Rechercher
Rechercher

Actualités - CHRONOLOGIE

L’armée US annonce la mort du n° 2 d’el-Qaëda en Irak

Un Suédois d’origine marocaine abattu par les Américains et un charnier découvert à Kerbala. Le n° 2 d’el-Qaëda en Irak, le Marocain Abou Qaswara, a été tué lors d’une opération de la coalition à Mossoul, un bastion du réseau dans le nord de l’Irak, a affirmé hier l’armée US, qui a infligé dernièrement plusieurs revers sérieux à el-Qaëda. « Le terroriste tué par les forces de la coalition lors d’une opération à Mossoul le 5 octobre est bien Abou Qaswara », a annoncé le commandement américain dans un communiqué. « Abou Qaswara, connu également sous le nom d’Abou Sara, était le responsable d’el-Qaëda pour le nord de l’Irak », ajoute l’armée US, précisant qu’il était de nationalité marocaine et avait des liens de longue date avec le fondateur d’el-Qaëda en Irak, Abou Moussab al-Zarqaoui, tué en juin 2006. Le 5 octobre, l’armée US avait annoncé la mort de 11 personnes, dont cinq « terroristes » présumés, trois femmes et trois enfants, après qu’un kamikaze eut déclenché sa veste d’explosifs lors d’une opération de l’armée US à Mossoul. Selon l’armée US, Abou Qaswara avait suivi un entraînement en Afghanistan avant de venir en Irak, où il dirigeait notamment « les terroristes étrangers ». Mossoul, qui abrite plus de 1,5 million d’habitants sunnites, chiites, chrétiens et kurdes, est considérée par le commandement américain comme l’épicentre de l’action des partisans en Irak d’Oussama Ben Laden, repoussés en 2007 de Bagdad et de l’ouest du pays. Capitale de la province de Ninive, Mossoul partage avec la province de Diyala la réputation d’être la région la plus dangereuse du pays. « La mort (présumée d’Abou Qaswara) va réduire de manière significative les opérations d’el-Qaëda à Mossoul et dans le nord de l’Irak, avec un réseau sans leader pour superviser et coordonner les opérations dans la région », estime le commandement américain. Ni sa mort ni les informations délivrées à son sujet par les Américains n’ont pu être confirmées de source indépendante ou par el-Qaëda. La mort présumée d’Abou Qaswara intervient après l’annonce le 4 octobre de la disparition d’un des principaux chefs d’el-Qaëda à Bagdad, Maher Ahmad al-Zoubaïdi. Il était accusé par les Américains d’avoir planifié et organisé, entre 2006 et 2007, des attaques au mortier et des attentats à la voiture piégée dans le quartier chiite de Sadr City. El-Qaëda a subi de nombreux revers en Irak depuis 2007. Le réseau a été considérablement affaibli par une stratégie de contre-insurrection de l’armée US jouant sur la lassitude des sunnites face aux violences islamistes et leur ralliement à l’armée US. Les violences sont ainsi tombées à leur plus bas niveau depuis quatre ans, même si un pic de violences a été constaté depuis un mois à Bagdad, frappée par plusieurs attentats-suicide meurtriers. D’autre part, un ressortissant suédois d’origine marocaine, soupçonné d’être un haut responsable d’el-Qaëda en Irak, a été tué début octobre par les forces US, ont annoncé hier les services de renseignements suédois. Le ministère suédois des Affaires étrangères a confirmé la mort d’un ressortissant du royaume « dans des combats avec les forces US », sans révéler son identité. En outre, des soldats irakiens ont découvert à Kerbala un charnier où reposaient les corps de 22 bergers chiites enlevés en avril 2007 par des insurgés sunnites déguisés en policiers, ont indiqué hier à l’AFP des sources des services de sécurité et médicales. Le 22 septembre, trois charniers contenant plusieurs dizaines de corps ont été mis au jour dans la province de Diyala. Projet d’accord sur le statut futur des troupes US Un projet d’accord a été mis au point entre les États-Unis et l’Irak sur le maintien des troupes US en Irak jusqu’en 2011, a annoncé hier le gouvernement de Bagdad. Le document, qui va maintenant être soumis aux dirigeants politiques irakiens, fournit un cadre juridique au maintien des troupes US au-delà de l’expiration, le 31 décembre, du mandat de l’ONU dont elles bénéficient actuellement. Si l’accord n’est pas entériné avant la fin de l’année, le gouvernement demandera au Conseil de sécurité de l’ONU de proroger le mandat des forces US, a précisé le porte-parole du gouvernement. Le projet d’accord prévoit que l’Irak pourra demander aux États-Unis de prolonger la présence de leurs troupes au-delà de 2011, et qu’il pourra juger lui-même les soldats US coupables de crimes hors de l’exercice de leur mandat. Le Qatar dénonce les violences antichrétiennes Le gouvernement du Qatar a dénoncé hier les récentes violences contre les chrétiens de Mossoul, dans le nord de l’Irak, et exhorté les Irakiens à préserver l’unité de leur pays. Réuni à Doha, le Conseil des ministres a averti que ces violences, qui ont poussé à l’exode plus de 1 300 familles selon les autorités irakiennes, « sont de nature à déstabiliser l’Irak et à saper son unité nationale ». Dans un communiqué cité par l’agence officielle QNA, il a souligné « la nécessité d’assurer la sécurité des chrétiens » et appelé les Irakiens à « resserrer les rangs face à de telles actions ignobles pour préserver l’unité » de leur pays. Les États-Unis, le Conseil des Églises du Moyen-Orient et le secrétaire général de l’Organisation de la conférence islamique, Ekmeleddin Ihsanoglu, ont condamné mardi ces violences.

Un Suédois d’origine marocaine abattu par les Américains et un charnier découvert à Kerbala.
Le n° 2 d’el-Qaëda en Irak, le Marocain Abou Qaswara, a été tué lors d’une opération de la coalition à Mossoul, un bastion du réseau dans le nord de l’Irak, a affirmé hier l’armée US, qui a infligé dernièrement plusieurs revers sérieux à el-Qaëda. « Le terroriste tué par...