X

À La Une

Hassan Turkmani, un homme de confiance du président syrien

Portrait
AFP
18/07/2012

Le général Hassan Turkmani, qui a été tué dans un attentat spectaculaire perpétré mercredi à Damas, dirigeait la cellule de crise mise en place par le président Bachar el-Assad pour réprimer la révolte pacifique puis armée contre son régime.

 

Né en 1935 à Alep, la grande métropole du nord, il a rejoint l'académie militaire en 1954. Il en sort comme officier d'artillerie en 1956 et dirige une unité mécanisée durant la guerre israélo-arabe d'octobre 1973.

 

En 1978, il gagne ses galons de général et devient en janvier 2002, chef d'état-major en remplacement d'Ali Aslan.

Dans un pays où le pouvoir effectif est entre les mains de la minorité alaouite -branche du chiisme-, ce musulman sunnite devient en 2004 ministre de la Défense à la place d'un autre sunnite, le général Moustafa Tlass, un compagnon d'armes de l'ex-président Hafez el-Assad, père de Bachar.

En juin 2009, il quitte son poste pour devenir assistant du vice-président.

 

Homme de confiance du président, il est nommé par M. Assad à la tête de la cellule de crise pour faire face à la révolte dans le pays.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué