Rechercher
Rechercher

Économie - Analyse

Blanchiment d'argent : pour éviter au Liban la liste grise, Manssouri rejoue la carte du chaos

Dans son plaidoyer auprès des officiels rencontrés à Washington, le gouverneur par intérim de la BDL plaide aussi pour les réformes contre l'économie de « cash ».

Blanchiment d'argent : pour éviter au Liban la liste grise, Manssouri rejoue la carte du chaos

Le gouverneur par intérim de la Banque du Liban (BDL), Wassim Manssouri, lors d'une conférence de presse à Beyrouth, en août 2023. Photo d'archives AFP.

Le gouverneur par intérim de la Banque du Liban (BDL), Wassim Manssouri, multiplie depuis le début de la semaine les rencontres à Washington avec différents responsables du Trésor et le département d'État américains, mais aussi des membres...
Le gouverneur par intérim de la Banque du Liban (BDL), Wassim Manssouri, multiplie depuis le début de la semaine les rencontres à Washington avec différents responsables du Trésor et le département d'État américains, mais aussi des membres...
commentaires (15)

Jouer la carte du chaos, héritée du régime Syrien, qui a pu rester 30 ans et piller le Liban sous prétexte d'un risque de chaos s'il quittait le Liban.

Zeidan

20 h 40, le 11 juillet 2024

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • Jouer la carte du chaos, héritée du régime Syrien, qui a pu rester 30 ans et piller le Liban sous prétexte d'un risque de chaos s'il quittait le Liban.

    Zeidan

    20 h 40, le 11 juillet 2024

  • Il plaide a DC contre l’economie du cash au Liban. Il a le sens de l’humour. C’est la faute des Americans l’economie de cash au Liban ?

    hrychsted

    19 h 50, le 10 juillet 2024

  • Qu'on se le mette en tête une fois pour toutes, le pays est bel et bien failli c-a-d, en 6 lettres et 6 points, F.A.I.L.L.I. !!!!

    Remy Martin

    15 h 20, le 10 juillet 2024

  • Le probleme n'est pas du tout d'ordre juridique mais eminemment d'ordre politique. L'octroi du portefeuille du ministere des finances au tandem Amal-hezbollah de 2014 a 2020 est une des principales cause de notre defaillance financiere.

    EL KHALIL ABDALLAH

    13 h 17, le 10 juillet 2024

  • ( FIN DES TIRADES A L,OLJ ) = MON RETRAIT DES COMMENTAIRES,- DONNE A LA/LE L,OCCASION, -DE MIROITER EN PREMIERE, -A L,ECRAN NOM ET PRENOM.= QUAND MES MOTS ETAIENT SOUMIS,-*ET CE NOM GARDAIT L,ECRAN*,-CERTAINS CENSEURS INTERDITS,-*SEXER N,EST PAS L,ARGUMENT*,-ATTENDAIENT DAUTRES SONATES,-POUR IMMERGER TOUT DANS L,ANSE, -CALMANT LA/LE PSYCHOPATHE. = AUTREMENT AVEC AISANCE, -DIRIGEANTE OU DIRIGEANT, -ARTICLES + MES TIRADES,-BIFFAIT GAIEMENT DE L,ECRAN.-*DES DESSEINS OU DES BOUTADES* ? -LA FREQUENCE DE L,ERREUR,-TRAHIT UNE CONCORDANCE, -ENTRE UNE/UN COULANT CENSEUR, -ET LA/LE PSYCHO D,ESSENCE.

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    11 h 58, le 10 juillet 2024

  • Ils ont pris le soin de piller le pays et d’instaurer le chaos et viennent menacer le monde d’un chaos annoncé pour le Liban qui y est déjà depuis leur usurpation du pouvoir? C’est une blague? Il faut rappeler que celui qui joue au sauveur n’est autre que le second du docteur S en pillage organisé, Salamé, et qu’il s’est servi comme lui et vient maintenant dénoncer les crimes et les exactions après coup alors qu’il aurait pu les signaler pour les stopper si vraiment il n’avait pas d’intérêts personnels comme tous les autres pilleurs à voir le pays ruiné et plongé dans le chaos.

