X

Liban

Les patriarches orientaux, conduits par Raï, reçus par Benoît XVI au Vatican

Liban-Vatican Les propos du pape au Liban sont propres à susciter un « printemps chrétien », décisif pour un vrai « printemps arabe ».
OLJ
16/10/2012
Le patriarche Béchara Raï, présidant une délégation des patriarches catholiques d’Orient, a été reçu hier par le pape Benoît XVI au Vatican. Parmi les patriarches accompagnant Mgr Raï, les patriarches des grecs-catholiques, Grégoire III Laham, des syriaques, Joseph III Younan, des arméniens-catholiques, Nersès Bedros XIX, des coptes, Mgr Kyrillos, représentant Mgr Antonios Nagib, et des chaldéens, Louis Sako, représentant Mgr Delly. Pour l’occasion, le patriarche maronite a remercié le Saint-Siège pour sa visite au Liban, au mois de septembre, durant laquelle il a rendu publique l’Exhortation apostolique au Moyen-Orient.
Pour le patriarche maronite, les paroles de Benoît XVI au Liban et son exhortation sur l’Église au Moyen-Orient sont propres à susciter dans les pays arabes un « printemps chrétien », facteur décisif pour un « printemps arabe » fait de démocratie, de liberté, de justice, de paix et de défense de la dignité de tout homme, rapporte Anita Bourdin, de l’agence Zenit.
Le patriarche d’Antioche des maronites, Béchara Boutros Raï, chef du synode de l’Église maronite, est en effet intervenu au synode le 13 octobre. Il a consacré son intervention aux paragraphes 56-57 du document de travail du synode (Instrumentum laboris), concernant l’économie et la politique.

Nouveaux acteurs, nouvelles tentations
Le paragraphe 57 de l’Instrument de travail indique le lien entre économie et dialogue interreligieux : « L’apparition, sur la scène mondiale, de nouveaux acteurs économiques, politiques et religieux – comme le monde islamique, le monde asiatique – a donné naissance à une situation inédite et totalement inconnue, aux riches potentialités, mais où abondent aussi les risques et de nouvelles tentations de domination et de pouvoir. »
« Dans ce tableau, ajoute le document de travail, les différentes réponses ont souligné diverses urgences : l’engagement pour la paix, le développement et la libération des peuples ; une meilleure réglementation internationale et interaction des gouvernements nationaux ; la recherche de formes possibles d’écoute, de vie en commun, de dialogue et de collaboration entre les différentes cultures et religions ; la défense des droits de l’homme et des peuples, surtout des minorités ; la promotion des plus faibles ; la sauvegarde de la création et l’engagement pour l’avenir de notre planète. »
Pour le patriarche qui a accueilli le pape au Liban, lors de son voyage des 14-16 septembre 2012, « le dialogue interreligieux rentre en plein dans l’espace de la nouvelle évangélisation », mais il annonce qu’il se limitera à évoquer le « dialogue avec l’islam dans les pays arabes ».
Le patriarche maronite entrevoit les fruits des paroles de Benoît XVI : « Les allocutions prononcées par le Saint-Père au Liban et l’Exhortation apostolique “Ecclesia in Medio Oriente” aideront à parvenir à un “printemps chrétien”, qui contribuera, par la grâce de Dieu et par une nouvelle évangélisation éclairée, à un véritable “printemps arabe” de démocratie, de liberté, de justice, de paix et de défense de la dignité de tout homme, contre toute forme de violence et de suppression des droits. »
Il fait observer que pour l’Instrumentum laboris, ce dialogue est « mentionné parmi les nouveaux acteurs économiques, politiques et religieux, qui apparaissent sur la scène mondiale ».

Une annonce indirecte de l’Évangile
C’est un « dialogue spécifique », souligne-t-il en citant l’Exhortation apostolique de Benoît XVI sur l’Église au Moyen-Orient, signée le 15 septembre à Harissa : « Ce dialogue est fondé sur les liens spirituels et historiques qui unissent les chrétiens aux musulmans. Il n’est pas d’abord dicté par des considérations pragmatiques d’ordre politique et social, mais il repose avant tout sur des fondements théologiques qui interpellent la foi.
Il souligne la spécificité de l’évangélisation en milieu musulman et arabe : « L’évangélisation est pratiquée dans les pays arabes d’une manière indirecte, c’est-à-dire dans les écoles catholiques, les universités, les hôpitaux et les institutions sociales appartenant aux diocèses et aux ordres religieux qui sont ouverts aux musulmans comme aux chrétiens. »
Mais il mentionne aussi « les moyens de communication sociale, surtout catholiques, qui transmettent les célébrations liturgiques et des programmes religieux variés ». Il ne manque pas d’en évoquer le fruit : « On signale, parmi les musulmans, des conversions secrètes au christianisme », évoquées également, le 12 octobre, par Mgr Paul Desfarges, évêque de Constantine.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Georges MELKI

Visite qui permettra certainement au Pape de parler de pédophilie au sein de l'Eglise maronite...

Jean-Pierre EL KHOURY

Mgr RAI a une mission PRIORITAIRE au lieu de se balader en Europe et au Vatican...
Unifier les positions des chrétiens juste sur le point de la loi électorale. C'est IMPORTANT et VITAL
Cette loi sera celle qui sera utilisée pour les décénnies à venir. Le visage du pays changera ...Selon la loi décidée.
Il ne lui est pas demandé de gérer la politique NON
Mais de les unifier à BKERKER
De créer une table de dialogue
De noter tout ce qui fut discuté et décidé ( parce qu'on a vu, à la sortie, s'il n'y a pas de PV, chacun a compris et a annoncé ce qu'il voulait). Donc organiser ce rapprochement VITAL pour les élections; Ensuite, il pourra passer des vacances au Club med ou au Club vatican... là où bon lui semble; De préférence, un endroit où le silence est d'OR. Etant donné ses déclarations assez loufoques quant "au pauvre ASSAD"... Le silence serait d'or par la suite. Merci aux conseillers de Mgr RAI qui lisent ces colonnes de le lui transmettre URGEMMENT !!!

GEDEON Christian

Je respecte la hiérarchie des evêques orientaux...mais messeigneurs,va falloir arrêter de voyager un peu là...L'Eglise orientale,c'est pas le Club Med quand même!

Antoine-Serge KARAMAOUN

Mais ils vivent de quoi ces "gens"-là ? Quelles sont les sources de leurs revenus ? Et à quels titres se mêlent-ils de tout et de n'importe quoi ? Qui donc les a chargé de s'occuper de tout ça ? C'est pas vrai quoi !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants