X

À La Une

Face à la crise syrienne, deux Liban (en images)

Diaporama De Tripoli à Saïda, en passant par la banlieue sud de Beyrouth...
olj.com
19/07/2012

Certains se réjouissent, d'autres non. Face aux développements de la crise syrienne, le Liban affiche clairement ses différents visages.

 

Quelques heures après l'attentat perpétré à Damas, mercredi, contre le bâtiment de la Sécurité nationale, des tirs de joie résonnaient à Tripoli, capitale du Liban-nord. Sur certaines places de la ville, des Libanais, mais également des militants syriens de l'opposition, se sont rassemblés pour "célébrer" l'attentat et la mort de trois hauts responsables de l'appareil sécuritaire et répressif syrien : le ministre de la Défense, Daoud Rajha, le vice-ministre de la Défense et beau-frère de Bachar el-Assad, Assef Chawkat, et le général chargé de la cellule de crise mise en place pour mater la révolte, Hassan Turkmani.

 

Ces "tirs de célébration" ont causé la mort de deux personnes, dont un enfant.

 

Mais à Tripoli il n'y a pas que ceux qui se réjouissent de la perspective d'un effondrement du régime syrien. Dans cette ville se trouvent également des alaouites, essentiellement regroupés dans le quartier de Jabal Mohsen. Pro-Assad, ce quartier est le grand rival de celui de Bab el-Tebbaneh, à majorité sunnite et antirégime syrien. Entre les deux, les différends se sont réglés, ces derniers mois, à coup de RPGs, faisant des dizaines de morts.

 

Dans ce contexte, l'armée s'est rapidement déployée mercredi dans la rue de Syrie, qui sépare les deux quartiers.

 

Plus au Sud, à Saïda, les partisans du cheikh intégriste sunnite Ahmad Assir se sont eux aussi réjouis de l'attentat de Damas. Des réjouissances qui ont donné lieu à des scènes improbables, comme celle du cheikh salafiste dansant en dechdéché au milieu de ses partisans...

 

Entre les deux, les partisans du Hezbollah se sont rassemblés hier soir dans la banlieue sud de Beyrouth pour écouter un discours du secrétaire général du parti chiite, Hassan Nasrallah. Un discours au cours duquel le leader chiite a loué le régime syrien, et salué la mémoire des hauts responsables sécuritaires syriens assassinés mercredi. Dans la foule étaient brandis des drapeaux ornés du portrait de Bachar el-Assad

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Fahd Claude

Une réminiscence venue des tréfonds de leur être..Si cela se trouve, peut etre que le triste individu drapé de l'éffigie du dictateur, se trouve dans une situation de contrainte imposée.

Sabbagha Antoine

C'est regrettable de voir ainsi le Liban confessionnellement divisé ... Ira-t-on à une nouvelle guerre civile ou seulement des manoeuvres de marionnettes ?? A suivre



Antoine Sabbagha

SAKR LEBNAN

C'est regrettable, très regrettable. Pourquoi le Chef de l'Etat, ne réunit-il pas le gouvernement et avec son accord et celui de tous les partis aussi, ne donne pas l'ordre à l'Armée de ne permettre aucune manifestation ni pour et ni contre ce qui se passe en Syrie ? La Sécurité et la Paix dans le Pays doivent prévaloir sur tous les différends.

Paul-René Safa

A force d'endoctrinement (à défaut d'instruction) on obtient des êtres lobotomisés tout juste bons à exécuter les ordres de leur patron, étant convaincus que celui-ci est infaillible. Ils n'ont même pas besoin de comprendre et sont incapables d'analyser. Ils exécutent, c'est tout. On leur inculquera, après, s'ils sont encore vivants, qu'ils ont été héroïques (pour les réutiliser) et s'ils meurent, on leur aura déjà dit qui ils allaient rencontrer au paradis. Ainsi, il ne viendra jamais à l'idée de ces deux demeurés sur les photos qu'on ne prête allégeance qu'à un seul drapeau, celui de son propre pays. Il est déjà assez difficile de supporter ses propres cons pour avoir à supporter encore ceux des autres !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants