X

Restos, cafés

Gordon’s Café

Garçon ! La note s’il vous plaît Micheline Zok teste chaque semaine pour vous un restaurant ou café choisi au hasard, au gré des humeurs. Elle vous donne son avis sans complaisance ni compromis, en relatant une expérience vécue qui pourrait être la vôtre. Pour que, enfin, le consommateur libanais ait voix au chapitre. Notes de 0 à 5.
11/06/2011
Le Gordon's Café est situé au rez-de-chaussée de l'hôtel Le Gray, place des Martyrs, en face de l'immeuble al-Nahar.
Nous accédons au café par l'entrée de l'hôtel, après avoir passé les contrôles de sécurité imposés aux clients par certains grands hôtels de la capitale. L'agent zélé insiste à faire passer nos téléphones portables dans sa machine. Nous avons beau lui expliquer que nous aurions pu éviter le contrôle en passant pas la terrasse, rien n'y fait.
L'espace intérieur est étroit et en longueur, entouré de larges baies vitrées qui donnent sur la rue et une terrasse avec quelques tables dispersées autour d'un vieil olivier.
On choisit notre table à l'intérieur. Nous sommes escortés par une hôtesse et un serveur qui sont à nos petits soins. Il est vrai qu'il n'y a pas foule. Le dallage au sol représente des motifs de fleurs dans les tons de vert et blanc. Le lieu est frais et très coloré : les lustres, les tissus des chaises, les tableaux et les photos qui recouvrent tous les murs. Au fond de la salle, un comptoir semble abriter une cuisine ouverte, ou un bar, mais l'activité autour est inexistante.
Le Gordon's Café manque d'âme. On ne sent pas la présence de l'inspirateur des lieux (Gordon Campbell Gray) qui a pourtant donné son prénom au café et son nom de famille à l'hôtel. Son «middle name» est le seul qui n'a pas encore trouvé preneur.
On ne sent pas non plus d'influence écossaise, comme laisserait supposer la nationalité de Gordon. Le menu est principalement italien avec quelques touches timides venant du nord, telles que le «Scottish smoked salmon» et le «grilled Scottish salmon». Même la section des «Scotch whisky blends» est réduite.
La carte est concise et éclectique. Elle comprend des salades, des pizzas, des burgers, des pâtes et des viandes grillées. Un mélange des genres plus local qu'écossais. À croire que Gordon s'est libanisé.
La Gordon's chef salad est le seul plat du menu imprimé en rouge. Nous optons donc pour ce qui semble être la spécialité de la maison, laquelle s'avère être un mélange de laitue, tomates cerises, dinde, fromages, avocats, œufs, champignons et betteraves. Le goût est bon, mais la présentation laisse à désirer avec des ingrédients coupés souvent trop petits.
Les «Grilled calamari» sont excellents et joliment présentés sous un lit de roquettes et tomates cerises. La pizza «The Italian», idéale pour les amateurs de goût épicé, mélange jambon de parme, chorizo et pepperoni avec peu de tomates et de mozzarella. La «Gordon's speciality» pizza, fusion italo-écossaise proposée avec du saumon fumé, est correcte.
Parmi les desserts, la «chocolate tart» mais aussi le «chocolate mou» (à prononcer en franglais, à moins que ce ne soit une erreur de frappe) sont à recommander.
Le service est bon et rapide, malgré une fébrilité des serveurs qui provoque quelques incidents et chutes bruyantes de couverts et de plateaux.
L'addition arrive et les prix sont excessifs. Le Gordon's Café est certes «chic, cosmopolite et décontracté», comme le décrit un dépliant publicitaire posé sur toutes les tables, mais nous n'avons pas retrouvé cette «buzzing atmosphere» (ou «atmosphère animée») dont le lieu se vante.

E-mail: michelinezok@hotmail.com

Adresse        Hotel Le Gray, centre-ville
Capacité    120 personnes
Prix moyen    75 000 LL

Qualité de la nourriture    ***
Rapport qualité/prix    **
Ambiance    **

À la une

Retour à la page "Restos, cafés"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.