X

Restos, cafés

Paul

Garçon ! La note s’il vous plaît Micheline Zok teste chaque semaine pour vous un restaurant ou café choisi au hasard, au gré des humeurs. Elle vous donne son avis sans complaisance ni compromis, en relatant une expérience vécue qui pourrait être la vôtre. Pour que, enfin, le consommateur libanais ait voix au chapitre. Notes de 0 à 5.
09/04/2011
Paul est une boulangerie-pâtisserie française « à l'ancienne », mais aussi un restaurant et un café situé au rez-de-chaussée d'un vieil immeuble beyrouthin. Son emplacement idéal, faisant face au centre-ville, à la frontière de Solidere et à l'angle de la rue Gouraud, communément appelée rue Gemmayzé, fait du lieu une adresse incontournable à Beyrouth.
Paul est une chaîne de boulangeries-pâtisseries françaises misant sur la tradition, dont le slogan « Maison de qualité fondée en 1889 » est mis en valeur sur le menu et sous l'enseigne du lieu qui vante surtout ses « pains » (en majuscules dans le texte) tels que les pains de campagne ou aux six céréales, ainsi que les pains de seigle, de mie ou bien encore la « fougasse biologique ».
Mais Paul n'est pas que représentation de la boulangerie française : il s'est « libanisé », comme tous les Français du Liban. La transformation n'est pas visible sur le menu ni sur la tenue des serveurs habillés de blanc et affublés du chapeau de boulanger français à l'ancienne (ce qui ne les rend pas plus efficaces ni plus rapides par ailleurs). Paul est « libanisé » parce qu'il est devenu mondain. Un véritable animal social. En arrivant au Liban, il ne connaissait pourtant pas grand monde, lui qui, en France, traînait dans les gares et les aéroports.
Paul s'est ancré dans le paysage social beyrouthin, il est devenu un espace de rencontre, une adresse de référence et un lieu des plus courus de la capitale. Et ça s'entend dès que l'on s'assoit : ça piaille, ça discute et ça crie. Et ce n'est pas le bruit assourdissant des voitures pétaradantes qui va couvrir les discussions enflammées sur la terrasse pleine de monde été comme hiver, qu'il vente ou qu'il pleuve.
Nous ne sommes pas accueillis à notre arrivée, nous nous installons à une table ronde au fond de la terrasse et attendons notre tour. Le serveur finit par remarquer notre présence.
Comme le dit la carte, « les recettes de Paul font la part belle au bon pain ». Pourtant, nous ne trouvons que six « tartines et croque-monsieur » (à part le club sandwich) pour une dizaine de salades assez classiques, comme la « salade niçoise » ou la « salade au chèvre chaud ». Le reste de la carte est composé de quatre ou cinq plats, d'omelettes et de tourtes, et de deux « plats tradition » : la « pizza provençale » et « l'Hambourgeois » (avec un H majuscule et la liaison). Chez Paul, même le hamburger s'est « hambourgeoisé ». Les desserts sont bien sûr très présents sur la carte et dans la vitrine à l'intérieur. Sans oublier les boissons chaudes et froides. La qualité de la nourriture est moyenne, mais peu importe. L'addition arrive, elle est très acceptable.
Le valet nous remet la clef de la voiture pour aller la récupérer ; elle est garée un peu plus bas dans la rue, et faire le tour du pâté de maisons prendrait trop de temps. Pratique, il préfère nous donner la clef. Nous manquons de nous faire écraser en allant retrouver notre voiture. Nous revoilà sur la route. Il est vrai que nous ne nous en étions pas beaucoup éloignés.

E-mail : michelinezok@hotmail.com

Adresse        Gemmayzé
Capacité    180 personnes
Prix moyen    35 000 LL

Qualité de la nourriture    ***
Rapport qualité/prix    ***
Ambiance    ****

À la une

Retour à la page "Restos, cafés"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

E.T. go home !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.