Rechercher
Rechercher

Sport - Euro-2024

La dernière danse à la maison de Toni Kroos pour couronner son immense carrière

À 34 ans, le désormais ancien milieu du Real Madrid apparaîtra pour la dernière fois sur les pelouses avant de prendre sa retraite.

Toni Kroos lors d'un entraînement de l'équipe nationale allemande à Herzogenaurach le 11 juin 2024, en amont de l'EURO 2024 de football. Tobias SCHWARZ / AFP

Il est revenu en sélection uniquement pour ça. À 34 ans, Toni Kroos va vivre son dernier mois comme footballeur, avec le maillot allemand, en quête du seul trophée qui manque à son immense carrière : l'Euro, qui plus est à domicile.

Leon, Amelie et Fin Kroos, les trois enfants de Toni présents sur la pelouse de Santiago-Bernabeu le 25 mai après le dernier match à Madrid de leur papa, sont assez exigeants. "Ils s'attendent évidemment à ce que l'on gagne le titre" à l'Euro, a glissé avec le sourire le leader du milieu de terrain allemand en conférence de presse. "Toute autre chose sera difficilement accepté."

Avec un papa vainqueur de la Ligue des champions à six reprises -cinq fois avec le Real Madrid (2016, 2017, 2018, 2022 et 2024) et une fois avec le Bayern (2013)- il y a de quoi s'habituer à la victoire pour eux.

Toutefois, il y a moins d'un an, imaginer Toni Kroos au coup d'envoi de l'Euro-2024 vendredi (21h00) au stade de Munich, où il a évolué au début de sa carrière durant une saison et demie, s'apparentait à de la pure science-fiction. Le joueur formé à Rostock avait décidé depuis l'été 2021 de mettre un terme à sa carrière en sélection après une élimination en huitième de finale de l'Euro à Wembley, contre l'Angleterre.

Mais la donne a changé avec le changement de sélectionneur à la tête de la Mannschaft en septembre 2023, Hansi Flick étant écarté par la Fédération. En deux semaines, la DFB a réussi à convaincre Julian Nagelsmann de venir au chevet de l'Allemagne, à huit mois de "son" Euro-2024 à domicile.

L'idée de tenter de faire sortir Toni Kroos de sa retraite internationale a germé très vite dans l'esprit du nouveau sélectionneur. "Une semaine après sa présentation à la DFB", Nagelsmann s'est manifesté auprès de Kroos, affirme le joueur du Real. Et "très vite" les deux se sont retrouvés sur la même longueur d'ondes, y compris sur l'idée de jeu à développer.

La meilleure saison de sa carrière

Homme "en acier" pour Nagelsmann, Kroos occupe un rôle central, métronome et régulateur de vitesse. Et celui qui ose encore parler de "Querpass-Toni", surnom moqué pour lui reprocher ses passes en diagonale dans le rond central, n'a "aucune idée du foot", selon le sélectionneur allemand.

Pour son retour contre la France, le natif de Greifswald dans l'ancienne Allemagne de l'Est a mis tout le monde dans sa poche sur une passe clinique pour Florian Wirtz dès le coup d'envoi, situation de jeu travaillée à l'entraînement par le staff de Nagelsmann pour un but après 7,92 secondes.

Et il arrive après avoir disputé l'un de ses meilleures, si ce n'est la meilleure saison de sa carrière avec les Merengue, champion d'Espagne et surtout lauréat de la Ligue des champions à Wembley le 1er juin, pour son dernier match avec le maillot madrilène. Il a fait le choix de s'arrêter à son meilleur niveau, décision unanimement saluée par le monde du foot, en annonçant qu'il allait raccrocher après l'Euro.

"Faire mieux que ce qu'a fait Kroos est très compliqué. Il a pris une décision très forte car personne ne pouvait l'imaginer. Il a fait preuve de beaucoup de caractère et lui faire ses adieux ainsi montre qu'il est grand, un grand personnage du football. Le football a profité d'un grand joueur", a loué son coach au Real Carlo Ancelotti.

Célébré en héros à Bernabeu pour son dernier match à domicile le 25 mai, il a aussi profité des célébrations pour la 15e Ligue des champions de l'histoire du Real et d'une communion avec le public madrilène, qui l'a supplié de rester, en vain.

Le rendez-vous est pris le 14 juillet à Berlin au stade olympique et le 15 juillet dans les rues berlinoises pour une dernière célébration. Après tout, quand il a accepté de revenir en sélection, il avait déjà le trophée Henri-Delaunay "en tête. Si je n'avais pas eu cette imagination et cette idée en tête, je ne l'aurais pas fait".

Il est revenu en sélection uniquement pour ça. À 34 ans, Toni Kroos va vivre son dernier mois comme footballeur, avec le maillot allemand, en quête du seul trophée qui manque à son immense carrière : l'Euro, qui plus est à domicile.

Leon, Amelie et Fin Kroos, les trois enfants de Toni présents sur la pelouse de Santiago-Bernabeu le 25 mai après...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut