X

Restos, cafés

Classic Burger Joint

Garçon ! La note s’il vous plaît Fraichement rentrée de France où elle collaborait à la rubrique
Arts culinaires d'un grand hebdomadaire de Province,
Micheline Zok teste chaque semaine pour vous un restaurant, café ou bar et vous donne son avis sans complaisance ni
compromis. Notes de 0 à 5.
25/09/2010
Ce n'est qu'après trois essais infructueux que « Téta » finit par faire signe au voiturier, oui, il y a deux places libres, il est 19h37 et il y a deux places libres ! Téta est celui qui, comme son nom ne l'indique pas, gère les lieux, il se dit « Téta comme la grand- mère sympathique et vive, pas comme la vieille aigrie et ratatinée ».
à part le « gérontophile » un peu trop sûr de lui, l'accueil est plutôt chaleureux, on se retrouve assis à une petite table face à la porte d'entrée  et au courant d'air. Le serveur est souriant et ne répète pas la commande, ce qui est un bon signe de départ. Et il ne fait pas suivre de  son prénom-au-cas-où-nous-avons-besoin-de-quoi-que-ce-soit, ce qui en devient presque intrigant : et si nous avions besoin de quelque chose ?
Deux entrées, salades et desserts et dix genres de hamburgers (dont les prix varient de 11 à
14 000 livres libanaises) sont proposés sur le menu qui comme son slogan l'indique en anglais ne sert que des hamburgers  « ... c' est seulement ce que nous faisons ».
Le restaurant est petit, la déco est très simple, voire basique, avec des conduits d'air conditionné apparents, d'énormes pots de ketchup, de mayonnaise et de moutarde cachant à peine  la cuisine ouverte qui aurait  mieux fait d'être fermée pour éviter les odeurs de friture. Mais c'est paraît-il le concept qui le veut. Les tableaux ornant les murs mélangent tout et n'importe quoi mais avec une insistance sur l'Amérique qui passe de Donald Duck aux buildings de Manhattan.
Le restaurant est non fumeur et permet aux ados d'aller fumer à l'extérieur échappant à la voix de Kenny Rogers qui passe en boucle et qu' ils ne connaissent probablement pas. Ils ne se privent pas de sortir et la quantité de personnes à l'extérieur reste constante entre ceux qui attendent une table et ceux qui sortent fumer.
Les hamburgers que nous avons commandés arrivent rapidement, sur des plateaux portés par le serveur un peu agité et zigzagant entre les tables et la quarantaine de personnes assises.
Le hamburger est pas mal, mais on a l'impression de manger beaucoup plus de pain que de viande, dont la tranche est tout de même un peu maigre.
Le jaune et le noir sont partout, dans le menu, l'enseigne,  sur les tables, les mugs, les murs, les sous-verres ...
Deux ou trois slogans, et une citation de Julia Child, critique et journaliste de gastronomie américaine : « Les Américains ont réussi à annoblir la viande hachée en envoyant le hamburger  partout dans le monde obligeant même les français  à rebaptiser leur viande hachée   "hambourgaire". » La vie de Julia Child a beau avoir inspiré un film avec Merryl Streep (Julia & Julia), il reste que sa définition du hamburger est un peu francophobe.

e-mail : michelinezok@hotmail.com

 Adresse         Rue Sodeco, Achrafieh, Beyrouth
 Capacité        40 personnes
 Prix moyen    18 000 LL

 Qualité de la nourriture    **
 Rapport qualité/prix    ***
 Ambiance    **

À la une

Retour à la page "Restos, cafés"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

E.T. go home !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.