    Sissi zayyat

    11 h 16, le 10 juillet 2024

  • Tant que les responsables sont en cavale , installés bien confortablement au Liban , les sanctions sont aux vrais portes de votre pays. Au lieu de pleurnicher agissez..

    DRAGHI Umberto

    10 h 49, le 10 juillet 2024

  • La commission d’enquête spéciale a failli à son devoir de contrôle et de sanction dit il et souligne ainsi les manques de la BDL et de son gouverneur, QUI PRÉSIDE la CSI, en matière d’information du public. Donc les voleurs sont chargés de sanctionner les vols qu’ils commettent afin de les juger. Chercher l’erreur. Le même système est appliqué dans toutes nos institutions ou les « bloqueurs » de la démocratie sont chargés de veiller à sa bonne marche alors qu’ils sont là uniquement pour empêcher toute action démocratique et se livrent au pillage collégial qui est devenu 1 sport national.

    Sissi zayyat

    10 h 36, le 10 juillet 2024

  • Le système bancaire libanais, qui dans son ensemble craint tant son inscription sur la liste grise, n'a pas compris qu'il a déjà été mis sur la liste noir foncé des déposants qu'il a spoliés. Ce sont ces mêmes déposants qui ne traitent plus leurs transactions qu'en espèces, développant ainsi l'économie cash que nul ne souhaite mais qui est un bien moindre mal comparée à une nouvelle spoliation de leurs avoirs. Tant que ce système n'a pas fait amende honorable des horreurs qu'il a fait subir à ses clients, M. Mansouri peut toujours aller supplier ici et là pour éviter un désastre annoncé

    Henoud Wassim

    09 h 24, le 10 juillet 2024

  • Comment faire confiance à celui qui a été longtemps le Numéro 2 du plus grand voleur, gangster et brigand de tous les temps, à savoir Riad Salameh. Ce dernier a volé l’épargne de tout le peuple libanais (hormis politiciens et proches) et jeté dans la misère tous les retraités libanais qui n’avaient que leur épargne pour vivre. Alors arrêtez votre cinéma monsieur le gouverneur pi, vous méritez d’être placés sur la liste noire et que tout saute, on s’en fout. Tant qu’on ne peut plus vivre dignement que personne ne puisse le faire non plus.

    Lecteur excédé par la censure

    09 h 23, le 10 juillet 2024

  • [...] plus que 70% de leurs fonds auprès de la BDL, ce qui contredit la loi du code et de la monnaie.

    Ihab Ammoury

    06 h 31, le 10 juillet 2024

  • "Wassim Mansouri compte aussi continuer de décliner la responsabilité de la BDL dans certains blocages". Doit-on rappeler M. Mansouri qu'en 2016 la BDL a permis aux banques libanaises de déposer leurs fonds auprès d'elle, au lieu des banques correspondantes, ce qui a facilité l'entrée des argents sales dans le système financier libanais, et les mélanger avec les argents propres? En ce qui concerne cela, les banques ont déposé

    Ihab Ammoury

    06 h 29, le 10 juillet 2024

  • Le Titanic continue de couler. En effet ce sont les honnêtes gens qui respectent les règles qui vont pâtir de la réinscription en liste grise. Qui n’aura aucun effet sur les transactions illicites ciblées, on ne sait que trop bien la capacité locale de mondiale réputation à détourner tous les obstacles…

    AntoineK

    02 h 17, le 10 juillet 2024

  • M. Manssouri peut mentir a la presse Libanaise, tout en sachant que personne ne le croit. Il ne peut pas mentir aux organismes internationaux qui ont le Liban en ligne de mire. Il aura beau s'agiter, tout le monde sait maintenant que le pouvoir politique et economique du pays sont entre les mains des milichiens et des mafieux. Que le pouvoir judiciaire lui-meme est largement vicie par la corruption. L'economie du cash et le blanchiment d'argent sale ne sont pas acceptables pour les autorites internationales. L'absence de reddition de comptes non plus.

    Michel Trad

    00 h 38, le 10 juillet 2024

  • 100% d'accord sur le problème judiciaire...mais aussi il y a un problème dans les procedures de controles publics dans tous les domaines : du banal controle d'exces de vitesse aux controles de la CNSS en passant par la construction, les restaurants, les véhicules etc...

    Moi

    00 h 13, le 10 juillet 2024

Retour en haut