pas mal de choses à ce sujet... et que l'on se passe la parole de la frontière turco-Syrienne jusqu'à la west-cost des eua! C'est qui est très étrange, c'est que les chrétiens sont malmenés et chassés des pays où ceux cités plus haut ont des rapport d'amitié... ironiquement je disrais: ben heureusement!

SAKR LEBNAN

Quand les Instincts propulsent les loups...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Faut Pas Chercher ailleurs : Dans 2 ou 3 Cazas du Liban, les Sé(y)ides Walïyo-Fakîhdio-Pers(c)és yâ hassértéhhh, traitent de la Même Manière Certaines Autres Communautés Libanaises !

Jaber Kamel

Pas besoin d'aller aussi loin, en Syrie le mercenaires salafo wahabo qataries font subir le même sort aux Chrétiens syriens.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants