X

Culture

La fin du monde aura-t-elle lieu pour Johnny Karlitch ?

Signature « 01.01.2013 », cette date aura-t-elle lieu ou non ? C’est sur ce canevas de thriller, surnommé d’anticipation par l’auteur, que Johnny Karlitch tisse son fil d’Ariane. Il signe ce premier roman ce soir de 17h à 20 heures au théâtre Monnot.
31/07/2012

Décembre 2012, le glas sonnera-t-il pour l’humanité selon les dires des astronomes et des voyants qui ont été chercher du côté des Mayas pour étayer leurs dires? Date fatidique ou simple buzz de médias? s’interroge Johnny Karlitch, à l’instar de chaque homme résidant sur cette planète. Ce point final à la création a-t-il été orchestré, manipulé? Un thriller machiavélique, mais aussi une fiction romanesque où Karlitch s’amuse à mêler le sérieux et la dérision ainsi que le réel et le fictif. 


Sous les feux de l’action
Cinéaste, documentariste et ancien journaliste, Karlitch aborde un nouveau tournant dans son parcours professionnel. Passer à l’écriture est un rêve qu’il nourrissait depuis longtemps, « la voix royale pour m’évader », dira-t-il. Après de longues années passées à écrire des scénarios, à enseigner le français ou s’occuper de la page culturelle de Noun, Karlitch abandonne le milieu de la presse pour se lancer dans cette nouvelle aventure. Pour sonder son lectorat, l’auteur décide de s’éditer lui-même dans «Autœdition». Neuf mois de documentation, de recherches et pas des moindres, puisque l’auteur va fouiller du côté de ces scientifiques qui ont repoussé les limites de la robotisation, atteignant ainsi ce concept de «transhumanisme » pour enfin aboutir à une trame basée, certes, sur des données réelles, mais dans un moule de fiction.
«01.01.2013» suit donc les aventures de Thomas Herrara, un auteur d’essais sur les phénomènes de société dont la vie sera bouleversée en quelques jours par la rencontre de deux femmes. Entre Tina, une ultramondaine sexy et énigmatique, et la craquante Claire qui désorientera Thomas, le héros sera tout déboussolé. Perdre la boussole, c’est une mince chose, mais se laisser à son insu implanter une «microéléctrode» dans son cerveau, c’en est une autre et bien plus grave. Très vite, Thomas va basculer dans l’horreur et devra déjouer une machination qui menace de transformer le genre humain.
«01.01.2013» entraîne le lecteur dans une action trépidante en se nourrissant de nombreux imaginaires, tels le visuel ou le romanesque. Si le style semble un tantinet précieux au début du roman, l’auteur s’en allège petit à petit, se laissant griser lui-même par les feux de l’action. «Je sentais, dit Karlitch, que j’évoluais au fil des pages avec mon personnage.» À travers ce sujet très actuel qui anticipe parfois sur les découvertes technologiques, le héros, qui n’a rien à envier à James Bond ou aux personnages «marveliens», est cependant plus qu’humain et sa guerre ne se fait pas par la violence.
Un roman qui prélude à d’autres tomes. En attendant, « 01.01.2013 » sera disponible dans la plupart des librairies.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué